1. //
  2. // 35e journée

Milan touche au but

Encore un point, et le Milan AC sera mathématiquement Champion d'Italie. En trois journées, ça devrait le faire. En revanche, la lutte bat son plein entre la Lazio, l'Udinese et la Roma pour la quatrième place. Un peu de suspens, merde.

0 0
Milan y est. Presque. S'il n'y avait pas eu ce fichu Pazzini, les rossoneri seraient actuellement en train de se murger au champagne, pour célébrer leur 18ème Scudetto. Mais non. Il faudra encore attendre une semaine, et aller prendre un petit point sur la pelouse de l'AS Roma. Pourtant, aujourd'hui, les milanais ont fait le boulot. Et c'est bien tout ce qu'ils ont fait. Face à Bologne, qui a pris un point lors de ses cinq derniers matches (mais qui est déjà assuré du maintien), Milan aurait pu jouer. Le Diavolo a simplement choisi de gagner. Petit cocorico, le but de la victoire est inscrit par un Français, Mathieu Flamini. Son deuxième but en Serie A, le premier à San Siro : après trois saisons, il était temps. Un but et puis c'est tout. Milan, sûr de sa force, n'a pas donné plus. Les absences d'Ibrahimovic et Pato n'ont pas aidé au spectacle, la maladresse dans la zone de vérité de Cassano et Robinho non plus. Bologne aurait même pu faire un petit hold-up, en fin de rencontre, sur corner. Mais il était écrit qu'aujourd'hui, jour de béatification du Pape, les Milanais seraient aidés par la grâce divine. Le Scudetto n'est plus qu'à un petit point. Un misérable point qu'il faudra aller chercher sur la pelouse d'une AS Roma en pleine lutte pour la Ligue des Champions. Le champagne va rester encore un peu au frais.



Tout ça à cause de Giampaolo Pazzini. Hier, l'attaquant de l'Inter avait renversé la situation face à Cesena, en inscrivant deux buts dans les arrêts de jeu (91ème et 94ème), permettant ainsi à son équipe de s'imposer (2-1) et de repousser la transmission de pouvoir d'au moins une semaine. L'honneur est sauf. Tout comme celui du Napoli qui, après deux défaites consécutives, a retrouvé la victoire en s'imposant face au Genoa sur la plus petite des marges (1-0). Un petit exploit personnel d'Hamsik a suffi. Naples est tout proche de la qualification en Ligue des Champions, et pourrait même l'obtenir dès demain soir, devant son téléviseur, si la Juventus venait à battre la Lazio dans le dernier match de la journée. Le Napoli obligé de supporter l'ennemi turinois. Qu'est-ce que l'on ne ferait pas pour la C1.



C1 : L'Udinese s'écroule, la Roma à l'arrache



Cette course à la C1 a d'ailleurs peut-être pris un virage décisif aujourd'hui. Sans jouer, la Lazio conserve sa quatrième place, et s'offre même le luxe de pouvoir prendre 4 points d'avance sur l'Udinese et la Roma en cas de succès, demain, face à la Juve. Car cette Udinese a flanché. Totalement. Elle s'est écroulée même. La défaite à domicile face à Parme n'était donc pas une fausse alerte. L'Udinese n'a plus d'essence, et l'absence prolongée d'Alexis Sanchez lui fait beaucoup de mal. Sur la pelouse de la Fiorentina, les Frioulans ont implosé (5-2). Une rencontre enjouée avec des buts magnifiques (ceux de Vargas et Pinzi en tête), un peu folle comme souvent lorsque l'Udinese joue, mais résolument à l'avantage des Florentins. Ironie, cette victoire, qui fait grandement les affaires de la Lazio, porte le sceau de deux anciens de la Roma, D'Agostino et Cerci, tous deux auteurs d'un doublé.



Toutefois, elle fait aussi les affaires de leur ancien club. Dans la soirée, la Roma a ramé, mais a fini par s'imposer à la toute dernière seconde sur la pelouse du déjà relégué Bari (2-3) grâce à un but de Rosi. Ce match a été un peu n'importe quoi. Trois pénaltys, dont deux pour la Roma, trois cartons rouges, donc deux pour la Roma, deux poteaux touchés par les joueurs de Bari, et un Francesco Totti qui, grâce à son doublé, passe devant Roberto Baggio au classement des buteurs de Serie A, avec 206 unités. C'est beau, c'est grand. Mine de rien, et malgré le fait que les giallorossi sont capables du meilleur comme du pire cette saison, ils sont ce soir à un point de la zone qualificative pour la Ligue des Champions. En attendant le résultat de leur pire ennemi.



