En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options

Monaco : le tigre n'est plus en eux

Après James, Abidal, Rivière et Obbadi, voilà que Radamel Falcao a déjà quitté l'AS Monaco. Le Colombien est finalement parti à Manchester United alors qu'il rêvait du Real. Peu importe le gros salaire, la vue sur la mer et les petits culs serrés, Falcao voulait se tirer du placard doré dans lequel Jorge Mendes l'avait coincé il y a un an.

Modififié
Un garde-meuble. Voilà à quoi l'AS Monaco a servi pendant un an pour le compte de Jorge Mendes. James et Falcao sont donc restés une saison en Principauté. Même la rumeur évoquant un départ tardif de João Moutinho a fait trembler le Rocher en fin de journée, hier. Un autre produit de l'omnipotent agent.

Le départ de James ? On pouvait comprendre tant la bascule est folle. Acheté 45 millions d'euros, le gaucher a été revendu 80 au Real Madrid. Mais Falcao ? Gravement blessé en janvier dernier en Coupe de France, l'attaquant arraché 60 millions d'euros à l'Atlético Madrid l'été dernier n'aura joué que 24 matchs en Principauté sans laisser un souvenir impérissable aux suiveurs du club. La saison qui arrivait semblait parfaite pour que l'ancien taulier des Colchoneros se retape. Oui mais non. Falcao est parti et personne ne semble le regretter. Pourquoi ? Difficile de s'attacher à un joueur qui a tout fait pour s'arracher de Monaco. Surtout quand on se souvient de son dernier épisode.

C'était samedi dernier, à une heure trente du coup d'envoi entre l'ASM et Lille. Alors qu'il devait enfiler sa liquette frappée du numéro 9, un coup de fil va tout changer. Au bout du fil, sans doute son agent Jorge Mendes, en Principauté depuis le début de la semaine pour lui trouver « une porte de sortie » . Après une scène digne d'une production AB, le joueur a finalement pris place en tribune avec son agent plutôt que sur le pré avec ses potes. 48 heures plus tard, dans les arrêts de jeu du mercato, Falcao a marqué à United. Un MUFC en galère de défense, mais qui se retrouve ce matin avec une ligne d'attaque Di María-Mata-Rooney-Van Persie-Falcao avec seulement deux compétitions à jouer (Premier League et FA Cup) et, surtout, sans Ligue des champions. Comme aimait le dire Booba dans Boulbi. Bordel…

La veste saumon


On avait vendu le Tigre comme le meilleur numéro 9 du monde. Sur le Rocher, que va-t-il laisser ? Son passage asémiste se résume en quatre images : sa veste saumon le jour de sa présentation officielle, son remplacement à Nantes à l'heure de jeu où il fait mine de ne pas comprendre, sa blessure dans le courant du mois de janvier contre des amateurs et le clap de fin contre Lille. Quatre images fortes, mais un seul but mémorable sous le maillot à la diagonale. Pas une déclaration. Pas un geste technique. Le Tigre est parti par la petite porte. « Quand un joueur comme Falcao veut partir, un club comme Monaco ne peut pas le retenir » , affirme-t-on du côté du club princier. Avec son départ, le fameux projet de l'AS Monaco s'est fait la malle. En l'absence de communication officielle du club, ce sont les joueurs qui ont confirmé le changement de cap évident.


En marge du rassemblement de l'équipe de France espoirs, Layvin Kurzawa admet que l'ambiance au club est « bizarre » avant de s'étendre un peu plus. «  Je ne sais pas quoi dire, on va suivre l'évolution comme tout le monde. On ne peut rien y faire. Les stars de l'équipe sont transférées. On regarde et on attend comme vous. Le départ de James Rodríguez a été un déclic pour certains joueurs. Le projet n'est plus le même, c'est basé sur les jeunes maintenant. Ce ne sera plus pareil, mais Monaco a des bons jeunes. » Voilà la gueule du nouveau projet : prendre des jeunes à fort potentiel, les mettre en lumière et les vendre cher. Actuellement, plus de 60% de l'effectif a moins de 23 ans.

À l'exception de Toulalan, Carvalho, Moutinho et Berbatov, l'équipe manque cruellement d'expérience à l'heure d'aller défier Lisbonne, Saint-Pétersbourg ou Leverkusen en Ligue des champions. Qu'importe, le président Dmirty Rybolovlev – absent publiquement depuis des mois – a entièrement remboursé ses investissements de l'été dernier. Jorge Mendes, lui, s'est grassement payé en bossant avec Monaco. Reste que le club n'est plus du tout le concurrent du PSG comme on pouvait le penser il y a encore trois mois. Aujourd'hui, Monaco possède néanmoins un effectif de qualité pour la Ligue 1. Concurrencer le PSG ? Non. Assurer sa place sur le podium ? Certainement. Être compétitif en Ligue des champions ? La pièce est jetée en l'air. On attend qu'elle retombe… Contrairement à l'année dernière, l'ASM devra faire attention à ce qui arrive dans son rétroviseur plutôt que de se projeter au loin. De Grèce, Claudio Ranieri doit bien se marrer.

Par Mathieu Faure, sur la Côte d'Azur
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4 vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
À lire ensuite
Top 10 : Footballeurs nus