Monaco, éternel honni du foot français

7 titres de champion de France, 5 coupes de France et une finale de Ligue des champions. Longtemps, Monaco aura porté le football français sur ses épaules. Chose que le football français ne lui a jamais rendu. Contesté - peut-être depuis toujours - pour son statut d'expatrié, l'ASM l'est d'autant plus aujourd'hui pour son statut de super-puissance économique. Retour sur un désamour qui a toujours eu ses raisons.

Modififié
392 85
« On ne peut pas, comme ça, impunément jeter en pâture des millions et des millions d'euros à la face du football français. » Quand Jean-Jacques Rousselot dégueule sur l’AS Monaco et son défaut d’ « humilité » , c’est avant tout une question de survie. Le dirigeant de l’AS Nancy Lorraine, fraîchement relégué en Ligue 2, verrait, justement, d’un bon œil une suspension de l’ASM, auquel cas Nancy pourrait éventuellement passer une saison de plus dans l’élite. Seulement Rousselot n’est pas la seule grande gueule à s’élever contre Monaco, ses pépètes et son régime fiscal. Par attentisme parfois – comme le fait si bien le patron lorrain – par « souci d’équité » aussi, car c’est bien de cela dont il est surtout question.

On refait l’histoire : le 21 mars dernier, le conseil d’administration de la LFP accouche d’un nouveau commandement. A compter de juin 2014, tout club évoluant dans un championnat professionnel français sera obligé de siéger sur le territoire. Comprenez, l’ASM doit quitter le Rocher et son paradis fiscal pour s’acquitter des charges et autres cotisations sociales et patronales françaises, ainsi que de la très prochaine taxe à 75% annoncée par François Hollande. La Ligue entend ainsi mettre tous les clubs français sur le même piédestal. Et les dirigeants approuvent. « Il est temps de remettre en cause des avantages dépassés » , appuie Jean-Michel Aulas. « Ils peuvent revenir en L1 sans problèmes mais il faut qu’ils fassent des efforts  » , renchérit Vincent Labrune. « C’est une question d’ordre éthique et moral. Il est inacceptable que la distorsion économique et fiscale en faveur de l’AS Monaco perdure » , peste Michel Seydoux. La croisade égalitaire est légitime certes, mais son timing (pourquoi maintenant et pas avant?) est tout aussi « faux-cul » . La vérité est ailleurs : l’ASM, son nouveau proprio – aka Dimitry Rybolovlev, 100e fortune mondiale, 7 milliards d’euros de patrimoine – et ses prétentions européennes agacent. Avec le Paris Saint-Germain, déjà hégémonique en Ligue 1, Monaco, tout juste promu, est fatalement voué à écraser le championnat de France. A une différence près : le PSG, lui, est intouchable. D’ailleurs Triaud le fait très bien remarquer : « On peut dire ce qu’on veut sur Paris, mais ils sont soumis aux mêmes règles que moi au moins ! » La tare est toute trouvée pour Monaco : l’expatriation fiscale comme gage d’iniquité.

Préférence nationale

Cette fronde contre Monaco et ses facilités fiscales n’est pas tellement nouvelle dans le paysage du football français. Depuis 1933 et sa première apparition en championnat de D2 – soit 80 ans aujourd’hui – l’ASM aura plus d’une fois alimenté le débat sur sa « francitude » , souvent à des moments-clés ou pour des raisons bien singulières. En février 1958 déjà, alors que Monaco était leader de D1, le sénateur des Alpes-Maritimes, Léon Teisseire, adressait une lettre ouverte au ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et des Sports, René Billères, dans laquelle il l’invitait à prendre en considération « l’absurdité » que représenterait l’attribution d’un titre de champion de France à Monaco. « Ce championnat de Première division se terminera par l’attribution du titre de champion de France. Au surplus, l’équipe classée première aura la charge de représenter la France dans la grande compétition qui suivra, de la Coupe Européenne des Champions.(…) On pourrait, par exemple décider d’ores et déjà que c’est le club français classé en tête de la Division qui recevrait le titre de Champion de France, et qui serait appelé à la représenter dans les compétitions internationales » , suggérait alors l’élu. Trois mois plus tard, Monaco terminait finalement troisième du championnat derrière Reims et Nîmes évitant aux politiques un embarras pas franchement bienvenu. Toutefois, le mal est dit : « Monaco n’est pas un club français » .

