En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Bordeaux-Monaco (0-2)

Monaco anesthésie les Girondins

Grâce à un gros coup d'accélérateur en début de seconde période, les Monégasques sont allés chercher une victoire importante sans Falcao, face à des Girondins trop dépendants de Malcom.

Modififié

Girondins de Bordeaux 0-2 AS Monaco

Buts : Baldé (57e) et Lemar (65e) pour l'ASM

Elle est si loin et si proche à la fois, l'époque où les adversaires de l'AS Monaco n'avaient même pas l'occasion d'y croire ne serait-ce qu'un tout petit peu. L'année dernière, au moment de débarquer au Matmut Atlantique, les Monégasques restent sur 36 buts marqués en neuf matchs, soit une moyenne de quatre buts par rencontre. Du coup, les hommes de Leonardo Jardim ne dérogent pas à la règle et en collent donc quatre aux Bordelais. Normal. Histoire de calmer tout de suite le public girondin, l'ASM mène 2-0 au bout de cinq minutes de jeu. Un an plus tard, Monaco a bien changé et c'est beaucoup plus compliqué de venir battre Bordeaux dans son stade. Au bout de onze journées, Monaco compte 25 points. Soit deux de plus que la saison dernière au même stade.

Malcom in the middle


L'AS Monaco entame le match avec de belles intentions. Grâce, notamment, à un Fabinho déterminé à mettre les siens sur de bons rails le plus rapidement possible, les Monégasques impriment tout de suite une belle pression sur le but bordelais. Après une grosse percée et un bon relais avec Jorge, le Brésilien alerte pour la première fois Benoît Costil avec une lourde frappe, mais la main du portier bordelais reste ferme. Grâce à une ligne de récupération très haute et à un certain manque d'agressivité des hommes de Jocelyn Gourvennec, l'ASM appuie fort lors de ce premier quart d'heure. mais ne parvient pas à profiter du temps de latence des Bordelais, longs, très longs à rentrer dans leur match.

Les Girondins, qui rendaient le ballon beaucoup trop vite jusque-là, procèdent en deux étapes pour renverser la vapeur. Premièrement : se montrer dangereux en contre-attaque pour calmer l'adversaire et lui faire relâcher la pression. C'est ce que fait Nicolas de Préville au bout d'un contre éclair initié par Malcom. Mais lui aussi fait face à une main très ferme de Danijel Subašić. Deuxièmement : remettre le pied sur le ballon et gagner en maîtrise. Et ça, c'est l'affaire de Malcom. Véritable maître à jouer des Girondins, il gêne énormément les Monégasques en décrochant régulièrement pour trouver les décalages. Malheureusement pour lui, et heureusement pour l'ASM, ses compères d'attaque, Préville et François Kamano, manquent quelque peu de précision.

Baldé artiste


Les Monégasques reviennent des vestiaires avec d'autres plans. Youri Tielemans et João Moutinho échangent leurs postes respectifs. Le Belge passe numéro dix, tandis que le Portugais recule d'un cran et, apparemment, ça paie. Même s'il est positionné plus bas sur le terrain, c'est bien le Portugais qui se projette pour dévier le ballon de la tête vers Keita Baldé. L'ancien Laziale contrôle du droit et croise parfaitement du gauche pour ouvrir le score (57e). Un énorme coup sur la tête des Bordelais, qui ne parviennent pas à réagir. Au contraire, ils sont asphyxiés par le pressing intense des Monégasques. Logiquement, le break est rapidement fait par l'intermédiaire de Thomas Lemar, entre exploit technique et erreur de Benoît Costil (65e). Cette fois-ci, le coup d'accélérateur a payé.

Les hommes de Leonardo Jardim relâchent naturellement la pression, là où ils auraient enchaîné les buts la saison passée. C'est ainsi qu'ils permettent aux Bordelais de garder espoir. Alors qu'ils manquent d'idées dans la construction, ils parviennent tout de même à se procurer pas mal d'occasions. Mais Danijel Subašić, contrairement à son homologue bordelais sur le but de Lemar, ferme bien les jambes pour détourner la frappe d'Alexandre Mendy. Et lorsque le Croate est battu, Jermerson est là pour prendre le relais. Le défenseur brésilien sauve le ballon sur sa ligne à deux reprises devant une tête de Lerager, puis une autre de Kamano. Bordeaux peut nourrir des regrets. Le manque de réalisme est toujours fatal.


Bordeaux (4-3-3) : Costil - Sabaly, Toulalan (cap.), Lewczuk, Pellenard - Lerager, Sankharé (Mendy, 64e), Vada (Plašil, 73e) - Malcom, Préville, Kamano (Cafu, 81e)
Monaco (4-2-3-1) : Subašić - Raggi, Glik, Jemerson, Jorge - Fabinho, Tielemans - Lopes (Diakhaby, 90e), Moutinho, Lemar (Boschilia, 92e) - Baldé (Jovetić, 82e)


  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Kevin Charnay
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9
    À lire ensuite
    Pat’ carbo