1. //
  2. // Championship
  3. // Millwall

Millwall, à l'ombre du mythe

Au bord du fossé depuis plusieurs saisons, Millwall vient de tomber de son perchoir d'ancienne gloire : descente en League One, désertion d'une part des supporters et licenciement de l'historique Alan Dunne. La marche à l'ombre reprend.

Modififié
735 9
On s'est longtemps attaché à ces images. Des extraits que les plus nostalgiques se repassent de temps en temps, sur des cassettes VHS d'une autre époque, où les joueurs évoluaient sur un écran grisâtre. On y distingue des bribes d'ambiance de l'époque, la classe de l'Écossais John Docherty sur le bord de la touche, et deux magiciens sur le terrain : Teddy Sheringham et Tony Cascarino, 99 buts à eux deux en trois saisons sous le maillot des Lions. Le Millwall FC vit alors ses plus belles heures, les seules en Premier League de son histoire, entre 1988 et 1990. East End est déjà la partie sombre de Londres, celle que Charles Dickens qualifie de « pauvre, répugnante de saleté, de pourritures et d'ordures » . Un quartier où il ne fait pas bon vivre, où les touristes américains seront interdits en 1996, où le racisme a pris racine. C'est aussi là que le hooliganisme a prospéré dans une zone où chacun, ouvrier des quartiers pauvres, se saigne pour venir tous les quinze jours au stade. C'est surtout là que depuis quelques jours, le théâtre du quartier, le New Den, s'est éteint sur une équipe portée par le souvenir du passé. Le Millwall FC vient de tomber en League One, la troisième division nationale, après deux ans à l'agonie.

Un nom qui ne fait plus peur


Par le passé, Millwall était un nom qu'on respectait, un club qu'on craignait. En 2015, la page a été tournée. L'équipe ne fait plus peur, c'est un fait, et les fidèles le savent. En réalité, sa réputation ne ressemble aujourd'hui plus qu'à un mythe en bois. On peinerait presque à y croire, tant le New Den sonne creux depuis le début de la saison et peine à dépasser les 10 000 spectateurs, là où la capacité de l'enceinte est double. Pour preuve, les Lions n'ont remporté que neuf de leurs 46 matchs de championnat cette saison. Une tristesse sportive qui avait poussé le président du club, John Berylson, à rembourser tous les supporters venus assister à une rencontre de FA Cup à Bradford (League One) en janvier dernier. La raison ? Une défaite humiliante 4-0 à l'extérieur et un début de bagarre entre les joueurs. Finalement, le club est en accord avec son manque d'ambitions sportives. La descente n'est pas une surprise, alors que le rival historique, West Ham, aligne de belles performances en Premier League. Rageant. Et la prise de pouvoir de l'ancien buteur maison (le plus prolifique de l'histoire du club avec 125 buts en 138 matchs), Neil Harris, sur le banc n'a rien changé. Depuis son arrivée en mars, Millwall n'a remporté que deux rencontres.

18 joueurs libérés après la relégation


Quelques jours après l'officialisation de la relégation du club en League One, cinq ans après être remonté en Championship, Neil Harris a annoncé qu'il libérait 18 joueurs du club, dont le symbole maison, Alan Dunne, 32 ans, débarqué à Millwall à l'âge de huit ans. Le propriétaire, John Berylson, s'est alors fendu d'un hommage sur le site officiel du club : « C'est toujours triste quand un membre de votre famille, qui a vécu avec vous pendant de longues années, quitte la maison. Il a écrit un long chapitre de l'histoire du club et il sait que la porte lui sera toujours ouverte. » Une nouvelle fois, les historiques vont ruminer tout l'été sous les fenêtres de la Old Kent Road. Leur raison de vivre les a une nouvelle fois trahis, comme une femme qui s'en va mais qu'on ne veut pas lâcher. Le temps passe, Millwall ne cesse de perdre la beauté de sa parure. Le vieil ami, sûrement le plus détesté d'Angleterre, se confine dans son isolement. Il va, une nouvelle fois, retourner dans l'ombre et reviendra certainement un jour dans la lumière. Ou peut-être que la lumière ne se rallumera plus. Restera alors un hymne, éternel : « No one likes us, no one likes us, we don't care ! We are Millwall, super Millwall, We are Millwall from The Den ! »

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C'est cette putain d'arnaque d'Holloway qui a flingue la saison avec un coaching d'un autre temps.
Bon débarras.

Un des rares clubs en Angleterre avec des fans à la mentalité réellement détestable.
Message posté par AriGold
C'est cette putain d'arnaque d'Holloway qui a flingue la saison avec un coaching d'un autre temps.


Tu peux développer ? Ça m'intéresse, car je n'ai pas vu de match de Millwall.
Holloway est une tringle finie. Le mec repetait en interview vouloir mettre en place un jeu au sol alors que son seul plan de jeu etait de balancer sur Fuller et/ou Magaye Gueye et esperer que Gregory, un des seuls joueurs potables, se demerdent avec lea seconds ballons.
C'est un excellent motivateur, un pompier de service mais une vraie trompette sur le banc.
Je suis alle deux fois au New Den cette saison je me suis fait chier comme jamais. Stade vide, supps borderlines (Fuller ne jouait plus qu'a l'exterieur c'est dire), niveau de jeu indigne.
Bon courage pour remonter l'an prochain car les meilleurs (Forde, Beaver, Gregory) vont vite se barrer.
Message posté par AriGold
Holloway est une tringle finie. Le mec repetait en interview vouloir mettre en place un jeu au sol alors que son seul plan de jeu etait de balancer sur Fuller et/ou Magaye Gueye et esperer que Gregory, un des seuls joueurs potables, se demerdent avec lea seconds ballons.
C'est un excellent motivateur, un pompier de service mais une vraie trompette sur le banc.
Je suis alle deux fois au New Den cette saison je me suis fait chier comme jamais. Stade vide, supps borderlines (Fuller ne jouait plus qu'a l'exterieur c'est dire), niveau de jeu indigne.
Bon courage pour remonter l'an prochain car les meilleurs (Forde, Beaver, Gregory) vont vite se barrer.


Pourtant il avait fait quelques bons trucs avec Blackpool y a quelques années.
Oui mais il a 10 ans de retard. Si tu regardes le top 8 de Champo tu ne peux pas te permettre de jouer un foot rudimentaire dans une division ou desormais toutes les equipes essaient de jouer bien aides par l'arrivee de joueurs de qualite.
Dans le top 8, seul Ipswich pratique encore un jeu non continental.
Message posté par AriGold
Oui mais il a 10 ans de retard. Si tu regardes le top 8 de Champo tu ne peux pas te permettre de jouer un foot rudimentaire dans une division ou desormais toutes les equipes essaient de jouer bien aides par l'arrivee de joueurs de qualite.
Dans le top 8, seul Ipswich pratique encore un jeu non continental.


4-4-2 à plat à l'ancienne c'est clair. Quand on voit jouer Norwich c'est sûr que ça change.
Tant mieux, les supporters de ce club sont des voyous, ca va les calmer
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
735 9