1. //
  2. // 32e journée
  3. // Udinese/Milan (2-1)

Milan, plus dure sera la chute

Défait à Udine (2-1), ce samedi, le Milan AC a abandonné ses derniers espoirs de Ligue Europa, en réalisant la pire prestation de sa saison. Furieux, Filippo Inzaghi s'en est, cette fois, pris à ses hommes et une mise au vert à Milanello a été décidée. Le bateau rossonero continue de couler.

Modififié
2k 15
« C'est l'histoire d'un homme qui tombe d'un immeuble de 50 étages. Le mec au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer. "Jusqu'ici, tout va bien... Jusqu'ici, tout va bien… Jusqu'ici, tout va bien." Mais l'important, c'est pas la chute, c'est l'atterrissage. » Il y a 20 ans, Mathieu Kassovitz réalisait La Haine, tandis que le Milan AC trustait les sommets du football européen. Si le film est depuis passé au rang des classiques, le géant lombard a, lui, bien perdu de sa superbe. À tel point qu'il ne devrait plus attendre longtemps avant de toucher le fond, si ce n'est déjà fait. Fini les œillères, les Rossoneri ne peuvent désormais plus se voiler la face, alors qu'ils devraient, selon toute vraisemblance, achever leur second championnat consécutif loin des places qualificatives pour une Coupe d'Europe. Encore reste-t-il au Diavolo à en tirer la bonne morale – celle de Grunwalski ? – pour repartir sur la bonne voie. Et échapper au destin tragique de Vinz, Saïd et Hubert.

Annus horribilis et mise au vert


Déjà pas franchement radieux, le ciel rossonero s'est encore assombri, samedi, face à l'Udinese. Après un derby de Milan sans saveur, la formation de Filippo Inzaghi a livré une prestation tout bonnement catastrophique sur la pelouse d'une équipe qui restait alors sur une seule victoire en onze matchs. Complètement amorphes, les Rossoneri ont logiquement subi leur neuvième défaite de la saison (2-1) qui aurait d'ailleurs pu être plus sévère. La réduction du score en fin de match de Gianpaolo Pazzini ayant été inscrite sur l'unique frappe cadrée du match, côté milanais. Une statistique qui témoigne également du manque d'implication affiché ce week-end par les Milanais et de l'absence totale d'un sentiment de révolte… pendant la rencontre. Car l'après-match a, cette fois, été bien agité.

Adepte d'un soutien inconditionnel à ses hommes depuis le début de saison, Filippo Inzaghi a effectivement dégoupillé. « Nous aurions perdu contre n'importe qui aujourd'hui (samedi, ndlr). Il n'y a pas d'excuse. Je suis très énervé et je demande pardon aux tifosi, au club et au président. Désormais, seuls ceux qui tiennent à ce maillot iront sur le terrain. Le Milan ne peut pas montrer une telle (mauvaise) image. » . Une colère qui ne s'est pas limitée à la conférence de presse et s'est poursuivie dans le bus qui ramenait l'équipe à l'aéroport de Trieste. Selon plusieurs médias transalpins, SuperPippo se serait ainsi emporté verbalement contre ses joueurs « indignes du club » , dont certains auraient renvoyé l'argument à leur entraîneur. Résultat, une mise au vert à Milanello a été rapidement décrétée avant d'affronter le Genoa, ce mercredi.

Grande démarque et vente du club


Une mise au vert à durée indéterminée, confirmée par un communiqué officiel sur le site du club. « L'équipe peut rester à Milanello jusqu'à mercredi, mais aussi jusqu'au 3, 10, 17, 24 ou 31 mai, suivant les décisions de l'entraîneur du Milan (pas de nom cité, ndlr) qui seront prises en fonction des performances. » . Selon la Gazzetta dello Sport, Silvio Berlusconi aurait même songé à licencier immédiatement Filippo Inzaghi, avant d'être raisonné par Adriano Galliani. L'intérêt de changer d'entraîneur à six journées de la fin du championnat, avec six points de retard sur la zone Europe étant nul. Difficile, en tout cas, de croire à un avenir rouge et noir pour SuperPippo, la saison prochaine.

