Moi, jeu

Parce que contrairement à son prédécesseur, Laurent Blanc n'a pas oublié qu'il était un joueur, un vrai.

0 1
Laurent Blanc, son passé de milieu de terrain, son port altier, ses bonnes manières, ses chaussettes tombantes, son altercation avec Bilic, sa suspension injuste, ses coups de tête, son maillot de l'OM, son but contre le Paraguay, son maillot de Manchester, ses cheveux bouclés, ses qualités de relance, son souci de bien jouer, de jouer juste. Laurent Blanc est un ancien joueur, un ancien grand joueur même, disons-le franchement, et il ne l'a pas oublié. C'est ainsi qu'il entraîna Bordeaux, c'est ainsi qu'il s'occupe de l'Equipe de France. En privilégiant le jeu, en privilégiant les joueurs.


La sélection de Payet, joueur en forme du moment ; le choix de se passer des frondeurs de Knysna, parce qu'ils n'ont, justement, pas joué le jeu ; l'organisation en 4231 ou en 433 avec un souci évident de bien remonter le ballon ligne par ligne, étape par étape ; son admiration pour le jeu de Barcelone ; sa touillette et ses idées, sa philosophie ; son choix de proposer aux joueurs l'aide d'un préparateur mental ; son 442 losange avec Bordeaux, et son choix de faire de Gourcuff un numéro dix à l'ancienne en même temps que son joueur-clé ; sa main tendue au même Gourcuff, alors que celui-ci n'est pas forcément dans la forme de sa vie ; sa possible association avec Nasri...


Laurent aime le jeu. Pour les deux matchs à venir, samedi contre la Roumanie, au Stade de France, puis mardi, contre le Luxembourg, au Stade St-Symphorien, le sélectionneur pourrait bien associer les deux "meneurs". Nasri et Gourcuff, Gourcuff et Nasri, non plus l'un ou l'autre, ou plutôt l'un et jamais l'autre. Aussi, pendant que certains se demandent s'ils sont compatibles (faut-il rappeler que dans les années 80 la France jouait, et plutôt pas mal, avec trois "meneurs de jeu"?), d'autres se demandent déjà comment les associer.


Pour leur dernier match, Lolo a organisé les Bleus en 433 autour d'un milieu Alou Diarra, M'Vila, Diaby. Milieu aligné parce qu'il n'était pas alors possible de faire grand chose d'autre ; Nasri était blessé, Gourcuff suspendu. Résultat ? Une victoire 2-0 face à la Bosnie avec une manière mi-probante mi-quelconque. En clair, rien n'est acquis. Certains ont gagné des points. Diaby par exemple. M'Vila aussi, mais moins. Le Rennais, aussi prometteur soit-il, ne peut encore revendiquer un statut de cadre en EDF, statut justement acquis à grandes enjambées par Diaby. Auteur de passages remarqués en Coupe du Monde, titulaire dans un grand club, Abou ressemble à s'y méprendre à l'une des seules évidences dans cette équipe en reconstruction.

Problème, son profil, milieu total, box to box, Vieira 2.0 nécessite la présence d'un milieu défensif à ses côtés et exclut de fait la possibilité d'un trio avec Gourcuff et Nasri. Alou Diarra blessé, Toulalan non retenu, le rôle devrait revenir à M'Vila, ou à Lassana Diarra. Le Madrilène, chose incroyable quand on repense à son niveau de jeu lors de ses premiers mois au Real, quand il était le meilleur milieu central du monde, a aujourd'hui pris un peu de retard sur la concurrence. Au point qu'on en vient à penser, comme Mourinho et Laurent Blanc, qu'il ferait un excellent arrière droit ; en plus, cela permettrait de voir autre chose à ce poste que Sagna.


M'Vila, Diaby, Gourcuff. Reste Nasri, qui de toute façon est habitué à jouer excentré dans son club d'Arsenal. Ce qu'il vient par exemple de faire ce week-end, contre Chelsea, à droite d'un 4231 dans lequel Diaby occupait le poste de "meneur". Lassana arrière droit, M'Vila, Diaby, Gourcuff, Nasri, Malouda à gauche, Benzema... Devant lui, Laurent Blanc a l'occasion de définitivement prouver qu'il aime le jeu et les joueurs. On ne demande qu'à voir.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Article un peu étrange.
D'un coté on rappelle, à juste titre, que l'EdF de Hidalgo alignait 3 milieux offensifs avec bonheur et de l'autre on prétend que Diaby a besoin d'un milieu défensif à ses cotés.

Autre chose sur le schéma.
Quant il s'agit du 4/3/3 en Bosnie je lis: " une manière mi-probante mi-quelconque. En clair, rien n'est acquis.". Un discours assez drôle puisque l'EdF, dans ce match, a dominé l'adversaire, marqué deux buts, n'en a encaissée aucun, a enfin bien joué, le tout à l'extérieur chose qu'on avait plus vu depuis la généralisation du 4/2/3/1 chez les Bleus. Malgré cette observation objective le journaliste pense que L Blanc "a l'occasion de définitivement prouver qu'il aime le jeu et les joueurs" avec un 4/2/3/1.
Il faudra m'expliquer ce petit tour de passe passe intellectuel autrement qu'avec les habituels arguments bidons, et surtout non étayés, sur la prétendue non adaptation de Nasri et Gourcuff au 4/3/3.
Sans compter que utiliser un système de contre comme le 4/2/3/1 pour dominer à domicile il faut vraiment être un stupide. On a d'ailleurs vu ce que ça donnait contre la Biélorussie, on a vu en Coupe du Monde la pauvreté dans le jeu et le nombre de buts qu'impliquait ce système de jeu.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 1