1. //
  2. //
  3. // Bastia-Monaco

Monaco 1994 et l’enfer corse

Le 26 novembre 1994, Monaco se déplace à Bastia lors d’un match qui dégénère complètement après quelques erreurs arbitrales. Si la partie ira jusqu’à son terme (2-2), l’ASM récupèrera les trois points sur tapis vert.

Modififié
895 35
Nappé de sa longue tignasse, Éric Di Meco se tient le nez, en sang. Laurent Moracchini vient de fracasser son crâne sur son dispositif olfactif, lui fracturant l’os nasal sur le coup. Voilà l’image qui reste d'une baston générale enclenchée juste avant la mi-temps de ce Bastia-Monaco disputé le 26 novembre 1994. Une rencontre émaillée de nombreux mauvais gestes et marquée par l’envahissement du terrain par les supporters.

Youtube

Rembobinons. À l’époque, Bastia vient juste de remonter dans l’élite et a donc la dalle. Dans ses rangs, on retrouve Stéphane Ziani ou Jacques Canosi. Sur le banc ? Frédéric Antonetti, bien entendu. En face se dresse le grand Monaco de Jean-Luc Ettori, composé de têtes bien connues aujourd’hui. Lilian Thuram, Franck Dumas, Claude Puel, Emmanuel Petit, Youri Djorkaeff, Sonny Anderson... Du lourd. Pour cette affiche, Furiani est plein et chaud bouillant, excité par le tract d’avant-match où sont mentionnées ces quelques lignes : « Ne nous laissons plus marcher sur les pieds par ces équipes venues de Gaule, et gâchons la joie de Thierry Roland qui, tous les dimanches, prend un malin plaisir à annoncer la défaite du Sporting sur ses terres ! » Malheureusement pour le public, le club de la Principauté fait vite valoir sa supériorité grâce à deux buts dès le premier quart d’heure. Problème : l’arbitre multiplie les fautes d’arbitrage, ce qui engendre une colère plus qu'exagérée chez les supporters corses.

Ces derniers estiment d’abord que le premier pion de Thuram sur corner n’aurait jamais dû être accordé, le corner n’existant pas. Bon. Passons. Sur le second but, l’homme en noir accorde un penalty aux visiteurs pour une main de Ziani, alors que Mickaël Madar touche lui aussi la balle de la main quelques secondes auparavant. L’ambiance commence alors à tourner au vinaigre. Pourtant, aucune limite n’est dépassée sur le terrain, à en croire Patrick Valéry, aligné dans l’équipe de l’ASM : « Nous, on avait été reçus correctement, comme pour n’importe quel match. Dans l’esprit, sur la pelouse, c’était comme un derby. Ni plus ni moins. » Sauf que la mauvaise prestation de M. De Pandis est loin d’être terminée. À deux minutes de la pause, Anto Drobnjak voit son but refusé pour une position de hors-jeu, alors que Laurent Casanova, son partenaire, vient de se faire découper dans la surface. C’en est trop pour certains fans qui, incapables de se contrôler, balancent des projectiles, enjambent les grillages et entrent sur le terrain. Effrayé, l’arbitre rentre aux vestiaires pendant qu’une baston entre joueurs éclate.

Patrick Valéry : « On a eu peur, ouais  »


« C’est clair qu’on a un peu flippé quand on a vu la foule s’inviter sur la pelouse, reconnaît Valéry. On a eu peur, ouais. C’était choquant. Mais moi, ça allait parce qu’Antonetti, qui voulait me recruter, m’avait protégé. Il m’avait pris en me disant : "Viens là, toi." » Tout le monde n’est pas aussi chanceux. Si Di Meco se fait exploser le nez, Puel et Thuram doivent contenir les coups de quelques « supporters » et Petit en vient aux mains avec une personne de la sécurité. Finalement, le calme réapparaît au bout de vingt minutes et l’arbitre fait jouer les 120 secondes restantes de la première période dans un environnement plus qu’hostile. Et malgré quelques tensions toujours présentes lors de la mi-temps – « des petites frictions anecdotiques dans le tunnel » pour Valéry –, le deuxième acte a lieu.

