MLS, terre inconnue pour les ténors du banc

Drogba, Gerrard, Giovinco, Kaká, Lampard, Pirlo, Villa… Sur le terrain, les stars ne manquent pas en MLS. Sur les bancs, aucun grand nom du coaching. Déficit de notoriété pour la MLS ? Le résultat plutôt d’une politique assumée.

Modififié
183 4
Chelsea et Manchester City hier, le Paris Saint-Germain il y a peu : en Europe, chaque projet footballistique d’envergure passe obligatoirement par le recrutement d’un ténor du banc, d’un entraîneur incarnant le succès, capable d’emmener son équipe vers les plus sommets hexagonaux et continentaux. Au pays du soccer, la donne est différente. Avec un recrutement encadré par une masse salariale et une politique de trois joueurs désignés maximum par équipe, l’argent est prioritairement investi sur le recrutement de joueurs, stars confirmées ou en devenir. « La culture MLS et les règles en vigueur dans cette Ligue sont ainsi vraiment différentes de ce qui se pratique en Europe. Ce fonctionnement particulier peut être difficile à appréhender pour un entraîneur renommé. Certains nous ont d’ailleurs contactés pour avoir un poste chez nous, mais notre priorité est d’abord de promouvoir de jeunes entraîneurs ayant déjà une forte sensibilité MLS » , déclare Jérôme Meary, représentant de la MLS en Europe, également consultant pour Eurosport.

Le déclic Pat Vieira ?


C’est ainsi que durant la dernière intersaison, Veljko Paunović, ancien joueur de Philadelphia Union et de l’Atlético de Madrid, s’est assis sur le banc de Chicago Fire pour débuter sa carrière d’entraîneur. Un autre rookie a débuté sur le banc de New York City FC (justement contre Chicago ; 3-2) et non des moindres vu de France : Patrick Vieira. Dans le cadre d’un programme d’échange logiquement mis en place par Manchester City et ses clubs satellites (dont NYCFC fait partie), l’ancien capitaine d’Arsenal a en effet pu se rapprocher à de nombreuses reprises de son prédécesseur, Jason Kreis, pour s’approprier les codes et les particularismes du championnat nord-américain. « Il a toutes les cartes en main pour réussir. Il va amener cette touche européenne dans l’organisation au quotidien, dans la gestion de l’entraînement » , pense Damien Perquis, le défenseur français de Toronto FC. « Après, reste à voir s'il va rapidement réussir à imposer sa vision à son effectif. En tout cas, sa signature est un sacré coup de projecteur pour la Ligue » , poursuit l’ancien joueur du Betis Séville. « S’il réussit, ce dont je ne doute pas, Patrick Vieira pourrait bien faire figure d’électrochoc dans l’esprit des propriétaires qui seraient alors certainement moins réticents à confier leurs équipes à des entraîneurs étrangers » , complète Jérôme Meary.


Il ne faut néanmoins pas oublier que les coachs nord-américains ont également des qualités à faire valoir. On pense bien évidemment à l’expérimenté Bruce Arena, sur le banc des Los Angeles Galaxy (et ancien sélectionneur des États-Unis), mais surtout à la nouvelle vague symbolisée par trois hommes : Caleb Porter, champion en titre avec Portland, Jesse March, auteur du meilleur bilan en saison régulière avec les New York Red Bulls, et Greg Vanney, qui a décroché à l’automne dernier la première qualification en play-offs de Toronto FC. « Certains entraîneurs en place font vraiment du très bon boulot. Ils partent régulièrement sur leur temps libre en Europe pour apprendre. Cela permet à leurs équipes ensuite de vraiment progresser » , confie Damien Perquis. Ces exemples de réussite valident l’idée qu’il n’y a pas nécessairement un besoin immense pour les franchises d’aller chercher ailleurs un entraîneur capable de guider une équipe vers le succès.

Laurent Guyot à l'académie de Toronto


Le partenariat avec la FFF signé en 2013 et reconduit en 2015 s’inscrit également dans ce sens. Les patrons de la MLS souhaitent en effet optimiser leur système de formation pour, à terme, bénéficier d’une qualité supérieure de joueurs et d’entraîneurs locaux. C’est peut-être finalement dans ce secteur que les décideurs MLS pourraient facilement accepter l’idée d’un renfort étranger de premier ordre. « Faire venir des éducateurs reconnus est toujours intéressant dans une perspective de développement. Il y a déjà eu le cas de Frédéric Lipka, ancien directeur de centre de formation du Havre ou encore, plus récemment, celui de Laurent Guyot qui vient de prendre en charge l’académie de Toronto après plusieurs années à la DTN. C’est le genre de profil qui peut véritablement aider une franchise à former davantage de talents locaux » , assure Jérôme Meary. S’inspirer pour ensuite créer un modèle de formation sur et en dehors des terrains, la MLS a fait le pari du long terme pour devenir à terme un championnat international de premier plan. On fait les comptes dans 5 ans ?

Par Julien Chapoy
Modifié

Dans cet article

wallotexas Niveau : CFA
Note : -1
Mercpour cet article. J'espère que le jeu à l'Européenne (faute nécessaire, rouspétances, etc) ne gangrènera pas le soccer. Et que l'esprit du jeu à l'américaine déteigne sur le vieux monde...
Captain_H Niveau : DHR
Note : 1
Message posté par wallotexas
Mercpour cet article. J'espère que le jeu à l'Européenne (faute nécessaire, rouspétances, etc) ne gangrènera pas le soccer. Et que l'esprit du jeu à l'américaine déteigne sur le vieux monde...


Mouais perso' je trouve qu'on apprend pas grand chose à part que les clubs américains privilégient les entraîneurs du cru + l'exception Pat Vieira.

Et quant à la "gangrène" du jeu européen dont tu parles, tu te trompes de cible. Ils feraient mieux de se débarrasser du bon vieux kick & rush. Pour regarder les matchs ici, je peux t'assurer que la majorité sont dégueux à regarder.
Les fautes intelligentes, la parlote sur le terrain, la malice c'est ça qui te fait gagner des matchs (déjà entendu parler de Busquets ?), et clairement ils en manquent.
Cf. l'élimination des 4 teams de MLS en CONCACAF Champions League par des teams mexicaines qui selon ta vision, jouent "à l'européenne".
Ronahldoignon Niveau : CFA
C'est quand même dur de voir le nom de Vieira associé à celui de Man City !!
Bleu foncé ou rouge vif pour lui.

Le bleu ciel lui va vraiment mal.
Ouais, le vice et les fautes intelligentes, c'est l'ADN du football depuis toujours. L'esprit spectacle, c'est bon pour la NBA (et encore pour la suivre le trash talking est hyper présent) et la NFL. Le football, le vrai, c'est du vice, des insultes, des serrages de couilles, des doigts dans le cul, des tibias qui sifflent, des tête à tête, des virgules, des crochets, des lucarnes, des mots doux, des bisous, du fair play, des lucarnes, des reprises de volée, des csc, des buts du nez, des buts de raccroc, des buts en une touche de balle, des parties de billard, des supporters qui gueulent, du long ball, de la sueur, du sang, de la joie, de l'émotion, de l'animosité. Et c'est pour ça que c'est beau, que c'est au-dessus de la vie et de la mort.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
183 4