En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Tirage au sort
  3. // AS Monaco

Monaco, la chatte au tirage

Chapeau 4 et ne tirer aucun ancien vainqueur, il faut le faire. Monaco l’a fait. Comme en 2014, les Monégasques héritent d’un groupe abordable duquel ils peuvent même sortir premiers.

Modififié

GROUPE E

CSKA Moscou
Bayer Leverkusen
Tottenham
AS Monaco



La bonne nouvelle : Monaco peut voir le printemps européen. En 2014, en étant dans le chapeau 4, Monaco s’était frotté au Benfica, Zénith et Leverkusen. Un groupe duquel l’ASM était sortie première. Sans trop forcer. Deux ans plus tard, la donne est la même avec encore un club russe, toujours le Bayer et Tottenham. Le groupe est homogène, sans vraiment de favori, mais sans déplacement facile où l’on peut envoyer l’équipe B. Et puis c’est un groupe où chacun a des comptes à régler. En décembre dernier, les Spurs s’étaient amusés de Monaco en poule de Ligue Europa à Londres (1-4). En 2014, Leverkusen avait dominé le club de la Principauté 180 minutes en poule pour se faire fourrer deux fois (1-0, 0-1). Les producteurs de médicaments du Bayer n’ont rien oublié. Quant au CSKA Moscou, le club moscovite voudra se venger. Cet été, l’ASM a prêté Lacina Traoré au CSKA. Oui, le pivot NBA. Tout se paie.


On se connaît ? Vágner Love de retour au CSKA. Idole du CSKA au début des années 2000, quand il remporta une Coupe UEFA en 2005, Vágner Love, dit « l’artilleur de l’amour » , a rendu ses tresses colorées célèbres dans la capitale russe. 117 buts en 250 matchs avec le CSKA, ce n’est pas rien. Même s’il n’a plus le coup de rein ni même les tresses, le garçon se fera un plaisir de montrer à ses copains monégasques les meilleures adresses de Moscou. Oiseau de nuit et brésilien, Vagner va régaler dans le froid moscovite. En revanche, il ne risque pas beaucoup de jouer. Même Guido Carrillo est devant lui dans la hiérarchie monégasque.


La tuile : Javier Hernández. En 2014, Monaco avait rencontré un Bayer Leverkusen terriblement maladroit à la finition. Cette fois, la donne a changé avec le Mexicain. Ancien vainqueur de la C1 avec Manchester United, le « Petit pois » n’est pas du genre à s’emmerder avec les vendanges tardives. Avec lui, ça va souvent au fond. Le genre de type qui peut vous plomber une double confrontation en deux occasions en bois.


L’avantage : Monaco connaît déjà les hôtels. Monaco a déjà voyagé trois fois à Londres en deux ans (Emirates Cup 2014, Arsenal 2015 et Tottenham 2015). L’hôtel restera le même, la balade matinale aussi. Idem pour Leverkusen où le déplacement de 2014 avait été finement négocié. C’est Lucas Ocampos qui avait planté ce soir-là, c’est dire. Enfin, Moscou, c’est un peu l’ami de la famille. Dmitry Rybolovlev, le président monégasque, est un intime des dirigeants du CSKA. Ça reste dans la famille. Les repas d’avant-match seront faits dans une franche camaraderie et avec du caviar de qualité. Monaco voulait surtout se qualifier en LDC. C’est fait. Maintenant, ça peut tranquillement aller en 8es. Et ça peut même terminer premier de sa poule.


Les chances de sortir : 65%

Par Mathieu Faure, à Monaco
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 23:28 Le low-kick fou de Tony Chapron 84
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 13 janvier Landon Donovan sort de sa retraite et signe au Mexique 21
À lire ensuite
Revivez le tirage au sort