Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Play-off aller
  3. // Villarreal-Monaco

Monaco et ses antécédents espagnols

L’ASM n’a jamais affronté Villarreal. Mais ses confrontations passées face à d’autres clubs espagnols peuvent donner quelques indications. Et si le club de la Principauté a parfois déçu devant des membres de la Liga, il a aussi su nous faire plaisir. Petit cours d’histoire.

Modififié

Victoires de prestige


Si Villarreal veut devenir La Corogne de Monaco, le club de la Principauté sera ravi. Ce dernier a en effet traumatisé les Turcos entre 2003 et 2005. Quinze buts inscrits, quatre encaissés, trois victoires, le tout en quatre matchs de poule de Ligue des champions, dont l’inoubliable 8-3 à Louis-II marqué par le quadruplé de Dado Pršo. Jérôme Rothen s’en souvient encore : «  Le matin du match, on a appris que les Espagnols étaient allés faire du shopping à Monaco, tranquilles ! Comme si on n'existait pas et que le match serait une formalité. On s'est dit qu'ils allaient "manger"… Et ils ont bien mangé !  » Sans compter le 5-0 infligé un an plus tard au Riazor. Même si la battle avait démarré par une défaite initiale sur le plus petit des scores (1-0), ces grosses performances permettent à la bande de Deschamps de se qualifier deux années de suite pour les huitièmes de finale.


Et si le sous-marin jaune s'échouait sur le Rocher ?

Beaucoup moins connu, pour les jeunes générations en tout cas, la qualification en demi-finales de Coupe des vainqueurs de coupe au détriment du Real Valladolid. C’était en 1989-1990. Tenu en échec en Espagne (0-0), la deuxième manche à Monaco est identique à la première malgré les nombreuses occasions des Rouge et Blanc. Direction les tirs au but donc, où Jean-Luc Ettori donne la qualification aux siens. Avant de se faire sortir par la Sampdoria de Gênes.

Vidéo

Des éliminations dures à avaler


De l’autre côté du miroir, c’est moins reluisant. Souvent opposés à des adversaires à leur portée (en apparence), les Monégasques se sont cassé la gueule plus d’une fois sur la marche hispanique. En 1980 d’abord. Face à Valence, au premier tour de la Coupe UEFA, l’ASM ne perd pas, mais ne gagne pas non plus. Auteurs d’un nul à l’extérieur (0-0), les Français ne font pas mieux chez eux (3-3). Plus logiquement, Monaco n’a pas les armes pour tenir tête au grand Barça lors de la C1 1993-1994. Les deux défaites (2-0 puis 0-1, doublé de Txiki Begiristain et but de Hristo Stoitchkov) empêchent Lilian Thuram, Emmanuel Petit, Youri Djorkaeff et Arsène Wenger de s’emparer de la première place, mais pas de se qualifier directement en demies.

Vidéo

Les années 2000 ne changent pas grand-chose. Alors que la Principauté dispose d’une dream-team avec Fabien Barthez, Willy Sagnol, Rafael Márquez, Martin Djetou, Marcelo Gallardo, Ludovic Giuly, Marco Simone et David Trezeguet, elle réussit à s’incliner 4-1 à Majorque dans son seizième de finale aller de C3… Au retour, le succès 1-0 ne suffit évidemment pas pour le futur champion de Division 1.

Vidéo

Bis repetita en 2005, avec Patrice Évra, Maicon et Emmanuel Adebayor. Ce n’est « que » le Betis Séville qu’ils rencontrent en août pour le troisième tour préliminaire de C1. L’échec 1-0 chez les Ibériques ne semble d’ailleurs pas irrattrapables. Pourtant, ceux-ci viennent attraper un bon nul (2-2) à Monaco et continuent l’aventure. Enfin, la dernière déception en date a eu lieu l’année dernière, au même stade que celui attendu contre Villarreal. Auteur d’une horrible prestation défensive à Valence où elle prend l’eau (3-1), l’ASM tente le coup en Espagne… mais s’impose seulement 2-1. «  Il faudra faire un match de rêve » , annonçait Jardim en conférence de presse après avoir vomi sur l’arbitrage. Raté.


Vidéo

L’exploit madrilène


7 avril 2004. Quarts de finale retour de LDC. Le Monaco de Didier Deschamps reçoit l’immense Real Madrid, emmené par ses Galactiques : Zidane, Figo, Raúl et Ronaldo. Pour atteindre le dernier carré, Guily et ses potes doivent refaire un retard de deux buts, la Maison-Blanche ayant dominé la première partie 4-2. Et tout commence mal, puisque l’attaquant espagnol ouvre le score. Pour beaucoup, le match est plié. C’est oublier la détermination et le karma monégasques de l’époque. « Au Real, ils sont déjà qualifiés dans leurs têtes. Ils marquent des buts, oui. Mais ils en prennent. Édu (Cissé, ndlr) a dit : "S'ils marquent, c'est fini." Non ! Rien n'est jamais fini !  » , a d’ailleurs encouragé DD dans les vestiaires avant la rencontre. Ainsi, après l’égalisation de Ludo juste avant la pause, Fernando Morientes donne l’avantage aux Français dans une ambiance que le stade Louis-II a rarement connue. Sur une superbe madjer, Cap’tain Giuly fait trembler une dernière fois les filets. 3-1, le résultat ne bougera plus. L’AS Monaco ira jusqu’en finale, malgré sa cote très faible. Dingue.

Vidéo



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 17:01 Tournois rétro vintage indoor 2019 5
Hier à 16:51 Le double raté d'un joueur du Lesotho 6

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 14:35 Alessandro Nesta va prolonger l'aventure à Pérouse 20
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Hier à 14:27 Un match de D4 argentine retardé à cause d'une grenade 1