1. //
  2. // 34e journée

Milan, un Scudetto de Pâques

Cette année, Pâques est milanaise. Le Milan AC, en s'imposant à Brescia, s'est quasiment assuré le Scudetto, et l'Inter, dans un miracle de Pâques, a battu la Lazio au terme d'un scénario épique. Les œufs sont pour eux.

0 0
C'est désormais inéluctable, le Milan AC sera champion d'Italie. Les rossoneri n'ont pas fait un gros match face à Brescia, avant-dernier. Pourtant, ils gagnent. C'est un signal fort. Les rossoneri, privés d'Ibrahimovic, suspendu, et de Pato, blessé, attendent la 82ème minute pour débloquer la situation par le biais de Robinho, sur une contre-attaque. On appelle ça la réussite du champion. L'an dernier, dans un tel traquenard, le Milan aurait fait match nul. Ou la frappe de Diamanti, qui a terminé sur la barre, aurait fait mouche. Pas cette saison. Cette saison, le Scudetto est pour eux, cela ne fait désormais plus aucun doute. Après les résultats de l'après-midi, les Milanais comptent désormais 8 points d'avance sur leur premier poursuivant. Et il ne reste plus que quatre journées. Hormis un hara-kiri ou une tourista qui toucherait toute l'équipe, les jeux sont faits pour le titre.



Du coup, l'intérêt se reporte désormais sur la course à la Ligue des Champions. Et là, c'est indéniable : le football a cela de fou qu'il est imprévisible. Impitoyable même, lorsque l'on se situe dans le camp des lésés. A 15h23, en cette journée pascale, les supporters de l'Inter Milan voient se dessiner un scénario noir. Leur portier, Julio Cesar, se fait exclure (la toujours discutable double peine du gardien dernier défenseur) et la Lazio Rome bénéficie d'un pénalty. Zarate le transforme. A ce moment-là, les Romains effectuent un match en tous points parfait, et passent devant les interistes à la différence de but particulière. Un peu plus au Sud, en Sicile, Cavani donne l'avantage aux Napolitains, lançant le Napoli à la poursuite du Milan AC. Tout aurait pu se poursuivre de cette manière. Naples aurait pu dérouler et aller s'imposer 3-0. L'Inter, réduite à 10 et avec le moral dans les chaussettes, aurait pu hisser drapeau blanc et confirmer que cette saison n'est pas la leur. Mais non. Dans cette Serie A 2010-11, il n'y a pas de place pour le conditionnel. L'Inter est pire qu'un chat. Elle a au moins 9 vies. En toute fin de première période, tout s'emballe. Tout change. Tout se retourne. Sneijder égalise pour les nerazzurri d'un magnifique coup-franc en pleine lucarne. Une minute plus tard, Palerme égalise à son tour par Balzaretti, le viking. Les compteurs sont remis à zéro.



En deuxième mi-temps, le retournement se confirme. Biava, le défenseur laziale, se vautre tout seul et laisse le champ libre à Eto'o qui ne se fait pas prier pour inscrire son 20ème but en Serie A. San Siro chavire. Tout comme le stadio Barbera de Palerme, qui explose lorsque Bovo donne l'avantage aux siens, sur pénalty. L'Inter passe devant le Napoli au classement. Les joueurs de la Lazio peuvent néanmoins nourrir de gros regrets : ils ne doivent leur défaite qu'à eux-mêmes. L'Inter n'était pas plus forte, juste plus réaliste. Non, l'Inter ne meurt jamais. Le Napoli, lui, est certainement décédé hier soir. Deux défaites consécutives, cela n'était jamais arrivé cette saison. Il va maintenant falloir défendre la qualification en Ligue des Champions. Ce serait tout de même trop con de perdre ça aussi, après une saison aussi magique.