La question est soulevée, à nouveau, quatre ans plus tard, sur fond de conflit franco-monégasque. Dans la nuit du 23 au 24 janvier 1962, le prince Rainier, alors souverain du Rocher venait de remercier son ministre d’Etat, le Français Emile Pelletier, ancien ministre de l’Intérieur de Charles de Gaulle. La manœuvre de Rainier suivait de près la prise de contrôle par l’Etat monégasque de la Radio Monte Carlo, précédemment sous contrôle français. Elle traduisait surtout l’intention du prince d’ériger un paradis fiscal à Monaco, pour attirer des citoyens français désireux de s’affranchir de leurs impôts. Une manœuvre que la France de De Gaulle vivra comme un affront et qui amènera, au mois d'octobre de la même année, au rétablissement de la frontière franco-monégasque. Bref, c’est dans cette ambiance électrique que le député de la Loire, Lucien Neuwirth adressera cette question manuscrite au ministre de l’Education, Pierre Sudreau : « Est-ce que, étant donné les nouvelles conjonctures diplomatiques régissant les rapports entre la principauté de Monaco et le Gouvernement français, l’équipe monégasque de football sera maintenue dans la nomenclature des équipes françaises ? » Réponse des dirigeants monégasques, mis au parfum : « Il n’est pas question que l’AS Monaco puisse être éliminée du championnat de France, surtout au profit d’un club qui, cette saison, n’a pas su garder sa place en Première Division. » Comprenez là qu’il s’agit là de l’ASSE, 17e de D1 et relégué en fin de saison en D2. Saint-Etienne, dont Lucien Neuwirth n’est autre que le maire-adjoint et député. CQFD.

Au nom du fisc

Jusque-là, la question fiscale – du moins celle de l’ASM – aura toujours été passée sous silence. Il faut attendre 2003 pour entendre les premiers blâmes à l’égard de la fiscalité de club du Rocher. Ils viendront – on vous le donne dans le mille – de Jean-Michel Aulas, Christophe Bouchet, alors président de l’OM, et Gervais Martel (Lens), soit des trois fers de lance du pied-balle français. A l’époque Monaco est leader de Ligue 1 (forcément), Lyon et Marseille ses dauphins. Le moment que choisit Bouchet pour agiter le spectre de « la concurrence déloyale » , reprochant notamment à Monaco de « prendre une place européenne aux clubs français » . Tous les arguments y passent : argent, impôts, fibre nationale… Un plaidoyer qui ne trouvera pas d’écho auprès de la LFP et la FFF. Monaco terminera finalement deuxième, derrière Lyon… et devant Marseille. Pour Bouchet, la pilule passe mal. « Je pense que Marseille a fini 2e parce que Monaco n’a rien à faire dans le championnat français » , dégaine-t-il dans les colonnes de L’Equipe. Ballot, quand on sait qu’un an plus tard, Monaco emmènera la France en finale de la Ligue des Champions pour la première fois en onze saisons.

Bref, tout cela pour soulever une évidence : la problématique monégasque est rabâchée à chaque fois que le club du Rocher se porte bien, ou – à défaut – à chaque fois que cela peut servir une cause. Cette saison ne déroge finalement pas à la règle. Seulement aujourd’hui, c’est l’instance même du football professionnel français qui s’attaque au « problème » . Cette fois, la raison, à l’instar d’il y a dix ans, est fiscale. Mais compte tenu des paramètres actuels – comprenez, les nouvelles ressources de l’ASM – le fossé entre les clubs de l’Hexagone et Monaco risque d’être encore plus conséquent qu’il y a dix ans. « Monaco a des charges sociales salariales et patronales qui sont plafonnées, explique François-Xavier Lafarge, avocat fiscaliste du cabinet WTS. Ce qui fait qu’à des niveaux de salaires très élevés, on paye autant de charges qu’un salarié qui gagnerait 50 fois moins. » Oui mais voilà, ce que l’on sait peut-être moins, c’est que, d’après une convention fiscale ratifiée en 1963 par la France et Monaco, un Français résident sur le Rocher reste soumis au régime fiscal français. Ce qui implique que l’ASM paye autant de charges pour ses joueurs français que n’importe quel autre club de l’Hexagone.

