1. // Copa Libertadores
  2. //
  3. // River Plate-São Paulo

Mon fils, ma Batalla

À 19 ans, Augusto Batalla devrait être le successeur de Barovero dans les buts de River Plate. Une tâche compliquée pour un jeune supervisé depuis longtemps par le Real Madrid. Focus sur l’avenir du poste en Argentine.

53 1
« Les cages les plus grandes du monde. » C’est ainsi que le monde de River Plate nomme les buts du Monumental. La responsabilité du gardien du club à la bande rouge est immense. Ont défilé au poste des légendes telles qu'Amadeo Carrizo, Pato Fillol, Ángel Comizzo, Nery Pumpido ou encore Germán Burgos. Dernièrement, c’est Marcelo Barovero qui a brillé entre les trois montants du mythique stade. Le gardien argentin est entré dans ce cercle fermé des joueurs devenus indispensables, si rares qu'ils sont au-dessus de l’institution. Ceux qui, lors de l'échauffement d’un Superclásico, reçoivent une immense ovation et se préparent au son de « No te vayas, Barovero » (Ne t’en va pas, en VF). Alors que Trapito a décidé de quitter le navire, Marcelo Gallardo se retrouve face à un dilemme. Depuis l’année dernière, Augusto Batalla, jeune promesse argentine, tape à la porte de l’équipe première. Mais l’entraîneur argentin pourrait aussi demander le recrutement de Sergio Romero, qui squatte les bancs de Premier League, ou le retour de Germán Lux, qui a maintes fois exprimé son envie de prendre un aller simple pour Buenos Aires. Alors, « les cages les plus grandes du monde » , une trop grosse responsabilité pour Batalla ?

Youtube

(Trop) Couvé par Gallardo


L’année dernière, River Plate a sciemment abandonné le championnat local pour se concentrer sur la Copa Libertadores. Un choix gagnant, puisque les Millonarios ont conquis un titre qui se faisait attendre depuis dix-neuf ans. La situation semblait idoine pour voir Batalla grappiller quelques minutes. Pourtant, Gallardo lui préfère à chaque fois l’expérimenté Julio Chiarini. Résultat, le remplaçant de Barovero assume un triste intérim. Et une certitude naît dans l’esprit de l’entraîneur du champion d’Amérique : Chiarini ne sera pas le successeur de Barovero, qui devrait partir à la fin de son contrat en juin. Gallardo commence petit à petit à intégrer Batalla dans le groupe professionnel. Et le numéro 42, cadre dans toutes les sélections de jeunes argentins, dispute enfin son premier match en janvier dernier. Dans le fameux tournoi d’été (compétition de pré-saison où tous les grands clubs argentins s’affrontent), Batalla débute contre Independiente. Une défaite 3-2 qui ne change pas grand-chose. Gallardo a une idée : tester le natif d'Hurlingham (province de Buenos Aires) en vue du départ de Barovero. « Depuis le semestre dernier, on l’intègre au groupe, il partage la vie quotidienne avec nous. On le prépare, et on sait qu’il a les qualités pour s’installer dans les buts de River pour une très longue période. À part si un club le recrute avant » , explique Gallardo devant la presse après le baptême de Batalla. Surtout quand c’est un géant du football européen qui se présente.

Un râteau au Real


En mars 2015, Rodolfo d’Onofrio, président de River, annonce le départ de Batalla, au club depuis ses six ans. « Le contrat n’a pas encore été signé, mais en juin, Batalla s’en ira en prêt au Real Madrid, avec une option d’achat extrêmement haute. » La Maison-Blanche veut offrir le poste de gardien titulaire du Castilla au jeune Argentin. Mais finalement, l’opération sera annulée. Batalla prolonge finalement à River Plate. Et explique la décision de refuser l’offre d’un club qui l’avait repéré depuis un essai dans l’école de gardiens créée par Iker Casillas : « J’ai parlé avec Marcelo Gallardo. Il m’a donné son avis, et j’ai décidé de rester à River. L’opinion du coach a été primordiale pour ma prolongation. Il m’a dit ce qu’il pensait de moi, et cela m’a rassuré. » Et d’ajouter, dans une interview pour La Pagina Millonaria : « Refuser le Real, c’était une décision très personnelle et difficile. Je voulais continuer dans un club qui m’a tout donné. Je veux que les supporters associent mon nom à l’écusson de River Plate, pas à celui d’un autre club. Mon rêve est de débuter en première division. »


Aujourd'hui, celui qui a porté le brassard de capitaine dans toutes les sélections de jeunes s’assoit sur le banc à chaque rencontre de River Plate. Et travaille avec Barovero, « qui l’aide à gérer l’anxiété d’un gamin de 19 ans » , selon l’intéressé. L’Argentine se souvient du titre acquis au championnat du monde des moins de 20 ans en 2015, marqué par un discours de motivation exceptionnel de Batalla.

Youtube

Des qualités confirmées par Gallardo, après le premier match du gardien de 19 ans : « Il a grandi, il a une énorme personnalité. Et cette saison, si Marcelo Barovero part en juin, il va jouer certains matchs. La compétition doit lui permettre de devenir plus fort. Il va sentir qu’on a énormément de confiance en lui. » Il se dit aussi que Tata Martino observe les rencontres d'Augusto Batalla (avec la réserve) pour la sélection. Avec le Real, il a perdu une bataille. Mais pas la guerre.


Par Ruben Curiel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
 //  09:37  //  Aficionado del Uruguay
Note : 1
Extraordinnaire ce discours d'avant matchs, j'était personellement au Centenario pour assister à ce match U20 il y'a un ans, une trés belle finale avec notament une énorme prestation de Gaston Pereiro et Jonathan Rodriguez côté Céleste et un sublime exploit individuel d'Angel Correa sur le second but argentin !
Batalla avait lui aussi étè trés bon, remportant un ou deux face a face avec Arrambari et Fran Acosta si mes souvenirs sont bons...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
53 1