Mais la physionomie de la rencontre bascule. Chahutés dans les têtes, les Monégasques tremblent logiquement et ne parviennent plus à développer leur jeu. Les Corses, remontés à bloc par les récentes péripéties, en profitent : entre la 65e et la 70e minute, les locaux marquent à deux reprises (Casanova et Bruno Rodríguez) et reviennent donc à égalité. « Oui, on a un peu perdu notre football après la pause. Les Bastiais avaient les crocs et les faits de jeu ont impacté notre niveau » , concède Valéry, qui n’en a jamais voulu aux Corses. Reste que le score de 2-2 ne sera pas validé par la Fédération. Vu les incidents, Monaco remporte en effet les points sur tapis vert. À la plus grande surprise de Valéry et ses coéquipiers : « Une fois le match terminé, on ne pensait pas du tout que le match serait gagné à cause des problèmes rencontrés, hein. » Le SCB, lui, prendra deux matchs de suspension de terrain (dont un avec sursis). Quant à l’arbitre, pas sûr que le choc psychologique ait disparu. « J'ai cru que j'allais mourir » seront ses seuls mots.



Par Florian Cadu Propos de Patrick Valéry recueillis par FC.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Di Meco avait trouvé à qui parler pour une fois. Lui qui aime les matchs virils a été servi.

Et ces coupes de cheveux...rah la honte !
Ce commentaire a été modifié.
D'ailleurs, regardez la seconde vidéo à partir de la 10ème minute, ça vaut son pesant d'or !
Pour sa "défense", il se prend le coup de tête mais ne tombe pas au sol comme une victime, il essaie direct de choper le mec mais on l'en empêche
Parce que tu trouves que les coupes de cheveux des footballeurs actuels sont plus classes ?
La coupe "tampon usagé" de Kipembe ne te plait pas ? Dommage qu'il ait changé...
4 réponses à ce commentaire.
Génial l'extrait du journal de Corse TV. Je ne sais pas pourquoi mais ça me fait penser au sketch des inconnus sur les télés étrangères.

https://www.youtube.com/watch?v=-oZBakdDIPU
Leslipamamie
Je me souviens encore de ce match, j'étais gamin et c'est là que je me suis rendu compte que le foot c'était pas que les chevauchées de Weah, les dribbles de Waddle ou le but de Boli face au Milan AC.

Ma reum avait gueulé sur mon père de nous avoir laissé regarder telefoot.
Ben oui, il y a le foot amateur aussi ! La preuve avec les vidéos visionnées.
Et on peut aussi rajouter la télévision amateur tant qu'on y est.
1 réponse à ce commentaire.
"Il est incontestable que l'arbitrage est à l'origine de ces débordements"

En temps de guerre, on appelle ça un collabo.
Master of footix Niveau : Loisir
En fait c'est toujours la merde dans ce stade.
En même temps si l'arbitre vient de Gaule comme les enculés d'en face et est donc partial, c'est dur de rester calme!
sequane77 Niveau : DHR
Je pensais qu il ny avait plus que le FN pour faire référence aux "Gaulois", mais non y a aussi les natios Corses
CahuHantz905
De manière péjorative, par contre. Parce qu'on nous enseignait à l'école "que nos ancêtres étaient gaulois". Ce qui est faux. Et oui, ça a toujours été "la merde", mais à l'époque le monde était moins frileux et ça ne posait pas vraiment de souci. Le monde devient juste un peu chiant et pasteurisé, comme vous.
FoxInTheBox Niveau : Loisir
Par contre pourrir un match avant de se faire passer pour des victimes, ou mettre en avant l'origine nationale avant de s'offusquer du "racisme anti-corse", ça ça n'a pas changé.
4 réponses à ce commentaire.
luambomakiadi Niveau : District
Antonetti et son "viens-là toi", énorme!
WALDI500
Old times.
Deux matchs de suspension dont un avec sursis c'était gentil...
supernabot Niveau : DHR
ils avaient pas lancé de pétard sur les joueurs hein, ils avaient juste essayé de leur péter la gueule. Et puis c'était Monaco, pas Lyon en face...
1 réponse à ce commentaire.
The Buccaneer Niveau : DHR
Sans forcément chercher de bouc-émisssaire, on peut se demander ce qu'a l'arbitre dans la tete. D'abord il fait un match de merde, ensuite il se tire dès que ca sent mauvais. Puis il se dit que quand meme, on va terminer le match. Match qui a la fin sera annuler et rendu sur tapis vert. Je peux comprendre la rancoeur des Bastias à son encontre.
Après, j'aime la bagarre, et voir Di Meco dans cet état je trouve ca beau.
danseavecmamie Niveau : DHR
T. Rolland pour le deuxième but bastiais: "on se demande ce que font ces gens sur la pelouse"!


Et l'arbitre qui court vers les vestiaires avec le col déchiré, Di meco qui se prend un coup de poing par derrière dans la tete par un supporter.

trés chaud l'ambiance!