Racket ou mendicité ?

Le principal avantage de Monaco réside dans les recrutements de joueurs étrangers. « Pour un joueur étranger résident à Monaco, le club ne va payer aucune charge, explique Lafarge. Alors forcément, cela va être plus avantageux pour l’ASM de recruter à l’étranger. » A titre d’exemple, pour un joueur comme Zlatan Ibrahimovic, dont les émoluments sont estimés à près de 14 millions d’euros, Paris débourse – en plus du salaire du Suédois – « 13,5 millions d’impôts sur le revenu, 6 millions de charges sociales salariales et 11 millions de charges patronales » soit, en tout, 45 millions d’euros annuels. « Si la taxe Hollande devait être validée par le Parlement en 2014, on serait sur du 58 millions » . Alors que dans le même temps, Monaco plafonnera à 14 millions pour Falcao, soit le montant de son salaire net. Cela vous donne une idée de ce que signifie Seydoux par « distorsion économique » .

Morale de cette histoire…et bien il n’y en a pas. Quand par exemple Le Graët et Thiriez jouent les marchandeurs en réclamant 200 millions d’euros pour bénir l’exil fiscal monégasque, on ne saurait dire si cela tient du racket ou de la mendicité. Mais il est vrai que quitte à « impunément jeter en pâture des millions » autant qu'une partie ça aille directement sur le compte en banque de la Ligue.

Par Joshua Lekaye
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Chose qui n'aide pas cette fois-ci : Rybolivev a vraiment une dégaine de méchant dans un James Bond. Le millionaire un peu étrange et sournois, que t'imagine tout à fait glisser froidement à un type avec des lunettes de soleil "tuez-le...".
Myros el matador Niveau : CFA
On sent le Albert un peu anxieux au sujet de son cadeau ... assurement il est conscient que c'est de la merde*
zac l'arnaque Niveau : DHR
le vrai problème dans toute cette histoire c'est la taxe à 75%.
pour moi les dirigeants français feraient mieux d'unir leur dans une lutte contre cette taxe plutôt que dans une lute contre monaco.
 //  13:33  //  Amoureux de la Suisse
Note : 3
Est-ce que Rybolovlev est un gros mafieux ? Bien sûr que si.

J'crois qu'en Russie on devient pas Miliardaire sans avoir fait des magouilles.

Ce n'est pas le premier ni le dernier dans le foot.

Sinon, il apporte une compétitive en L1 ce qui est plus que bien pour la ligue, la LFP devrait accepter une bonne fois pour toute Monaco.
KillerCroc Niveau : CFA
Note : 7
Putain* mais la mauvaise foi à la française ça me tue! Réveillez vous les Bidochon au 21 ème l'argent n'est plus une variable d'ajustement c'est le nerf de la guerre! Tout ces vieux connards qui se plaignent seraient prêt à baisser leur pantalon si un investisseur se pointait devant leur porte! faut vivre avec son temps sérieux! et après ça déplore le manque de compétitivité et le désamour des supporters! et tout ça sans penser aux retombées économiques et sportives que des clubs comme le PSG et l'ASM peuvent apporter.

Marre de ce football français réactionnaire, dirigé par des pleutres.
ChapeauDePaille Niveau : DHR
Comme la photo le prouve, c'est pas les pieds qui sont carrés en Ligue 1, mais les ballons
Note : -2
Le Graët voulait racketter 200M€, il avait qu'a prendre des cours chez Poutine, Rybolovlev s'est déjà fait racketter plusieurs centaines de millions d'Euros par le Kremlin avec son entreprise Uralkali. Autant Roman Abramovitch est un proche de Poutine mais alors lui il est banni, pauvre oligarque ils vont tous finir comme Berezovsky ...
Message posté par KillerCroc
! et tout ça sans penser aux retombées économiques et sportives que des clubs comme le PSG et l'ASM peuvent apporter.


Tu as bien appris ta leçon.
@KillerCroc : aucun des personnages cité dans cet article ne nie le fait que l'argent soit le "nerf de la guerre". Aucun même ne critique ce fait (et on pourrait pourtant allègrement le faire, mais là n'est pas le sujet) - Aulas, Triaud et consorts n'ont certainement pas grand chose contre le pognon roi et le font régulièrement savoir ; ils "baisseraient en effet surement leur pantalon" devant n'importe quel investisseur (à condition, concernant Aulas, qu'il ne perde pas la main et la gloire qui pourrait s'ensuivre). La critique concerne juste l'iniquité. Iniquité qui est avérée, après on en pense ce qu'on veut.

