Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Amérique du Nord – Major League Soccer

MLS : gare à la crise de croissance

La saison 2015 de MLS commence dans moins d'un mois, avec deux nouvelles franchises, quelques jolies nouvelles stars, des Français de plus en plus séduits par le rêve américain, mais aussi un soupçon de crispation autour du devenir d'une ligue où les écarts semblent se creuser entre petits et gros salaires, modestes franchises et grosses locomotives.

Modififié
  • Coup de gueule et menaces de grève


    La saison 2015 de MLS sera la 20e du nom. 20 éditions, 20 ans, un âge où tout est possible, y compris le meilleur, mais aussi un âge charnière où il s'agit de faire les bons choix pour se préparer un avenir radieux et essayer de rivaliser – si le plan se déroule comme prévu – avec les grands championnats européens à moyen terme. Certains aspects de l'évolution de la ligue nord-américaine de soccer/football incitent à l'optimisme. C'est le cas notamment au niveau de l'instauration d'équipes réserves pour chaque franchise, ce qui doit permettre aux jeunes locaux de trouver un terrain pour continuer à progresser entre leur période de formation universitaire et la découverte de l'élite. Autre point positif : une meilleure lisibilité cette saison, avec vingt franchises réparties en deux conférences plus équilibrées et plus cohérentes géographiquement que par le passé. Mais attention, tout n'est pas rose pour autant. Ainsi, le président de l'Impact de Montréal, Joey Saputo, s'est publiquement inquiété du devenir de la MLS, avec la flambée des salaires pour attirer des stars de la part d'une minorité de franchises qui peuvent se le permettre.

    Faut-il y voir une pointe de jalousie, alors que le grand rival des Québécois, Toronto, a réussi un spectaculaire recrutement en cette intersaison ? Certainement, mais il est à craindre effectivement que la MLS puisse évoluer vers un championnat à deux vitesses, avec les Toronto, Red Bulls, City, Galaxy ou encore Orlando qui ont les moyens de payer des joueurs désignés à prix forts et les autres clubs qui assistent, impuissants, à la dérégulation du marché et à l'envolée des salaires. Et cet accroissement des inégalités n'a pas que des conséquences sur les écarts entre franchises mais aussi au sein d'une même formation, avec ce système nord-américain contraignant de « salary cap » , qui bloque la rémunération d'une majorité de joueurs (essentiellement les locaux), quand les stars, protégées par leur statut de joueur désigné, peuvent recevoir un salaire sans limite. Le syndicat des joueurs a d'ailleurs récemment menacé la Ligue d'un « lock-out » , alors que doit prochainement être signé une nouvelle convention collective régulant justement ce système de rémunération et plus généralement la façon dont les contrats sont signés en MLS, avec une très faible autonomie des joueurs, qui peuvent être brinquebalés d'une franchise à une autre sans qu'ils aient leur mot à dire. Affaire à suivre, donc.

  • Des stars, des seconds couteaux et des Français


    Plus prosaïquement, l'intersaison se poursuit outre-Atlantique, et chaque équipe accélère actuellement sa préparation, le début de saison ayant lieu le 6 mars avec un match inaugural opposant Los Angeles Galaxy à Chicago Fire. Les effectifs commencent à être au complet, et on a un meilleur aperçu depuis quelques semaines des forces en présence et des différentes stars qui vont animer cette saison 2015. Au niveau des individualités, trois noms sortent du lot : Kaká, tête de gondole de la nouvelle franchise Orlando, David Villa, le fer de lance du projet New York City FC, et Sebastian Giovinco, le plus gros coup du mercato hivernal, réussi par Toronto FC. Deux autres gros noms vont débarquer seulement cet été à la fin de la saison européenne : Frank Lampard à New York City et Steven Gerrard à LA Galaxy, où il ne faut pas oublier la présence de ce bon vieux Robbie Keane. Quelques stars locales sont là aussi : Michael Bradley et la recrue Jozy Altidore à Toronto, Clint Dempsey à Seattle (associé en attaque à Obafemi Martins), Jermaine Jones à New England Revolution, DaMarcus Beasley à Houston…

    Des seconds couteaux ont également débarqué en MLS cet hiver : l'international écossais Shaun Maloney à Chicago, l'ancien Lorientais Innocent Emeghara à San José, Laurent Ciman et Marco Donadel à Montréal… À l'inverse, trois ex-stars de MLS ne sont plus là : les retraités Thierry Henry et Landon Donovan, ainsi que l'ex des Red Bulls Tim Cahill, parti en Chine. Pour compléter le tableau, il faut noter la présence toujours plus importante de joueurs français. Trois franchises se distinguent sur ce point : les Red Bulls qui, s'ils ont perdu Henry, possèdent encore Luyindula, Perrinelle et le petit nouveau Ronald Zubar ; Philadelphie, avec Sébastien Le Toux, Vincent Nogueira et Antoine Hoppenot ; Toronto enfin, avec Benoît Cheyrou, le Franco-Polonais Damien Perquis et peut-être le jeune drafté Clément Simonin.


  • Pronostics : l'heure des Sounders ?


    Cette saison 2015 promet d'être encore pas mal indécise et il est difficile de se lancer dans des pronostics. Les valeurs sûres des dernières saisons devraient être encore au rendez-vous des play-offs. C'est le cas bien sûr des cliniques LA Galaxy, tenants du titre, remarquables d'endurance sur l'ensemble d'une saison. À l'ouest, il faudra aussi forcément compter sur le discret, mais redoutable Real Salt Lake, ainsi que sur les très populaires Sounders de Seattle, portés par un magnifique public et une force de frappe offensive sans égal, avec Dempsey et Martins. Attention aussi à San José, qui a beaucoup recruté.

    Dans la Conférence Est, c'est beaucoup, beaucoup plus flou, notamment en raison de l'arrivée des deux nouvelles franchises Orlando et New York City. Deux équipes à construire en partant pratiquement de zéro, il va falloir vite apprendre à se connaître entre nouveaux coéquipiers… Toronto et son effectif très dense aimeraient enfin décrocher une qualification pour les play-offs, au minimum. C'est l'objectif aussi pour les Red Bulls, dans cette saison de l'après-Henry. New England Revolution et DC United seront aussi certainement de solides candidats au haut de tableau, et peut-être aussi Chicago, au recrutement intéressant. Quant aux Québécois de l'Impact, ils vont devoir composer sans Marco Di Vaio, qui n'a pas été vraiment remplacé en attaque (Gilardino a été approché, en vain). De jolis renforts en défense et en milieu pourraient néanmoins apporter un meilleur équilibre à une équipe qui va débuter sa saison prématurément en disputant un quart de finale de Ligue des champions contre les Mexicains de Pachuca. Match aller le 24 février au Mexique, retour le 3 mars au stade olympique de Montréal.

    Par Régis Delanoë
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    il y a 5 heures Usain Bolt pourrait jouer en Australie 14
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
    Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 38
    À lire ensuite
    Paris ne s'est pas fatigué