1. //
  2. // 20e journée
  3. // ETG/Marseille

Modou Sougou : « J’ai regardé toutes les aventures du Commandant Cousteau »

Sougou, so good ? So nice, à coup sûr. Avant de retrouver ce dimanche le club auquel il appartient, l’OM, l’attaquant d’Évian Thonon Gaillard se raconte. L’international sénégalais essaie notamment d’expliquer comment on peut réussir dans le milieu du foot en étant aimé par tous, une performance notable et bien plus délicate qu’un crochet sur Thiago Silva.

Modififié
0 15
L’OM t’a prêté à Évian depuis le mois d’août. Comment vis-tu ces retrouvailles ?
Ce sera un match spécial, j’appartiens toujours à l’OM, je suis resté en contact avec beaucoup de monde à Marseille. Il y aura de l’émotion, c’est sûr, mais je vais mettre les sentiments de côté. Ces derniers jours, je me suis interdit le moindre texto vers Marseille.

Avec quels joueurs échanges-tu le plus régulièrement ?
Avec Kassim (Abdallah), avec Steve (Mandanda), qui me chambre tout particulièrement après les matchs où j’ai raté des grosses occasions. Et puis il y a Lucas (Mendes)…

Lucas Mendes est un solitaire.
Il est parfois un peu seul, oui. Ce n’est pas facile pour lui depuis que je suis parti, car on refaisait le monde en portugais. Dès que je suis arrivé, je me suis mis à côté de lui dans le vestiaire. Il est timide de nature, réservé, il aime rester dans son coin. La barrière de la langue amplifie cela. Il capte tout, mais peine à mettre des mots sur ce qu’il pense.

Le 7 août, en début d’après-midi, tu es au KFC, en contrebas de la Commanderie. À ce moment-là, on t’apprend que tu vas à Évian. Comment est-ce possible, dans un club comme l’OM ?
C’est vrai que je ne savais pas où j’allais. En rentrant de la tournée de matchs amicaux, je suis allé voir Élie Baup dans son bureau, puis José Anigo. Je savais que j’allais être cantonné au banc, et je voulais du temps de jeu ailleurs. À la base, je souhaitais être prêté au Portugal, à Braga par exemple. José m’a sensibilisé au fait de rester en L1, où j’aurais plus de visibilité tous les week-ends. Je lui ai répondu : « Ok, alors à toi de voir pour ma destination !  »

Et tu débarques en Haute-Savoie. Dépaysement...
Je ne connaissais rien de ce club, de cette région. Quelques joueurs de l’OM m’ont vanné : « Le froid va te massacrer ! » Mais on m’a tout de suite mis à l’aise à l’ETG. Je mène une petite vie tranquille, sans trop de pression. Et il ne fait pas si froid que ça !

À la base, plus qu’un choix sportif, on a l’impression que tu as servi de monnaie d’échange dans le transfert de Saber Khalifa
Peut-être que ça arrangeait l’OM. Mais si j’avais à refaire ce choix cent fois, je le referai cent fois. Je n’allais pas à la mine non plus ! J’avais confiance en José et, je te rassure, avant de signer, Pascal Dupraz m’a expliqué son projet. J’ai été convaincu par cet homme.

« Pascal Dupraz, il te dit ce qu’il a à dire, et en face »

Tu sembles avoir une relation spéciale avec Pascal Dupraz, pas réputé pour être l’entraîneur le plus affable de L1…
Il y a un rapport d’homme à homme. Au début de l’automne, j’avais retrouvé la forme, je faisais de bonnes rentrées, mais je ne débutais jamais. L’impatience montait, je suis allé discuter avec lui. Pascal Dupraz, il te dit ce qu’il a à dire, et en face. Ce n’est pas un tricheur. Oui, ses mots peuvent choquer, mais c’est quelqu’un d’honnête, de direct. Élie Baup te mettait à l’aise en chambrant, mais il était moins dans le dialogue. On qualifie Dupraz de coach à l’ancienne, moi, je le vois comme un père de famille. Qui va te taper dessus, puis qui va, une heure après, te caresser. Il aime lancer des défis aux joueurs, il sait te donner de l’importance.

