1. //
  2. // 30è journée
  3. // Catane/Milan AC (1-1)

Milan se casse les dents à Catane

Trois jours avant le match retour contre le Barça, le Milan AC a été tenu en échec sur la pelouse de Catane (1-1). Demain soir, la Juve, qui reçoit le Napoli, a donc l’occasion de revenir à deux points. Qui a dit que la Serie A était pliée ?

Modififié
0 3
Allegri avait averti ses troupes. Gare à ne pas avoir la tête au Barça. Le match retour du Camp Nou se profile dans trois jours. Mais avant, il y avait ce match contre Catane. Un match qui s’annonçait comme piège, face à l’équipe en forme du championnat. Et Milan est bien tombé dedans. Les rossoneri repartent de Sicile avec le point du match nul (1-1), un résultat qui pourrait permettre à la Juve, en cas de victoire demain soir contre le Napoli, de revenir à deux longueurs du leader. Qu’on se le dise, cette rencontre entre Catane et le Milan AC a tenu toutes ses promesses. Des buts, des séquences rapides, des décisions arbitrales : on a tout eu. Catane pourra se plaindre pour le but annulé à Gomez en début de seconde période, Milan en fera de même avec ce ballon de Robinho qui pourrait avoir franchi la ligne. Quoiqu’il en soit, Milan a été mis en difficulté par une pimpante équipe sicilienne, guidée de main de maître par un Vincenzo Montella qui a toutes les raisons de croire à l’Europe. Son équipe a emmerdé tous les gros bras du championnat, et a désormais un calendrier largement favorable. Milan se contente du nul (pas vraiment le choix, de toutes façons), et va pouvoir se focaliser totalement sur le quart de finale retour contre le Barça. Guardiola va-t-il passer un petit coup de fil à Montella ?

Robinho se rattrape

On attendait un match explosif. Les premières minutes répondent aux attentes. Catane démarre au taquet, en mode « tous à l’abordage » . Milan est surpris, recule, et les Siciliens proposent d’amblée un jeu rapide, avec des passes courtes. Pas de grosses occasions, hormis peut-être une frappe de Bergessio, mais une pression constante aux abords de la surface de réparation. Milan met dix bonnes minutes à rentrer dans son match. Mais dès que les rossoneri mettent le pied sur le ballon, ils sont les patrons. La première grosse occaz est d’ailleurs pour eux, avec le portier Carrizo qui gagne son duel face à Emanuelson. Le gardien prêté (banni) par la Lazio se répète quelques minutes plus tard, ce coup-ci face à Ibra. Les foudres siciliennes initiales se calment, et Milan se projette de plus en plus vers l’avant. Et le troisième coup est le bon. Robinho (qui s’est fait une petite crête) combine avec Zlatan, le Suédois décale le Brésilien, qui fusille le portier de Catane. 34ème minute : 1-0, et un peu de rédemption pour Robinho, après sa prestation à pleurer contre le Barça. L’équipe de Montella ne se démonte pas, et répond du tac au tac. Bonera, qui n’est pas Nesta, perd un ballon facile dont hérite Gomez. Pan. Une fusée des 25 mètres qui vient s’écraser sur la barre d’Abbiati. Milan est verni et rentre aux vestiaires avec un but d’avance. Ce qui n’empêche pas Allegri de faire la tronche.

Il est rentré, ce ballon ?

La pause requinque les joueurs de Montella, qui débutent la seconde période comme ils avaient entamé la première : à l’assaut des buts milanais. Commencent alors dix minutes de calvaire pour les Champions d’Italie. Gomez lance le show avec un but de la tête. Mais le juge de ligne annule pour hors-jeu. Le premier ralenti donne tort à l’arbitre, mais le second confirme que Bergessio, passeur décisif sur l’action, était hors-jeu. Pas grave, Catane continue. Antonini sauve sur Bergessio, puis Mexès interrompt une action de Spolli et Bergessio, encore lui, est tout proche d’égaliser sur coup-franc. Mais à force de plier, Milan finit par craquer. Comme contre la Lazio et contre Naples, Catane utilise son arme fatale : les corners. La défense milanaise est passive et Spolli en profite pour égaliser à bout portant. 1-1, et c’est totalement mérité. Milan a les jambes lourdes et n’est pas loin de prendre le bouillon, tant les Siciliens sont fringants.

Oui, mais les Milanais ont Zlatan. Un mec qui peut tout changer avec un geste. Le voilà qui offre un nouveau caviar à Robinho, le Brésilien élimine Carrizo, frappe dans le but vide, mais Marchese sauve sur la ligne. Vraiment sur la ligne ? Sur certains angles de vue, le ballon parait être dégagé sur la ligne, sur d’autres, il semble l’avoir légèrement franchie. Rentré ou non, le score ne change pas. Et personne ne s’en contente, même si Catane accuse clairement le coup de son début de seconde période totalement fou. Carrizo sort le grand jeu sur une tête smashée de Mexès (75ème), puis Ibra ne trouve pas le cadre sur une frappe croisée (79ème). Ca pousse, ça mousse, mais ça ne croule pas. Carrizo tient encore en vie son équipe grâce à une claquette providentielle sur un lob de Zlatan. Un but dans le money-time lancerait indubitablement les Milanais vers le titre. Mais la balle de match est pour Catane : Milan remercie Antonini et son sauvetage de dingue. Catane tient son petit exploit. Comme la Juve, comme le Napoli, comme la Lazio, comme l’Inter, le Milan AC est freiné au Massimino. Et peut désormais se concentrer sur le match du Camp Nou. Avec un œil, demain soir, à ce qui se passera à Turin.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

1-1 au Nou Camp et c'est bon pour les Berlu's boys!

Mais ce sera plus difficile qu'à Catane (avec tout le respect, commandatore!)

Forza Juve! Même si ça me fait c... pour Naples!
mario, je te suis sur le pronostic. Je vois le Barca out.
enfin j'espere, non pas parceque je n'aime pas cette équipe, mais une finale Bayern - AC Milan serait un "classico" de LDC et qu'on parlerait d'autre chose ici ;)
Attends, y'a confusion, là!

C'est pas mon prono. Perso, je vois le Barça faire un deuxième trou au Milan (qui se consolera avec le scudetto).

Et en finale,(je vais beaucoup te décevoir), je vois le clasico.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Les chiffres de mars
0 3