En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options

Modrić, l'agent ne fait pas le bonheur

Luka Modrić au Real Madrid, c’est le transfert le plus attendu de l’été. Alors qu’elle semblait actée il y a de ça une semaine, l’arrivée du Croate en terre ibérique a du plomb dans l’aile. La faute à l’impitoyable Jorge Mendes.

Modififié
Le temps d’une nouvelle saison estivale, Luka Modrić est devenu synonyme de serpent de mer. Chaque jour qui passe, le petit lutin des Balkans se voit balader entre les royaumes de Charles et de Carlos. Difficile de lister un petit florilège des dernières rumeurs – trop nombreuses –, ne reste plus qu’à citer les plus récentes dans le ranking de Google Actus. Ce mardi, le plutôt bien informé Marca se lance des fleurs en affirmant avoir identifié le toujours joueur de Tottenham au cœur de sa propre ambassade de Madrid. La fin du feuilleton pense-t-on. Surtout que le soir même, le site officiel du Real affiche un nouvel arrivant dans l’effectif mourinhesque en la personne d’un certain Luka Modrić. Raté, encore une fois. La bonne blague est l’œuvre d’un petit coquin de hacker qui, très proprement, a redessiné les contours de l'escouade de la Casa Blanca. Si l’autographe au bas du contrat se fait toujours attendre, le garçon ne désespère pas d'enfiler la liquette blanche. Ni José Mourinho, qui rêve de voir le plus beau nez de la perfide Albion accompagner ses petits soldats à Valdebebas. Alors pourquoi tant d’attente ?

Jorge tout-puissant

Une question de fric, comme bien souvent. Sauf que dans l’imbroglio Modrić, le montant du transfert est une cause acquise. Tottenham demande 45 millions d’euros, le Real n’est disposé à en offrir « que » 35. Bonus compris, l’affaire avoisine entre les 38 et 40 briques. Non, dans cette saga, le hic est ailleurs. Il porte même un nom : Mendes, Jorge de son prénom. Pour les badauds, Jorge Mendes est le propriétaire de GestiFut, autrement dit l’agence la plus importante de stars du ballon rond. Ce self made man, comme il se décrit lui-même, gère les carrières de quelques grands noms. Ainsi, cet ancien gérant de vidéoclub a dans son carnet d’adresse Cristiano Ronaldo – sur lequel il a tapé la plus grosse commission de l’histoire –, Nani ou encore Falcao. Que des pointures. Cette main basse sur le marché mondial des agents, il se l’est construite au Portugal. Selon une légende urbaine, pas un transfert lusitanien ne se fait sans l’aval du maître. Outre construire des carrières, Jorge Mendes peut tout autant en détruire. Et Luka Modrić ne le sait que trop bien.

Pour mieux saisir l’aura du plus fameux négrier des temps modernes, César Lendoiro, président du Deportivo La Corogne et client de Jorge, tente une description : « C’est un garçon charmant, très poli, attachant et travailleur. Il est venu vers nous, car nous étions le club le plus huppé du nord de la péninsule avec le FC Porto. Il lui arrivait de se taper des heures en voiture uniquement pour prendre un café. Moi, je le prévenais toujours : "On boit un café, on parle mais rien d’autre hein !" Et au final, il arrivait toujours à me refourguer un joueur dont je n’avais jamais entendu parler. En affaires, il est redoutable. » Dans un gabarit bien plus imposant, Florentino Pérez adore tout autant taper une bavette avec Jorge Mendes. Depuis l’arrivée de Mourinho – et même avant –, l’influent agent a refourgué au Real la bagatelle de 200 millions d’euros en transferts. Bah oui, les Pepe, Coentrão, Di María et Carvalho voient leurs intérêts gérés par… Jorge ! Tout de suite, la piste menant au Lisboète Axel Witsel paraît plus limpide : Mendes veut son bout de gras avec Florentino et réaliser son transfert annuel du côté de Bernabéu.


Vers un dénouement le 31 août ?

Mourinho a d’ailleurs prévenu : «  Il n’y aura qu’une recrue cet été.  » Dans ce cas de figure, le bonheur des uns fera le malheur des autres. Luka Modrić peut se faire du souci. Pour preuve, pas plus tard que ce mercredi, la presse turque se faisait le relai d’une rumeur dénuée de bon sens footballistique. Manuel Fernandes, protégé de Mendes et accessoirement joueur du Beşiktaş Istanbul, serait dans les petits papiers du board madrilène. En solution bis, Witsel passait encore, mais le relayeur stambouliote n’a rien d’un manieur de chique à la Modrić. Quel avantage alors pour Mourinho ? Bah, le truc, c'est que le Mou est aussi client de Mendes… Dans une telle impasse, à ce rythme, l’épilogue de cette dramaturgie épique pourrait intervenir le 31 août en toute fin de journée. À moins que Luka Modrić ne se décide à brader son agent actuel pour passer chez Jorge Mendes...

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
il y a 5 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 6 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27