Pour ma part, au-delà de ce débat là (je suis contre cette iniquité mais à la limite, malgré mon amour pour le foot, je me retrouve dans tellement peu de valeurs véhiculées à l'heure actuelle par ce sport au niveau professionnel, que je m'en fous un peu au fond), je trouve surtout triste que cette iniquité bénéficie à un club qui n'a pas de public, et à mon sens une âme réduite à quelques nostalgiques...
KillerCroc Niveau : CFA
Ce que je sais c'est que , à mon sens, on à peur de parler argent en France, et je trouve ça stupide, parce qu'on baigne dedans. Alors des entrées dans les capitaux de clubs ou des rachats sont de bonnes choses, surtout si les mecs ont du pognon à dépenser.
KillerCroc Niveau : CFA
Note : -1
Message posté par joubert
@KillerCroc : aucun des personnages cité dans cet article ne nie le fait que l'argent soit le "nerf de la guerre". Aucun même ne critique ce fait (et on pourrait pourtant allègrement le faire, mais là n'est pas le sujet) - Aulas, Triaud et consorts n'ont certainement pas grand chose contre le pognon roi et le font régulièrement savoir ; ils "baisseraient en effet surement leur pantalon" devant n'importe quel investisseur (à condition, concernant Aulas, qu'il ne perde pas la main et la gloire qui pourrait s'ensuivre). La critique concerne juste l'iniquité. Iniquité qui est avérée, après on en pense ce qu'on veut.

Pour ma part, au-delà de ce débat là (je suis contre cette iniquité mais à la limite, malgré mon amour pour le foot, je me retrouve dans tellement peu de valeurs véhiculées à l'heure actuelle par ce sport au niveau professionnel, que je m'en fous un peu au fond), je trouve surtout triste que cette iniquité bénéficie à un club qui n'a pas de public, et à mon sens une âme réduite à quelques nostalgiques...


à vrai dire je me fouts de l'article, c'est juste que les mecs qui trouvent encore à redire sur ça me foutent les nerfs.


Sur le dernier point je suis d'accord, c'est vrai que Monaco c'est pas le meilleur choix footballistique possible, après financièrement il parâit que c'est le paradis...

Voir l'OM racheté, moi supporter du PSG, ne m'aurais par exemple pas gêné.
KillerCroc Niveau : CFA
Note : -1
Pour ne citer que Le Graët. Lui c'est un champion.
Jacquoulecroquant Niveau : District
Premièrement on voit bien que la fameuse taxe à 75%, si un jour elle arrive, ne change que peu de chose. 58 au lieu de 45 millions, sur un an. Au temps pour moi mais c'est vraiment pas là le nerf de la guerre (comme dit plus haut).
Ensuite il faut arrêté l'hypocrisie, on imagine pas une entreprise du CAC 40 avec des règles fiscales différentes de ses compères. C'est la même chose ici.
C'est la base, et il ne s'agit pas de dire qu'on est réac', bien au contraire, ou qu'on est pas au XXIe siècle, que d'exiger une égalité de traitement entre les clubs d'un même championnat.
Je suis le premier ravi, pour le foot français, de voir Falcao, Zlatan, Moutinho etc. Mais notre passion pour le foot ne doit pas nous aveugler et nous empêcher de trouver légitime que Monaco paye des charges!
Je l'avais déjà dit il y a quelques temps sur un article similaire, Monaco profite des impôts français pour jouer son championnat de foot (via les subventions attribuézs aux autres clubs, construction de stades etc.), il est donc légitime qu'il contribue à celui-ci!
Qui plus est, et de manière générale, on s'apprête à baisser les alloc' familiales et à nous serrer la ceinture, il faut prendre l'argent là où il est !
Ca m'attriste vraiment de voir des passionnés de foot, tout comme moi, renier des principes de la vie en société évidents pour une histoire de ballon rond!
Longue vie à Monaco, qu'ils nous fassent plaisir en L1 et plus!
Mehmet Scholl Niveau : CFA
Moi c'qui me dérange dans ce bal des faux culs, c'est qu'on s'attaque à l'ASM quand on sent une menace.

