1. //
  2. // 16e journée

Milan seul au monde

Milan passera Noël au chaud. Les rossoneri, intraitables, sont assurés de passer la trêve à la première position. Ils s'imposent à Bologne et profitent de la défaite de la Lazio, battue à l'ultime seconde par la Juve. Vers un duel Milan-Juve ? On a déjà vu ça quelque part.

Modififié
0 4
Pourquoi changer une équipe qui gagne? C'est probablement ce que s'est demandé Massimiliano Allegri avant le match de son Milan AC face à Bologne. La semaine passée, Milan n'avait fait qu'une bouchée de Brescia, son voisin lombard (3-0). Du coup, on prend les mêmes, et on recommence. Seul Thiago Silva, blessé, manque à l'appel. Mais pour les autres, on refait tout à l'identique. Kevin-Prince Boateng avait marqué dans les dix premières minutes? Il fait pareil. 1-0. Robinho avait doublé la mise? Il fait pareil. 2-0. Zlatan avait tué le suspens avec un exploit personnel? Devinez la suite. 3-0. Même prestation, même punition. Et les rossoneri confirment ainsi leur exceptionnelle fin d'année 2010 : ils ont gagné six de leurs sept derniers matches. Leur première place est désormais incontestée et incontestable, et il faudra l'honorer dès la semaine prochaine avec la réception de l'AS Roma. En revanche, c'est vraiment la merde pour Bologne. En plus de s'être faits laminer, les joueurs ont mis le club en demeure et pourront tous partir gratos si personne ne rachète la société avant vingt jours. En même temps, vu l'équipe actuelle, dans laquelle le seul Di Vaio se sauve, ce n'est peut-être pas plus mal.



Derrière Milan, c'est la grosse bagarre. Trois équipes sont désormais à égalité de points. A deux secondes du coup de sifflet final, c'est la Lazio qui était deuxième, avec cinq unités de retard sur les Milanais. Manque de bol, Milos Krasic avait décidé de jouer jusqu'au dernier soupir, et c'est justement lors de cette ultime seconde que le Serbe a inscrit le but de la victoire, qui permet à la Juventus de chiper la place de dauphin aux Romains. L'autre grand gagnant de ce match entre la Juventus et la Lazio, c'est le Napoli. Les hommes de Walter Mazzari se sont imposés sur la plus petite des marges (1-0) sur le terrain du Genoa. Un but de Hamsik, si malheureux il y a deux semaines face à l'Udinese, permet aux Napolitains d'empocher trois points et de revenir à la troisième place. Confirmation côté Genoa : avec ou sans Ballardini, c'est vraiment très faible cette saison. Bien l'inverse de Palerme, qui enchaîne une quatrième victoire consécutive à domicile (3-1). Menés 1-0 à la mi-temps par Parme, les roses et noirs se sont déchaînés en seconde période. Delio Rossi fait sortir Pastore à la pause, et, ô miracle, l'équipe se met à bien jouer. L'Argentin, sur le banc, est presque dégouté que son équipe plante trois buts sans lui. L'entraîneur, lui, est plutôt fiérot de son coup. Fier comme Artaban, et même fier comme Jérémy Menez, auteur d'un match énorme avec la Roma et ovationné par tout le Stadio Olimpico lors de sa sortie. Le francese n'a pas marqué, mais a régalé l'assemblée avec des slaloms à n'en plus finir. Bon, certes, en face, c'était Bari, le bonnet d'âne du championnat. Mais quand même. La Roma s'impose facilement grâce à un but de Juan (1-0) et aurait certainement pu en mettre quatre ou cinq de plus si le gardien belge Gillet n'avait pas fait le match de sa vie (il a notamment stoppé un péno de Totti).



L'Inter Milan, elle, n'a pas joué. Cesena, son adversaire du jour, a eu la flemme de se taper cinq heures d'avion pour aller défier les nerazzurri à Abu Dhabi. Néanmoins, même sans jouer, l'Inter ne bouge pas au classement. Elle profite de la défaite de la Sampdoria à Brescia (1-0), qui n'avait plus gagné depuis le mois de septembre. Le changement d'entraîneur (Iachini out, Beretta in) a semble-t-il porté immédiatement ses fruits. L'Inter est en revanche rejointe par l'Udinese, qui s'est imposée face à la Fiorentina (2-1), encore et toujours grâce à l'inévitable Toto Di Natale, auteur de son dixième but de la saison. La Fio, elle, est déjà en vacances, son match contre l'Inter étant reporté au mois de janvier. Autre buteur à l'honneur : Nenê. Celui du PSG en a mis deux face à Valenciennes, du coup, son homonyme de Cagliari a voulu l'imiter. Mais lui en a mis trois, pour une victoire pénarde des Sardes face à Catane (3-0). Imaginez donc une équipe avec deux énormes Nenè... Enfin, dans le bas de tableau, victoire importante de Lecce face au Chievo (3-2), qui permet aux joueurs des Pouilles de se relancer et d'apercevoir la sortie de la zone rouge. Néanmoins, lors des quatre prochaines journées, Lecce devra se coltiner Naples, la Lazio et le Milan AC. Pas gagné.

A voir : Les buts de Bologne-Milan

A voir : Les buts du week-end

Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

tres bel article, tres bien écrit !
Manque pas de majuscules ni de virgules, c'est vrai.
Et si Milan pouvait rivaliser avec Real/Barça au final? Sinon la Juve tant qu'ils ne chopent pas un Dzeko ils ne
seront pas crédibles. Ça fait plaisir de revoir les choses se remettre à leur place (duel Milan/Juve, Inter aux oubliettes)!
"Et si Milan pouvait rivaliser avec Real/Barça au final ? "
Mouais, perso le Milan de cette année me fait penser à l'Inter Ibra-dépendant de Mancini entre 2006 et 2008 (et celui de José cuvée 2008-2009): Intouchable en Serie A, moyen sur le plan européen.Un premier tour de C1 moyen n'est pas forcément prélude d'un mauvais parcours par la suite (Mes Nerazzuri l'ont démontré avec brio l'an dernier!) mais je ne vois pas ce Milan-là rivaliser avec les 2 ogres de Liga, ni même avec un Chelsea (en forme ^^) ou un Man U.

"Ça fait plaisir de revoir les choses se remettre à leur place (duel Milan/Juve, Inter aux oubliettes)!"
On en reparlera au printemps ;-)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
A se flinguer
0 4