Si la course à la Ligue des Champions bat son plein, celle pour l'Europa League n'a pas encore rendu son verdict non plus. Si Palerme atteint la finale de la Coupe d'Italie, aucun doute, les deux "perdants" du sprint à trois pour la C1 (Lazio, Udinese et Roma) auront la C3 comme lot de consolation. En revanche, si les Siciliens échouent, alors, la 7ème place devient, elle aussi, qualificative. Et dans ce cas là, ils sont trois à se la disputer. La Juventus, Palerme et la Fiorentina. La Viola a fait la bonne opération de la journée en revenant à un point de Palerme, lamentablement battu sur la pelouse de Parme (3-1). Cesare Prandelli était venu assister à la rencontre. Sirigu, l'héritier désigné de Buffon, lui a rendu hommage avec une bourde incroyable, en dégageant le ballon sur le Parmesan Dzemaili, qui a pu marquer dans le but vide. Rassurant pour la Squadra Azzurra. Rassurant aussi pour Palerme, qui a tout intérêt à tout miser sur la Coupe d'Italie tant leurs résultats sont inconstants en championnat.



Le cauchemar de la Samp continue



C'était journée maintien pour de nombreuses équipes. Outre Parme, deux autres clubs ont atteint la barre symbolique des 40 points, généralement synonyme de maintien. D'abord, le Chievo. Cette équipe est tristounette, pas spectaculaire, et pourtant, on devrait la retrouver en Serie A l'an prochain. La petite victoire face à Lecce (1-0) suffit à leur bonheur. Même histoire pour le Catane de Diego Simeone. L'Argentin a redonné vie à une équipe à la dérive, en misant sur la hargne et le caractère de ses joueurs. Le succès face à Cagliari (2-0) est le 10ème de la saison, mais aussi le 10ème à domicile. Si l'on ne prenait en compte que les matches joués au stade Massimino, Catane serait 6ème. Surement la chaleur de la Sicile.



Enfin, s'il y a bien une équipe qui n'a pas assuré son maintien, c'est la Sampdoria. Si ce soir, l'équipe génoise est hors de la zone rouge, elle le doit uniquement à la défaite de Lecce. Une victoire face à Brescia, avant-dernier, aurait suffi pour chasser les fantômes de la Serie B et pour se donner de l'air. Même pas. Courageuse, certes, mais tellement fébrile, la Samp ressort de son antre avec un point qui ne lui sert que peu (3-3). Trois fois menée au score, elle a eu le mérité de trouver les ressources pour revenir dans le match à chaque fois, sans pour autant réussir à prendre l'ascendant sur un bien faible adversaire, qui devrait, pour sa part, redescendre en Serie B. Et le calendrier ne les aide pas. D'ici à la fin du championnat, les doriani devront affronter le Genoa pour le derby, Palerme et la Roma. Il va falloir se sortir les tripes. Et un peu plus...



Eric Maggiori


Cesena-Inter-1-2


Budan 56' – Pazzini 91' et 94'

Napoli-Genoa-1-0


Hamsik 83'

Milan-Bologne-1-0


Flamini 8'

Catania-Cagliari-2-0


Silvestre 78', Bergessio 82'

Fiorentina-Udinese-5-2


Vargas 9', D'Agostino 21' et 51', Cerci 71' et 86' – Pinzi 29', Asamoah 57'

Sampdoria-Brescia-3-3


Pozzi 55', Tissone 63', Mannini 91' – Eder 50', Caracciolo 58' et 84'

Chievo-Lecce-1-0


Rigoni 58'

Parma-Palerme-3-1


Dzemaili 2', Modesto 18', Candreva 89' – Pastore 56'

Bari-AS Roma-2-3


Bentivoglio 25', Huseklepp 42' – Totti 30' et 57', Rosi 94'

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Auxerre, comme annoncé
0 0