J'veux dire par la que tout le monde s'en battait les steak en 2004 quand ils étaient a Gelsenkirchen ( j'etais moi même allé en Allemagne les voir jouer ), ou quand ils étaient en D2 les saisons passées...

Mais la, y'a un sac à vodka qui pèse 7 milliards et qui va donc faire que Monaco va prendre la deuxième place qualificative en LDC ( la première étant parisienne pour l'instant ), donc de suite, les rats qui dirigent l'OM, Bordeaux, Lille ou autres crient au scandale.

Alors oui, effectivement les règles ne sont pas les même pour l'ASM, mais si on regarde un peu plus loin que le court terme, cela ne peut avoir que des bons point pour la Ligue 1 mais blaireaux ne regardent qu'a très court terme, je m'explique :

1 - En l'état actuel des choses, et avec les formidables perfs de nos locomotives en Europe, on a perdu un tour de qualif sur la 3 eme place du championnat. Le fait que Paris et Monaco deviennent capable de perfs en Europe, cela ne peut que faire remonter l'indice UEFA de la France et inverser cet état de fait, avec pourquoi pas dans quelques années une 3eme place avec un tour de qualif et une quatrième place a 2 tours !! Mais naaan, les présidents médiocres ne voient pas cela, ils voient à court terme, plus qu'une place qualificative disponible... pleurez messieurs les médiocres, qui avez largement contribué à cet état de fait que l'on a aujourd'hui

2 - Avoir l'ASM et Paris au niveau européen, c'est l'assurance pour chaque club de L1 de jouer 4 matchs de niveau LDC par saison, avec l'apport spectateur que cela représente pour leur recette billetterie. De plus, chaque équipe a donc l'occasion de progresser, de se comparer au niveau européen de manière plus régulière, et donc ainsi de progresser. Mais naaaaaan, les présidents médiocres ne voient pas cela, ils préfèrent chialer comme des jeunes vierges par peur de prendre des branlées qui certes, seront bien réelles à court terme, mais qui bonifieront leur joueurs à moyen long terme. ( expérience, qualité et donc => valeur, revente )

3 - Avoir l'ASM et Paris en mastodontes financiers ouvre la porte aux clubs de L1 sur d'éventuels transferts surcotés de joueurs de L1, ils le savent et ne se priveront pas de survendre du blaireau moyens. Continuez donc d'énerver le sac a Vodka, il ira piocher à l'étranger et vous tendant le majeur bien haut ! ( CF le transfert avorté de Ruffier à l'ASM, Rybolovlev ayant très peu gouté aux propos de Caiazzo )

4 - Avoir l'ASM et Paris avec de tels joueurs, c'est l'assurance de voir les droits télés exploser et par la même, les redistributions à tous les acteurs du championnat seront elles aussi accrues !

Alors messieurs les présidents médiocres que vous etes, allez vous continuer de chialer parce que vous n'avez plus qu'une seule place pour chopper 20 millions sur une qualif ( hypotétique ! ) de poule en LDC, ou allez vous essayer de réfléchir 30 secs pour vous projeter plus loin et essayer de percevoir tout ce que vous avez à gagner sur le long terme ?

je ne sais pas si nous autres ou les monégasques on va apporter quelque chose à lyon, marseille et consorts, à vrai dire je m'en fous un peu.
mais ce que je sais a contrario c'est que la ligue a changé son règlement puis (tout est dans le "puis") a mandaté son ancien président et actuel président de la fff pour aller réclamer 200 barres à monaco (au moins d'après les déclarations de l'asm qui ont été mollement démenties voire pas démenties du tout).
bref, cette manière de faire est détestable et en dit quand meme long sur le foot français.
tout le monde pourrait y avoir droit.
le seul argu que je retiens est celui de l'équité ou d'absence d'équité au travers des règles fiscales monégasques.
cela dit, monaco se conforme aux règles en vigueur qui ont été arretées par de gaulle et rainier.
pour le reste, et comme je le disais, quand bien meme monaco devrait banquer comme les autres clubs, ils seraient toujours largement plus riches donc je ne vois pas en quoi l'équité serait rétablie.
au surplus, le "faut nous ("nous" c'est la ligue) filer la thune", on en fera meilleur usage que l'état me fait bien marrer.
faut se réveiller un peu les gars et commencer à respecter les lois.
sérieux, on est en pleine hallu dans ce pays, on se prend pour un coup d'épaule qui n'aurait pas fait bouger ma grand mère mais quand un officiel essaie de racketter le pdt d'un club, ça pose aucun problème à personne.
et après y'a encore des gus pour parler de fair play et d'équité, super crédible.
Surtout que les mecs en question, on pouvait déjà les voir à la télé avant hein. Même en signant à l'ASM, ils ne deviennent pas automatiquement des symboles ou des piliers du foot français.
@sly

