Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Multiplex

Monaco commence la fête, Bastia espère et Dijon respire

Un peu moins de trente buts, du spectacle, des émotions, la trente-septième journée de Ligue 1 a été riche entre la nouvelle démonstration monégasque face à Lille (4-0), celle du FC Nantes contre Guingamp (4-1) et les espoirs bastiais et dijonais. Nice, de son côté, s'est taché à domicile contre Angers (0-2).

Modififié

Monaco 4-0 Lille

Buts : Falcao (6e, 69e), B. Silva (45e) et Alonso (89e, c.s.c.) pour l'ASM

Cédric Villani est clair : mathématiquement, l'AS Monaco n'est pas encore championne de France, et la moue songeuse de Nathalie Boy de la Tour n'y changera rien. Avant la réception du LOSC, Leonardo Jardim avait d'ailleurs prévenu tout le monde : « Il ne faut pas écouter ce qui se dit autour de nous. (...) Dehors, il y a déjà beaucoup de messages de félicitations, mais ce n'est pas ça le foot. » Le foot, c'est le terrain, et les bras armés de la LFP devront revenir mercredi prochain à Louis-II avec le gros Hexagoal pour éventuellement libérer pour de bon les Monégasques. Dimanche soir, la donne était simple : si l'ASM voulait être sacrée, il fallait espérer un faux pas du PSG à Saint-Étienne et faire un carton à la maison. Mission semi-accomplie, car devant son public, la bande à Jardim a assuré, même si elle a été bousculée, notamment en première période par des Lillois libérés et bien emmenés par un gros Naïm Sliti. Mais ce Monaco ne lâchera pas et a d'abord fait la différence grâce au vingtième but de la saison de Radamel Falcao, envoyé sur la lune par un centre superbe de Lemar, avant que Mbappé ne cogne de nouveau avant la pause. Comment ? En brisant l'équilibre physique du vieux Franck Béria qui, à l'âge du Christ, se sera fait sacrifier par la fougue de la bombe, altruiste ensuite pour filer le but de la confirmation à Bernardo Silva au moment de repartir aux vestiaires. En seconde période, Mbappé s'en ira offrir un second but à Falcao, et Júnior Alonso détournera un centre puissant de Lemar dans son propre but. Puissant et suffisant pour se rapprocher encore un peu plus du huitième titre de champion de France de l'histoire du club. Au fait, ça fait désormais plus de cent buts pour l'ASM cette saison.



Saint-Étienne 0-5 PSG

Buts : Cavani (2e et 72e), Lucas (38e et 78e) et Draxler (90e) pour Paris

Revivez le Multiplex de la 37e journée

Ça devait être une jolie fête. Geoffroy-Guichard avait dégainé les fumigènes, maillots et tifos pour dire « Merci » à son entraîneur depuis décembre 2009, Christophe Galtier. Problème, Sainté a invité la mauvaise personne à cette soirée de gala. Mal éduqué et sans cœur, le PSG dégomme le bel hommage des supporters des Verts en deux minutes après un but de la tête d’Edinson Cavani. Dominateurs, les Parisiens doublent logiquement la marque après un rush tout en vitesse de Lucas Moura (38e). Malgré le score, le public continue de chanter et de scander le nom de Christophe Galtier. Une belle ambiance qui n’effraie pas vraiment des Parisiens qui continuent leur attaque-défense en seconde période. Impérial devant Julian Draxler (51e), Stéphane Ruffier ne peut rien pour empêcher Edinson Cavani de s’offrir son trente-cinquième but de la saison en Ligue 1. Ni pour éviter le doublé de Lucas et le cinquième but de Draxler. 5-0. Galtier aurait sûrement préféré un autre cadeau d’adieu.