Heureusement pour le Napoli, mais surtout pour la Lazio, la quatrième place est pour le moment sauve. Merci qui ? Merci Amauri. L'ancien attaquant de la Juve, prêté à Parme, s'offre le match de sa saison, en inscrivant un doublé sur la pelouse de l'Udinese (0-2), qui concède sa deuxième défaite d'affilée à domicile. Un revers totalement inattendu pour les Frioulans, toujours privés de Di Natale, et qui ratent du coup une énorme occasion de récupérer la quatrième position. Dans deux semaines, le Udinese-Lazio vaudra cher, très cher. Au moins aussi cher que le but de Perrotta. Le milieu de terrain de l'AS Roma permet à son équipe de disposer d'un bien faible Chievo (1-0), et, du coup, de relancer son équipe dans la course à la quatrième position. La bande de Montella n'est plus qu'à trois points de l'Udinese, et à quatre de la Lazio. En revanche, le coach va devoir faire quelque chose avec ses attaquants, qui ont été d'une maladresse folle aujourd'hui. Vucinic continue sur sa lancée d'occasions immanquables, et Menez, à défaut de se recevoir des pierres, a touché le montant. Attention, la Roma, à l'instar de l'Inter, n'a pas encore dit son dernier mot. Au bon souvenir des dernières saisons.



La Juve, quant à elle, s'est littéralement déchirée. Les bianconeri avaient tout bon face à Catane jusqu'aux dix dernières minutes, où ils ont mis leur cerveau dans leur poche. Alors qu'ils menaient 2-0 grâce à leur éternel capitaine, Alessandro Del Piero, auteur d'un doublé, les Turinois se sont faits rattraper par deux buts de Gomez (81ème) et Lodi à la 95ème minute. Paye ta rage. Les Turinois ratent le coche pour revenir dans la course à la Ligue des Champions, et restent à 7 points de la Lazio, leur futur adversaire en championnat. Une double peine pour les joueurs de Del Neri, car après les résultats de la semaine en Coupe d'Italie, il se pourrait bien que la 7ème place ne soit qualificative pour rien du tout. Dommage aussi pour la Fiorentina, victorieuse sur la pelouse de Cagliari grâce à un doublé de Cerci (1-2). Le réveil de la Viola est trop tardif, et, à priori, les violets vont faire une nouvelle saison blanche. Mais Mihajlovic, s'il est confirmé, aura néanmoins de bonnes bases sur lesquelles repartir.



L'autre événement de la journée, ne le cachons pas, c'est la victoire de la Sampdoria. Oui. La Sampdoria sait encore gagner un match. Certes, l'adversaire se nomme Bari, et est, après cette défaite, mathématiquement relégué. Certes, le but de la victoire est inscrit sur pénalty. Mais quand même. Plus personne n'y croyait. Les Génois sortent ainsi de la zone de relégation, et ce, grâce à la défaite de Lecce sur la pelouse du Genoa (4-2) ! Les Génois qui viennent filer un coup de main aux cousins honnis, on aura tout vu. Dans l'optique du maintien, importantissime victoire de Cesena sur la pelouse de Bologne (0-2). Les promus réalisent une fin de saison en boulet de canon, et sont en train, petit à petit, d'assurer leur maintien, même s'il manque encore quelques points pour que celui-ci soit arithmétique. Avec le plus petit budget de Serie A, on ne peut que leur dire « bravo » . Et maintenant, tout le monde va pouvoir profiter de son dimanche pour aller se goinfrer de chocolat, après une journée remplie d'émotions. C'est ça l'esprit de Pâques.

AS Rome - Chievo Vérone : 1-0


Genoa - Lecce : 4-2


Udinese - Parme : 0-2


Palerme - Naples : 2-1


Bologne - Cesena : 0-2


Cagliari - Fiorentina : 1-2


Bari - Sampdoria Gênes : 0-1


Inter Milan - Lazio Rome : 2-1


Brescia - Milan AC : 0-1


Juventus Turin - Catane : 2-1




Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
L'OM repart avec sa Coupe
0 0