En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Barrages retours
  3. // Monaco/Valence (2-1)

Monaco a failli le faire

Après avoir totalement foiré leur début de match, les Monégasques sont parvenus à se réveiller en fin de partie pour finalement arracher une victoire, 2-1. Insuffisant, toutefois, pour retrouver la Ligue des champions. Dommage.

Modififié

Monaco - FC Valence
(2-1)

A. Raggi (17'), E. Echiejile (75') pour Monaco , Á. Negredo (3') pour FC Valence.


Quatre minutes. Pas une de plus. C'est le temps qu'il aura fallu à Álvaro Negredo pour éteindre la petite lueur d'espoir qui brillait encore dans les cœurs monégasques. Et quitte à briser des cœurs, autant le faire avec élégance. À la réception d'une passe en retrait foirée de Fabinho, l'attaquant espagnol accélère, pénètre dans la surface, avant de déclencher un amour de ballon piqué qui s'en va mourir dans le petit filet d'un Subašić impuissant. Un geste d'une beauté pure. Mais d'une beauté fatale, car avec sa délicate patte gauche, le joueur de Valence vient de briser les rêves monégasques. Sans même attendre la fin de la nuit. Car si Monaco est parvenu à s'offrir un dernier quart d'heure d'espoir après les buts de Raggi (18e), puis d'Echiejile (75e), la messe semblait déjà dite après cette quatrième minute de jeu. Le réveil monégasque a retenti beaucoup trop tard. Celui de Negredo, en revanche, était bien à l'heure.

Negredo, cet homme pressé


Ils ont beau avoir deux buts d'avance, les Valenciens ne débarquent pas sur la pelouse de Louis-II en spectateurs. Loin de là, même. Ce sont d'ailleurs eux qui démarrent cette partie pied au plancher : on ne joue que depuis deux minutes et, déjà, Subašić doit y aller de son exploit pour empêcher Mustafi d'ouvrir le score à bout portant. En face, les Monégasques sont impuissants, totalement dépassés par l'intensité du rythme imposé par les Espagnols, et l'inéluctable arrive finalement plus tôt que prévu. À l'affût d'une mauvaise passe de Fabinho, Negredo s'en va tromper Subašić d'une merveille de balle piquée (4e). L'ASM ne pouvait pas imaginer pire entame. Il faut finalement attendre le quart d'heure de jeu pour voir les joueurs du Rocher sortir (enfin) la tête de l'eau, tirés par la force d'Andrea Raggi. À la réception d'un ballon mal renvoyé par la défense de Valence, le défenseur monégasque ne se pose pas de question et, en se retournant, décoche une belle frappe à ras de terre qui vient surprendre Ryan (18e). 1-1, l'espoir renaît chez les Rouge et Blanc, d'autant que, malgré une nouvelle frappe dangereuse de Parejo (22e), les locaux parviennent enfin à faire jeu égal avec leurs adversaires. De quoi continuer à espérer au moment de rentrer aux vestiaires. Ne serait-ce qu'un petit peu.

Echiejile sonne une révolte tardive


Loin du début de match à cent à l'heure, ce second acte commence de manière plus tranquille. Et si les Monégasques semblent moins largués sur la pelouse, ils ne parviennent pas à créer le danger dans le camp adverse. De son côté, fort de son confortable avantage, Valence gère tranquillement ses efforts et n'a aucun mal à contenir les embryons d'offensives monégasques. Les occasions se font rares, le score n'évolue pas, et le temps qui défile profite à des Espagnols qui ne semblent guère inquiets quant à l'issue de la rencontre. Pourtant, à la 75e, Ryan repousse un coup franc de Lemar directement sur le ventre de Carillo, lequel se transforme en passeur décisif involontaire pour Echiejile qui n'a plus qu'à pousser le ballon au fond du but vide. 2-1, Monaco s'offre le droit d'y croire encore. Les dernières minutes de jeu voient les locaux se jeter vers l'avant pour tenter d'arracher cette prolongation inespérée, mais Valence tient le coup, à l'image de Ryan qui se couche parfaitement sur une belle frappe lointaine de Lemar (83e). Malgré quelques ultimes tentatives, l'ASM ne parvient pas à créer l'exploit, la faute, sûrement, à un réveil trop tardif. De quoi nourrir quelques regrets. Car, à défaut de retrouver le doux parfum de la Ligue des champions, Monaco devra bien se contenter des effluves plus amers de la Ligue Europa.

Par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 il y a 1 heure Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 2
il y a 3 heures Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 5 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 6 il y a 7 heures Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 15
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7 mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4