Bordeaux 1-1 Marseille

Buts : Rolán (2e) pour les Girondins // Gomis (60e) pour Marseille

Un Bordeaux-OM est toujours particulier. Pour la malédiction, pour l'histoire, pour le passif. Cette fois, il était aussi question d'Europe, mais aussi des adieux de Cédric Carrasso au Matmut-Atlantique. On aura finalement vu un très grand match de foot, débuté dans l'incompréhension après une ouverture du score contestable et contestée de Diego Rolán sur le premier mouvement bordelais, et bouclé logiquement sur un nul grâce à une égalisation de Gomis à l'heure de jeu. Logiquement ? Oui et non, car l'OM, une nouvelle fois à la hauteur de l'événement une semaine après sa victoire contre Nice, aurait pu espérer mieux, mais ni Payet, dont la frappe a fracassé la barre à la demi-heure de jeu, ni Thauvin et ni Bafé Gomis n'auront réussi à faire sauter plus d'une fois le compteur des Girondins. Dur à avaler, mais positif dans le contenu. Pour la cinquième place, rien n'est encore décidé, mais avantage à Marseille qui recevra Bastia la semaine prochaine.


Dijon 2-0 Nancy

Buts : Sammaritano (51e) et Diony (76e) pour Dijon // pour Nancy

Le match où il ne fallait pas se planter et où tout pouvait basculer. Cette semaine, Olivier Dall'Oglio avait enfermé ses hommes dans une bulle, histoire de péter la routine en deux et de remobiliser un groupe fracassé en plein vol à Guingamp le week-end dernier (0-4). Au moment de recevoir Nancy, frère ennemi dans la lutte pour le maintien, l'heure était grave et la victoire impérative. Message reçu, d'entrée, les Dijonnais ont pris à la gorge la troupe de Pablo Correa, obligeant Ndy Assembé à plusieurs sauvetages, notamment sur une déviation de Jordan Lotiès. En femme de caractère, l'ASNL a réagi avant la pause, mais s'est finalement fait sécher au retour des vestiaires sur une inspiration géniale de Frédéric Sammaritano. De quoi faire exploser le prince de Romans-sur-Isère, Baptiste Reynet, et rassurer le coach Dall'Oglio. Et, à un quart d'heure de la fin, Sammaritano a finalement pris les commandes du service pour faire craquer de bonheur la pépite Loïs Diony. Dijon s'offre un fol espoir avant d'aller à Toulouse samedi prochain, mais que cette équipe mérite de rester parmi les grands. Pour Nancy, en revanche, c'est presque terminé, sauf miracle. Terrible.


Bastia 2-0 Lorient

Buts : Crivelli (74e) et Danic (86e) pour Bastia

Vingtième au coup d’envoi, Bastia avait obligation de gagner face à un de ses concurrents directs au maintien. À Fos-sur-Mer, loin de leur Corse et de ses supporters, les Bastiais répondent parfaitement dans le combat physique. Moins dans le duel technique. Incapables de mettre en danger la défense lorientaise, les Corses auraient même pu (dû ?) encaisser un but de Jérémie Aliadière. Alors que l’ancien Gunner part célébrer sa réalisation avec son banc, l’arbitre de touche signale un hors-jeu difficilement compréhensible. Une décision qui fait très mal aux Lorientais. À l’inverse, Bastia commence à déployer son jeu avec l’entrée en jeu de Gaël Danic qui va jouer un mauvais coup à ses anciens coéquipiers. Un centre décisif pour Enzo Crivelli et une frappe des quarante mètres plus tard, Gaël Danic offre une victoire salvatrice au SC Bastia qui est toujours vivant dans ce championnat.


Nice 0-2 Angers

Buts : Ndoye (35e) et Toko Ekambi (90e) pour le SCO

La tache de cette trente-septième journée. Alors que l'OGC Nice ne sait pas encore vraiment la gueule qu'il aura la saison prochaine, la dernière à l'Allianz Riviera ne restera pas comme un souvenir à la hauteur de la campagne menée par Lucien Favre et ses hommes. Assurés de terminer sur le podium, les Aiglons ont chuté pour la première fois de la saison à domicile face à des Angevins qui débarquaient pourtant à Nice pour avant tout préparer leur finale de Coupe de France. La faute à des réalisations de Cheikh Ndoye et Karl Toko-Ekambi, alors que les Niçois, après une bonne première période, ont levé le pied en seconde. Rageant, presque dérangeant, mais sans conséquence, heureusement. Stéphane Moulin peut couiner de plaisir.