1 réponse à ce commentaire.
Note : 1
En 1994, les Corses n'étaient pas au courant que la France ne s'appelait plus la Gaule.
Et en 2017, certains individus ont encore du mal à voir l'ironie quand elle est flagrante.

"La Gaule", "Le Continent", sont des appellations locales pour désigner la France "continentale". C'était si difficile à comprendre ? ^^
Note : 2
Il semblerait que ce soit toi qui n'aies pas compris l'ironie quand elle est flagrante. Peut-être aurais-je du rajouter un ":D" en fin de phrase pour appuyer ma vanne ?


: D
Le paradoxe de l'arroseur arrosé dans toute sa splendeur
3 réponses à ce commentaire.
Envahissement de terrains par les supporters, débordements, baston, nez cassé… Pas la peine de me dire de quel stade ça vient, je connais déjà la réponse.
Jeune quille Niveau : DHR
C'était à Bastia.

Au cas où tu penses au Roudourou.
1 réponse à ce commentaire.
La version du journal régional est bien plus complète et objective que celle de Téléfoot.
C'est ouf quand même de voir à quel point les conditions de sécurité ont changé. L'arbitre se fait courser, les "supporters" sont sur la pelouse et tout le monde trouve ça à peu près normal.
Aujourd'hui tu te fais virer pour un fumi...
Hier à 17:27 Pronostic Manchester City Monaco : jusqu'à 560€ à gagner sur l'affiche de Ligue des Champions ! Hier à 10:20 315€ à gagner avec City-Monaco, Séville & Caen-Nancy
Hier à 20:41 Des joueurs de Viry-Chatillon accusés d'avoir parié sur leur match Hier à 17:00 Une bicyclette en D5 belge Hier à 16:33 Brésil : l'arbitre annule le match avant de donner le coup d'envoi Hier à 16:15 Guardiola a hâte de voir Bielsa à Lille
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 16:05 CDM 2018: les sponsors ne se bousculent pas Hier à 15:34 Acheampong fête la victoire sur un adversaire Hier à 15:06 Neil Warnock veut qu'on le hue à sa mort Hier à 14:43 Christian Bassogog part toucher le jackpot en Chine Hier à 13:47 L'entraîneur d'America joue le douzième homme Hier à 12:08 Le poirier du coach des Rangers Hier à 11:29 Une sacrée quetsche en D2 belge
Hier à 11:25 Quand le gardien de Sutton était approché pour poser nu Hier à 11:00 Une prime de 5000 livres pour les joueurs de Lincoln Hier à 11:00 La chevauchée fantastique de Mavididi Hier à 10:35 Berbatov cherche un club Hier à 10:33 Mon Petit Gazon : les tops et les flops de la 26e journée Hier à 10:19 Un joli coup franc du milieu de terrain Hier à 10:06 Les golazos de Youri Tielemans Hier à 09:35 Superbe geste technique raté au Mexique Hier à 01:15 Volés par l'arbitre, ils protestent en laissant leur adversaire marquer trois fois dimanche 19 février Coup du foulard de l'espace chez les U15 de Wigan dimanche 19 février Le golazo d'Insigne face au Chievo dimanche 19 février Le tifo gigantesque des fans du Standard dimanche 19 février Le golazo de Rudy Gestede dimanche 19 février Les supporters de Millwall envahissent la pelouse dimanche 19 février Ancelotti, un homme (de doigt) d'honneur dimanche 19 février Ribéry rend visite à Théo dimanche 19 février Favre en colère contre Letizi dimanche 19 février Chamakh va rebondir en Serie B dimanche 19 février Thibaut Courtois chanté par Shay dimanche 19 février Pronostic PSG Toulouse : jusqu'à 390€ à gagner sur l'affiche de Ligue 1 ce week-end ! samedi 18 février La virgule petit pont de CR7 samedi 18 février Le but somptueux de Thauvin samedi 18 février Ronaldo explique son départ du Barça samedi 18 février Dwight Yorke refoulé des États-Unis samedi 18 février Suspendu six matchs pour avoir bousculé un ramasseur de balle samedi 18 février Cyril Hanouna veut racheter Guingamp samedi 18 février Un club norvégien signe un défenseur grâce au crowdfunding samedi 18 février Momo Sissoko de retour en Europe, en Serie B samedi 18 février CR7 à la télé turque avec Angelina Jolie samedi 18 février André-Pierre Gignac marque enfin samedi 18 février Suspendu 47 matchs pour avoir frappé l'arbitre vendredi 17 février Le coup franc soyeux de Dybala
895 35