À Évian, la concurrence entre joueurs est aussi vécue différemment qu’à l’OM…
Ici, l’autre est derrière toi. C’est simple, nous sommes une équipe moyenne, on sait qu’on n’y arrivera pas sans l’autre. Il faut être soudé. À l’OM, tu as de grands joueurs, qui peuvent faire la différence à tout moment, te gagner un match. Alors l’individualisme est plus facilement toléré.

Qui est le vrai personnage du vestiaire ?
Je suis beaucoup avec Jonathan Mensah, Cédric Mongongu ou Aldo Angoula, qui est un sage. Mais le plus fun, de loin, c’est Eric Tié Bi. Il fait la racaille de quartier, il s’habille comme dans un clip de rap, tu ne comprends pas toujours ses expressions, à se demander s’il parle en français. Il est vraiment marrant.

Et le cadre de vie ?
J’ai toujours une étendue d’eau en face de moi. Avant c’était la Méditerranée, à Cassis, aujourd’hui, c’est le lac Léman qui borde ma maison, à Anthy-sur-Léman. C’est magnifique, mais il n’y a pas de bateaux. À Cassis, quand je m’ennuyais, je sortais mes jumelles, et j’observais la vie sur les bateaux. Tu voyais des trucs incroyables, c’était beaucoup mieux que de regarder la télé ! Je me suis aussi mis à la plongée en 2013.

Pourquoi ?
J’ai toujours été fan du monde sous-marin. J’ai regardé toutes les aventures du Commandant Cousteau sur le Calypso, et même de son fils. Elles me fascinent toujours ! J’ai une prédilection pour les cétacés, les documentaires sur les baleines, les orques. Je viens de recevoir le DVD que j’ai commandé à la FNAC en début de semaine : le festin des orques. Ce sont les cétacés les plus intelligents, ils ont des techniques de chasse incroyables.

« Avec Barton, J’ai découvert et apprécié un type sympa, rigolo »

Tu as une existence de père de famille rangé. Comment vit-on en marge des tentations habituelles des footballeurs ?
C’est un choix. Je me consacre à 100% au football pendant la saison. En Roumanie, quand j’évoluais à Cluj, j’étais vraiment sur mes gardes. Là-bas, les filles traquent littéralement les joueurs de ballon, elles peuvent te faire dévier de ton chemin. Je connais des footballeurs portugais qui ne sont jamais repartis… Ils ont succombé aux charmes de la Roumanie !

N’es-tu pas trop gentil pour ce milieu ?
Je connais l’expression, trop bon, trop con. Mais j’essaie juste de respecter mon prochain. Je ne me laisse pas marcher dessus pour autant. Je sais marquer mon territoire.

As-tu parfois la rage ?
J’ai eu une rage intense quand je me suis fracturé le tibia, en 2006. Tu vois des matchs à la télé pendant ta convalescence, des mecs courir et frapper, et toi, tu te morfonds chez toi… Avant, quand j’étais remplacé prématurément, j’avais aussi du mal à comprendre le choix de mon coach. Maintenant, je prends le temps de me poser, de me remettre en question aussi.

As-tu aidé Joey Barton à se canaliser ? Il a été étrangement calme à l’OM…
Je connaissais son passé de mec méchant. J’ai découvert et apprécié un type sympa, rigolo. Il m’appelle toujours Modou « Sougougoudougougou » . En fait, il met des –ou partout pour me vanner. C’est un battant, un leader de vestiaire, quand ça n’allait pas, ça se sentait, il bouillait à la mi-temps, nous engueulait, nous transmettait son fighting spirit.

Tu as croisé aussi André Villas-Boas pendant ta carrière, à Coimbra. Est-il surcoté ?
Non. C’est un être d’exception, je sais qu’il a quelque chose en plus. Il est taillé pour les grandes équipes. Il maîtrise tout, ses séances d’entraînement sont ultra-intenses.

Et tu travaillais constamment avec le ballon…
Oui, mais au Portugal, c’est la règle. Pendant une saison là-bas, si tu ne te blesses pas, tu ne mets jamais les pieds dans la salle de muscu. Enfiler des baskets est un geste inconnu !