Nantes 4-1 Guingamp

Buts : Thomasson (17e), Sala (51e, 79e) et Nakoulma (69e) pour Nantes // Deaux (74e) pour Guingamp

En venant à la Beaujoire, Antoine Kombouaré rêvait de s'offrir une bataille de prestige avec Sérgio Conceição. Eh bien voilà comment repartir avec une démonstration monstrueuse entre les dents. Au fond, ce match ne servait pas à grand-chose si ce n'est bosser, déjà, pour la saison prochaine. C'était l'objectif principal de Conceição. Alors le FC Nantes a pris les Guingampais avec violence d'entrée, multipliant les vagues, ouvrant rapidement le score grâce à Adrien Thomasson et ne se laissant que très peu inquiéter au milieu des nombreux contacts. Les hommes de Kombouaré se sont alors rapidement trouvés hors sujet, saccagés dans ce qui restera sans aucun doute parmi les plus belles copies rendues par les Nantais dans cette seconde partie de championnat. Finalement, une large victoire (4-1) et surtout un but magnifique de Sala à dix minutes de la fin au bout d'une combinaison qui rappellera les belles heures de la Beaujoire. De belles heures qui ne sont peut-être pas si lointaines malgré les fumigènes.


Caen 0-1 Rennes

But : Sio (68e) pour Rennes

En lutte pour le maintien, Caen est pourtant à la fête pour rendre un dernier hommage à Nicolas Seube qui prend sa retraite après seize saisons passées au Stade Malherbe. Blessé pour cette rencontre décisive, le principal intéressé était pourtant partout : en tribunes sous la forme de masques et sur la pelouse pour donner le coup d’envoi fictif de la rencontre. Une fois l’hommage terminé, Caen perd alors son sourire et se met à trembler. Repliés dans leur camp, les Caennais attendent l’erreur adverse pour tenter le bon contre qui les maintiendrait en Ligue 1. Malheureusement, celui-ci n’arrivera jamais. Pire, l’attaquant rennais Giovanni Sio va leur jouer un mauvais coup en montant sur le dos de Ben Yousseff pour crucifier Vercoutre, Seube et tout le public de Michel d’Ornano.


Montpellier 1-3 Lyon

Buts : Mounié (35e) pour Montpellier // Fekir (17e) et Lacazette (22e et 90e+5) pour Lyon

Jeudi, les Lyonnais étaient en larmes après une folle remontada qui n’a finalement pas eu lieu en demi-finale de Ligue Europa. Trois jours plus tard, le sourire est réapparu sur les visages des Rhodaniens grâce au défenseur montpelliérain Daniel Congré qui offre le ballon à Lacazette. Altruiste, le Français décale alors son compatriote Nabil Fekir qui ouvre le score à bout portant. Passeur, Alexandre Lacazette se transforme en buteur cinq minutes plus tard sur une subtile louche par-dessus Laurent Pionnier. Dominés, les Montpelliérains reviennent dans la course sur une tête de l’inévitable Steve Mounié (35e). Poussé par la Paillade, le MHSC pousse dans le second acte, mais n’arrive pas à tromper Anthony Lopes, qui fête son 200e match avec l’Olympique lyonnais. Mieux, son pote Lacazette donne un peu plus d’ampleur au score en fin de rencontre pour valider la quatrième place au classement à l’OL.


Metz 1-1 Toulouse

Buts : Sarr (66e) pour Metz // Braithwaite (9e) pour Toulouse

Dans ce match sans enjeux, Messins et Toulousains ont régalé les spectateurs de Saint-Symphorien. Au terme d’une rencontre riche en occasion, les deux équipes, ex aequos au classement, n’ont pas eu le temps de se départager, Ismaila Sarr répondant au but de Martin Braithwaite. Troisième dans la hiérarchie des gardiens au coup d’envoi de la saison, le portier messin, Eiji Kawashima, s'est offert une belle ovation du public en stoppant le penalty d'Andy Delort en fin de rencontre pour permettre au FC Metz de terminer sa saison sur une bonne note à domicile.

  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici



    Par Maxime Brigand et Steven Oliveira
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Ligue 1 - 37e journée
    Le débrief




    Dans cet article


    jeudi 21 juin 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
    Partenaires
    Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom
    Podcast Football Recall Épisode 9: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses jeudi 21 juin Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? 1 jeudi 21 juin Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 8 jeudi 21 juin Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? jeudi 21 juin Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 10 jeudi 21 juin Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 jeudi 21 juin La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou