1. //
  2. // 8es
  3. // Italie-Espagne

Mission M.O.R.A.T.A II : La revanche du Flo

Vous ne le savez pas encore, mais ce soir, Álvaro Morata va qualifier l’Espagne d’un doublé, avant de fondre en larmes. Voilà pourquoi.

Modififié
277 8
Previously, on Sofoot.com : Le 13 mai 2015, Álvaro Morata, soldat hyper entraîné par le front anti-madrilène B.A.R.C.A, boute le Real Madrid hors de la Ligue des champions, réduisant à néant les rêves de Florentino Pérez de remporter deux Coupes aux grandes oreilles d’affilée, et surtout, d’affronter le Barça, futur vainqueur, en finale.


Lové dans son imposant siège de cuir, Florentino Pérez pioche dans sa boîte d’El Behike, et allume son troisième cigare. Nous sommes le 13 mai 2015, et l’horloge affiche 23h45. Soudain, son portable vibre. Sur l’écran, le visage de Julien Faubert, à peine masqué par une cagoule pour enfant, s’affiche avec une pancarte rédigée dans un espagnol approximatif : « Viva Morata, Viva El B.A.R.C.A, Viva la revolucion. La Muerte para todos los filos dos putos. » Comprenant alors que son institution vient d’être victime d’un attentat footballistique, Florentino recrache un nuage de fumée à 30 euros, et fracasse son BIC phone sur le mur de son bureau, tapissé de vraies dreadlocks de Royston Drenthe. Mais voilà, on ne monte pas une machine à empiler les trophées sans casser quelques gueules. Persuadé que le colonel Faubert et son soldat Morata sont à la botte des dirigeants de la Vieille Dame, le Flo échafaude un plan diabolique dont seul lui a le secret. Nom de l’opération ? La mission M.O.R.A.T.A (Mort O Ritals et Aux Traîtres Agnelli).

Comme chacun sait, la vengeance est un plat qui se mange froid. Alors Flo attend sagement son one shot, one opportunity, pour renvoyer l’ascenseur à ceux qui lui ont refourgué le jumeau de Fabio Cannavaro. Le vieux sage madrilène se mure ainsi dans le silence, et fait comme si de rien n’était. Et puis, comme par magie, un an plus tard, les astres s’alignent. Croatie-Espagne. Celui qui perd a l’occasion d’affronter, et d’éliminer, une Italie estampillée Juve. Arborant un sourire des plus carnassiers, Flo Pérez décroche son téléphone :

- Allo, Alvaro, comment vas-tu mon petit hérisson ?
- Bien, Monsieur Pérez. Et vous ?
- Tu aimes la Juve, non ? Tu aimerais y rester ?
- Ah bah oui, je suis heureux que vous me proposiez…
- Et bien c’est mort, petit (en)Culé. Tu te souviens de Javier Portillo ?
- Euh, non.
- Moi non plus. Pourtant, il avait un Morata dans chaque ongle de pied. Alors écoute-moi bien, là, je vais lever ta clause de rachat, puis je vais te foutre en réserve pendant 2 ans… Tu vas terminer à Gijón, ma caille.
- Non, s’il vous plaît, soyez raisonnable...
- Silence, sale traître. Ou alors, pire, je vais te vendre à Arsène Wenger. Tu sais ce qu’il fait aux attaquants de ton âge, Tonton Arsène ?
- …
- Bah il les fait disparaître. Eduardo, Reyes, Bendtner, Chama…
- Seigneur, NON ! Je vous en supplie, je ferai n’importe quoi pour éviter cela.
- Alors tu vas faire exactement ce que je dis. Ce soir, tu vas marquer, mais vous allez perdre. Et contre l’Italie, tu vas mettre un doublé, courir jusqu’à Buffon, Chiellini, et Bonucci en mettant ton pouce sous le menton et en disant
"Sheh ! Sheh !" Ensuite, tu vas courir vers Antonio Conte et lui arracher sa moumoute en mondovision.
- Je peux pas faire ça, grand maître…
- C’est ça ou Arsenal, mon petit hérisson. Il n’y a rien que je déteste plus que les hommes qui ont une calvitie précoce. Allez, à plus dans le bus.


Choqué, Álvaro ne peut s’empêcher de ressasser cette dernière phrase : « Calvitie précoce…  » Pourquoi Bale a-t-il une si belle crinière, et Cristiano des cheveux parfaitement gominés ? Ramos une brosse parfaite, Modrić de longs cheveux soyeux, et Marcelo une afro qui ne cesse de pousser ? Là, les visages s’entrechoquent dans son cerveau. Sneijder, Robben, Faubert, Conte, Chamakh… et si cette guerre galactique n’était avant tout qu’une bataille capillaire ?

De son côté, le maléfique Flo a déjà arrangé l’affaire. En appelant ses fidèles soldats Ramos et Modrić, menaçant le premier d’une fin à la Fernando Hierro, le second de l’arrivée de Pogba, il parvient à négocier les termes d’un « penalty décisif » joué d’avance face à la Croatie, inventant même un scénario machiavélique où Modrić donnerait des indications pour arrêter le penalty de Ramos. Alors, en ce lundi, lorsque Morata rentrera sur la pelouse, Florentino dégainera son forfait Lebara Mobile, pour envoyer un texto, gratuit, à Andrea Agnelli : « Ce soir, tu chiales. Le hérisson est dans la tanière, je répète, le hérisson est dans la tanière. PS : toujours chaud pour Pogboom, on en reparle d’ici deux semaines. Ton ennemi préféré. »

To be continued…

Par Piqstaps Polzingis, posé sur les neiges éternelles de Katmandou.
Modifié

Dans cet article

Fiorentino ?
Tu prends quoi PIQSTAPS POLZINGIS? J'EN VEUX!!!
Excellent article!!

La discussion par téléphone entre Morata et Perez est mythique.
PLUS D'ARTICLES COMME ÇA BORDEL !

Coeur avec les doigts pour Florentino, meilleur méchant bondien de tous les temps.
Bayer Leverkusec Niveau : DHR
Tu t’enflammes Piqstaps... Les neiges éternelles à Katmandou, c'est rare. Par contre, à cette époque, tu dois goûter la mousson.
hahaha, le genre de trips que je fais as well, chouette, le petit hérisson au tel avec le gros blaireau
Obstruction_Mr_l'arbitre Niveau : DHR
Best article. rien a dire.
"Tu sais ce qu’il fait aux attaquants de ton âge, Tonton Arsène ?
"

So Foot m'a tuéR

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Happiness Peperapie
277 8