Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Groupe F
  3. // PSG/Barça (3-2)

Moi, stadier lors de PSG - Barcelone

Les stadiers n'ont quand même pas un métier facile. Ils assistent aux plus belles rencontres de foot, mais ne peuvent bien souvent pas en voir un bout. La faute à leur positionnement dos au jeu pour surveiller les éventuelles intrusions. Mardi soir, on a tout de même pu en croiser un plus chanceux que les autres.

Modififié
PSG – Barcelone. Le match où tout le monde veut être. Le match où il faut être vu. Jay-Z, Beyoncé, David Beckham et même Sarko peuvent en témoigner. Tous sont là, réunis dans les quelques mètres carrés de la « corbeille » . L'endroit le plus sélect du Parc des Princes. Bien au chaud à côté de Deschamps, Kluivert et Cannavaro. Que du beau linge. Pourtant, non loin d'eux, il y a bien un autre privilégié. Un certain Philippe. Quelques rangs plus haut, en tribune de presse, il est là. Debout. Entouré de journalistes préparant leur intervention en direct à la télévision, révisant leurs fiches ou tout simplement en train d'admirer l'évolution de leur compte Twitter. Lui est au stade depuis 18 heures et n'a pourtant pas de papier à écrire. Il est stadier. Il observe, surveille de temps en temps, mais savoure surtout cette soirée de gala.

À côté de Gerard


Veste rouge sur le dos, numéro 65 plaqué sur lui, ce supporter du PSG dans le civil assiste tranquille à la rencontre. Quand certains de ses collègues gardent des portes dans des couloirs glauques ou sont tout simplement dos au jeu à guetter le premier streaker qui oserait descendre sur la pelouse, lui est face au terrain. Pile-poil en face de la ligne médiane, à deux petits mètres de Gerard Lopez, l'ancien Barcelonais et Monégasque, qui commente pour la chaîne TV3 ce mardi soir. En fait, Philou est au top. Ne manquent que les petits fours, auxquels il n'a pas droit. Un détail. Car malgré tout, c'est bien lui le grand gagnant du côté des stewards. « Avant d'arriver au stade, je ne savais pas où je serai placé, explique-t-il une fois les trois points acquis par le PSG. C'est vrai que j'ai sans doute eu la meilleure place de tous les stadiers. J'ai pu suivre tout le match. » À peine doit-il jeter un œil aux allers et venues autour du plateau d'une télévision espagnole. De ce côté, RAS. Le taf est correctement effectué. Aucune intrusion n'est à déplorer. « J'ai veillé à ce que tout se passe bien et ça s'est bien déroulé » , se marre-t-il.


« Il rate de ces trucs Cavani parfois ! » Philippe, stadier du Parc
Du match, il ne rate donc quasiment pas une miette. On le voit ainsi commenter dans sa barbe certaines actions, reprendre son souffle sur la frappe manquée d'Iniesta (74e) et même ne pas comprendre pourquoi Daniel Alves n'est pas expulsé pour ses fautes répétées. Il souffre en silence en voyant le chrono qui ne défile pas assez vite et maudit Cavani au moment de ses loupés : « Il rate de ces trucs parfois ! » Finalement, les trois coups de sifflet de Nicola Rizzoli retentissent. Ouf de soulagement au Parc des Princes. Avec quatre points, Paris est leader du groupe F de la Ligue des champions. Il est 23 heures, la « journée » est finie. Philippe, après avoir passé sans doute une de ses plus belles soirées de boulot, peut rentrer chez lui. Jay-Z et Beyoncé, eux, doivent déjà être loin dans leur taxi.

Par Tanguy LE SEVILLER
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25