Ton com m'a bien fait marrer.
-Everybody needs a hobby. Whtat's yours ?
-Resurrection...
Jacquoulecroquant Niveau : District
Les défenseurs du capitalisme à tout va que sont la FIFA, l'UEFA et la LFP (oui oui le foot est politique, SoFoot le rappelle encore par moment. C'est triste mais c'est ainsi), devrait être choqués de voir que "la concurrence libre et non faussée" n'est pas respectée, non? A moins que je ne comprenne pas ce que signifie ces termes..
Message posté par joubert
@KillerCroc : aucun des personnages cité dans cet article ne nie le fait que l'argent soit le "nerf de la guerre". Aucun même ne critique ce fait (et on pourrait pourtant allègrement le faire, mais là n'est pas le sujet) - Aulas, Triaud et consorts n'ont certainement pas grand chose contre le pognon roi et le font régulièrement savoir ; ils "baisseraient en effet surement leur pantalon" devant n'importe quel investisseur (à condition, concernant Aulas, qu'il ne perde pas la main et la gloire qui pourrait s'ensuivre). La critique concerne juste l'iniquité. Iniquité qui est avérée, après on en pense ce qu'on veut.

Pour ma part, au-delà de ce débat là (je suis contre cette iniquité mais à la limite, malgré mon amour pour le foot, je me retrouve dans tellement peu de valeurs véhiculées à l'heure actuelle par ce sport au niveau professionnel, que je m'en fous un peu au fond), je trouve surtout triste que cette iniquité bénéficie à un club qui n'a pas de public, et à mon sens une âme réduite à quelques nostalgiques...


on comprend bien ton raisonnement mais il y a une contradiction , tu ne te retrouves pas dans ce systeme mais tu trouves dommage que cette iniquité bénéficie à un club" qui n'a pas de public"...outre le fait que quelque soit le club et sa popularité , si c est injuste c est injuste, t es bien conscient que ce le foot actuel , et ce depuis presque toujours en fait avantage tres souvent ( si ce n est tout le temps) les gros clubs (et souvent donc les plus populaires) de maniere on ne peut plus injuste

sinon l auteur ca compte peut etre pour du beurre mais l as monaco a aussi disputé une finale de coupe des coupes (dans ce cas , faudra l'expliquer aux parisiens)
Message posté par Mehmet Scholl


1 - En l'état actuel des choses, et avec les formidables perfs de nos locomotives en Europe, on a perdu un tour de qualif sur la 3 eme place du championnat. Le fait que Paris et Monaco deviennent capable de perfs en Europe, cela ne peut que faire remonter l'indice UEFA de la France et inverser cet état de fait, avec pourquoi pas dans quelques années une 3eme place avec un tour de qualif et une quatrième place a 2 tours !! Mais naaan, les présidents médiocres ne voient pas cela, ils voient à court terme, plus qu'une place qualificative disponible... pleurez messieurs les médiocres, qui avez largement contribué à cet état de fait que l'on a aujourd'hui


4 - Avoir l'ASM et Paris avec de tels joueurs, c'est l'assurance de voir les droits télés exploser et par la même, les redistributions à tous les acteurs du championnat seront elles aussi accrues !



1/ La perte de la 5eme place coincide avec l'arrivée des qataris... avoir un ou deux clubs performants ne suffira pas à combler la chute de compétitivité des 4 autres qualifiés européens, étant donné qu'ils ne budgeteront plus que des 5ème place.

4/ La répartition des droits fera que l'ASM et Paris en seront les principaux bénéficiaires, cercle vertueux en leur faveur donc. Seuls l'OM et Lyon peuvent éspèrer gratter un peu sur ce point.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
392 85