En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // Monaco-Nancy

Monaco/Nancy, et si on échangeait nos coachs ?

L’ASM contre l’ASNL, c’est tout simplement la meilleure attaque de Ligue 1 face à l’avant-dernière. Et ces bilans sont forcément un peu liés à leur coach respectif. Mais si Leonardo Jardim et Pablo Correa échangeaient leur place, ça donnerait quoi ?

Modififié

Jardim inventerait un nouveau schéma tactique


C’est connu : Leonardo Jardim fait avec ce qu’il a. Et rien ne lui fait peur. Lorsqu’il a vu le projet monégasque totalement changer de gueule et ses stars quitter une à une le navire, le Portugais n’a pas cillé. Mieux : il s’est adapté. Alors, ce n’est pas l’effectif de Nancy qui va l’effrayer. Avec l’ASNL, il découvre les quiches lorraines qui nourrissent son cerveau. Lequel ne fonctionne jamais aussi bien que dans la difficulté. Ses facultés intellectuelles lui font dessiner une toute nouvelle organisation tactique, inédite dans le monde du football : le 2-4-4. Les deux de derrière sont en fait des quarterbacks visant à user de balles longues afin d’atteindre une verticalité maximale.


Évidemment, Benoît Pedretti brille dans ce rôle. Les quatre joueurs de côté, qui ont seulement besoin d’être rapides, ont pour consigne de multiplier les appels dès que le ballon est en possession des quarterbacks, et de centrer en première intention dans la surface où se trouvent les quatre joueurs axiaux. Ainsi, la possession nancéienne est ridicule, mais optimale. En phase défensive, la ligne du milieu descend d’un cran, créant une défense à six, et deux éléments offensifs sont condamnés à bouffer la ligne 24 sur 24. La contrainte de ce système ? Avoir des joueurs aussi intelligents que leur technicien. Et dotés de bons poumons.


Il y aurait encore moins de monde au stade Louis-II


Cela est davantage dû à la réputation de Pablo Correa qu’à sa réelle manière de coacher. Car contre toute attente, l’équipe princière joue plutôt bien sous les ordres de l’Uruguayen. En même temps, qui miserait sur la défense quand on possède Radamel Falcao, Valère Germain, Thomas Lemar ou Bernardo Silva dans son effectif ? Non, c’est sa dégaine et son style qui ne plaisent pas au sein de la Principauté. Appréciant la discrétion et le calme, les Monégasques n’en peuvent plus d’entendre les gueulantes du technicien lors des séances d’entraînement. Il faut dire que sa voix porte énormément dans la ville de 38 000 habitants. Du coup, même les rares fidèles de Louis-II boycottent les matchs. Et par ricochet, les cris entendus la semaine sont également entendus le week-end, puisque aucun chant ou applaudissement n’est là pour les couvrir. La population n’en peut plus et la démographie de la Principauté chute drastiquement. Pas les résultats sportifs.



Nancy deviendrait riche


Anthony Martial vendu 70 millions d’euros (50 + 20 de bonus quasi certains), plus de 20 pour laisser filer Aymen Abdennour, 80 pour lâcher James Rodríguez, la moitié pour Geoffrey Kondogbia... S’il se dit « agacé  » par les potentiels repreneurs chinois qui tardent à racheter le club, Jacques Rousselot ferait mieux de compter sur Jardim pour lui ramener du pognon. Parce que ça, le Lusitanien sait faire. Suffit par exemple d’aller piocher deux-trois pépites dans le centre de formation de l’ASNL, les faire jouer quelques bouts de match et les vendre une poignée de millions au premier pigeon venu, puis d’investir ces bénéfices dans des joueurs inconnus évoluant en Ligue 2 ou National pour faire grimper leur valeur marchande.


La vente d’Alou Diarra pour cinq millions d’euros à Lille est le premier gros coup de Leonardo. Son chef-d’œuvre arrive quelque temps plus tard, après avoir fait de Vincent Marchetti le taulier de son équipe. Courtisé de toute part, le milieu de terrain observe son coach faire monter les enchères, finalement remportées par l’Olympique de Marseille et son « Champions Project  » qui débourse... quarante millions d’euros. Parce que quand on arrive à vendre Lucas Ocampos sept millions, on est capable de tout.


Monaco serait l’équipe la plus efficace d’Europe


«  Si vous voulez voir du spectacle, allez au cirque.  » Voilà l’une des philosophies de Correa, dont le pragmatisme fait parfois débat. N’empêche qu’être douzième de Ligue 1 en ayant inscrit seize minuscules pions après vingt journées, ça reste une sacrée performance. Surtout en ayant concédé six défaites lors des neuf premiers matchs. C’est que le Sud-Américain a bien essayé de jouer au ballon et de mettre en place des directives offensives, comme il l’avait fait en Ligue 2 la saison dernière. Reste que, quand le niveau s’élève, ça ne marche plus. Alors, Pablo a décidé de revenir aux fondamentaux : bien défendre, maîtriser le contre et considérer les coups de pied arrêtés comme de véritables armes. Imaginons maintenant le roc Kamil Glik, les contre-attaquants Djibril Sidibé-Benjamin Mendy et l’artificier Gabriel Boschilia sous ses ordres. Pas de doute, le mariage donnerait lieu à une belle cérémonie. Moins spectaculaire qu’actuellement, mais bien plus efficace. Assez pour s’installer au sommet européen.



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 1
il y a 3 heures Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6 mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20
À lire ensuite
Prolongations à Kinshasa