Une dernière question. Qu’est-ce qui t’es passé dans la tête quand tu as effacé Thiago Silva, avant d’inscrire le deuxième but de ton équipe face au PSG ?
Je vois que c’est lui en déboulant. Je sais son talent, immense, il anticipe tout le temps, il va essayer de me mettre sur l’extérieur en faisant mine d’ouvrir le côté, et là, avec son corps, il me prendra le ballon sans souci. Je fais mine d’aller vers l’extérieur, il commence à faire un pas, et, à toute vitesse, je prends finalement l’intérieur. Mais tu sais, parfois, ça marche, parfois ça ne marche pas. Et puis au Sénégal, les gens n’ont pas retenu ça ce soir-là.

Qu’ont-ils retenu ?
Ils m’ont vu faire la fête et lancer les chansons en slip, et en transe. Dans un état second. Ils se sont demandé : « Mais ça, c’est Sougou ? » Et oui, c’est moi, aussi !


Propos recueillis par Mathieu Grégoire
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Il a l'air cool comme mec, un bon p'tit gars comme on dit, en plus pas dégueulasse ballon aux pieds, bien qu'un peu maladroit parfois

Et je valide avec le GF38, il existe toujours ce club ? Depuis combien de temps SF n'a pas été mis à jour de ce côté ?
Oui le GF38 est en CFA, et a de grandes chances d'etre sponso par Danone qui se barre de l'eTG.
La vie du mec...

J'espère que le DVD le festins des orques lui a plu, je viens de le commander sur Amazon, avec en plus les frais de ports offerts!

Sérieusement, je n'avais JAMAIS entendu parler de ce mec avant qu'il débarque à Marseille, ça a l'air d'être un mec super pro, et apprécié! Ca fait plaisir de voir des figures comme ça dans le monde du foot!
Idem, il me parait vraiment bien ce petit. Interview très rafraichissante.
Pas bête du tout le petit Sougou. Ça fait plaisir a lire.
TsouinTsouin Niveau : Ligue 1
Ah c'est cool, en général, les interviews sont assez chiantes parce que les mecs ont rien à raconter. Ça donne l'impression qu'ils s'emmerdent avec leurs gros sous. Bon, des fois les questions sont nulles aussi.

Mais là, c'est vraiment sympa !
Malaysiaboleh Niveau : District
"moi, je le vois comme un père de famille. Qui va te taper dessus, puis qui va, une heure après, te caresser." Il devait pas être net le papa Sogou!
Ca fait plaisir à lire l'interview il a l'air vraiment serieux ce gars c'est un des rares mecs à l'om qui n'a pas un boulard comme pas possible comme jordan ayew.
Il est mieux comme ca. Avant il ressemblait a Lenny.
Un mec cool Modou, vraiment.

(et je le verrais bien au Roudourou)
J'aime bien son analyse de son face à face avec TS. Si ce qu'il dit est vrai c'est très bien vu. Après vu la vitesse à laquelle il va j'aurais pensé que ça s'était joué à l'instinct.
Pierre du Bayern Niveau : CFA2
Vraiment un mec cool ce Sougou, il est à l'image de ce club, des types sympas qui ont l'amour du foot, bien loin du fric et des paillettes des grands clubs. J'avais vu Barbosa et Casoni à Thonon, et même Tié Bi dans un Mac Do à Margencel. Ce sont des vrais.

Pour info, les Croix de Savoie sont montés de National en Ligue 2, l'année suivante ils ont été champions de Ligue 2 et sont montés direct en Ligue 1. Il se maintiennent depuis. On appelle cela le foot, le vrai.

Près des Cimes. Loin des co*ns.
el peruano loco Niveau : Ligue 2
Lol l'information c'est quand même que la roumaine est une marmite chaude où le portugais aime venir plonger sa baguette !! :)
Près des cimes... Niveau : CFA2
La vanne sur Tié Bi, la barre de rire!
Sinon merci SoFoot de parler de nous, ça fait plaiz!
LibidoPostToxico Niveau : National
Note : 1
En fait c'est juste un mec a la cool, simple. quand il dit qu'il s'est mis a la plongée car il a regardé tous les reportages de Cousteau! ben il a tout compris, le foot lui permet de gagner assez de pognon pour pouvoir faire ce qu'il lui plait, mieux que de le dépenser en putes et champagne en boite de nuit
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 15