Comme pour un grand nombre d'éléments du club d'ailleurs, puisque l'été qui arrive devrait voir une certaine révolution s'opérer à Milan. D'une part au niveau de l'effectif où de nombreux joueurs arrivent en fin de contrat (Abbiati, Mexès, Bonera, Abate, Essien, De Jong, Pazzini) ou ne devraient pas être conservés (Bocchetti, Van Ginkel, Destro). D'autre part en coulisses où la vente du club se précise avec le début des négociations annoncé entre l'homme d'affaire thaïlandais Bee Taechaubol et Silvio Berlusconi. En attendant, le Milan, dixième de Serie A avec deux points de moins que l'an dernier à la même époque, présentera, mardi, son bilan économique 2014 avec un déficit prévu aux alentours de 90 millions d'euros. Effectivement, la haine.

Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

butterfly Niveau : CFA
Le Milan s'est construit une équipe ridicule, ils ont 13 défenseurs sous contrat...
envie de pleurer ...
Milan_forza18 Niveau : CFA
Vivement la fin du championnat bordel j'ai honte de cette équipe de chèvres
ah bon le milan ac va mal mais je comprends pas ils ont le superbe buteur Menez ... qui déchire tout non ? On nous aurait menti ?
J'adore Inzaghi, en tout cas j'adorais le joueur, mais je ne comprends pas comment on peut défendre son bilan en tant qu'entraîneur.

J'en ai vu beaucoup dire qu'il faisait ce qu'il pouvait avec un effectif pourri, qu'il n'y avait plus de grands joueurs au Milan, que c'était triste de voir que Ménez est leur meilleur joueur cette année, etc. Mais quand je regarde l'effectif du Milan cette saison, je le trouve largement comparable à celui de la Lazio, voire du Napoli et de la Roma.

Ok c'est plus Maldini, Kaka et Shevchenko, mais y'a des joueurs de qualité à tous les postes, et un bon équilibre entre joueurs d'expérience et jeunes promesses. Et c'est plus la même Serie A non plus. La flemme de faire la liste mais ils avaient bien de quoi jouer le podium avec un 11 pas dégueu du tout. Si on compare pour chaque joueur cette saison à la saison passée, je crois que tout le monde a régressé à part Ménez.

Donc Inzaghi pouvait difficilement faire pire. Je dis pas que tout est de sa faute, mais quand on aligne régulièrement Muntari et Essien, faut pas s'étonner d'être derrière le Genoa et le Torino.
Note : 4
Quels sont les fils de putes de joueurs qui ont dit à Inzaghi qu'il n'était pas non plus digne du Milan AC? ...
W dans une telle situation on ne peut accuser l'entraîneur, quel que soit son nom. Allegri a été éjecté (il me semble) Seedorf pareil et bientôt Inzaghi. Pendant ce temps les mêmes chèvres qui sont sur le terrain et qui détruisent ce club immense à petit feu.

Putain quand tu t'appelle Bakaye Traoré ou Adil Rami (entre autres) tu refuses l'offre par respect quoi. (Évidemment je ne blague un petit peu, je ne vois pas quelle joueur moyen refuserait le Milan Ac).

Galliani a fait des choses superbes mais il serait temps de laisser la place, ou bien d'arrêter cette politique de pince ..
Message posté par brose
ah bon le milan ac va mal mais je comprends pas ils ont le superbe buteur Menez ... qui déchire tout non ? On nous aurait menti ?


Jean-Michel Abruti.
IronicoFeroce Niveau : Loisir
je suis pour la Juve et pourtant ça fait mal de voir le Milan dans cet état.
Si Silvio veut plus investir qu'il vende vite. La Juve est loin devant, Thorir a fini de redresser les comptes de l'Inter et va commencer à acheter des joueurs sérieux cet été, la Roma va avoir son stade, Napoli aussi.

Je veux notre rival préféré en haut du tableau, bordel!
@JPP

L'effectif s'est plutôt amélioré l'été dernier et cet hiver, et les résultats sont de pire en pire.

Diego Lopez, Alex, Bonaventura, Cerci, Destro, ...c'est pas des pipes non plus. Un mec comme Suso est lancé à 10 journées de la fin seulement. Quand tout le monde déçoit, il y a forcément un problème dans la gestion du groupe.
clement6628 Niveau : CFA2
J'ai une question pour les amateurs de Serie A : quand on voit les turbulences qu'ont connu tous les grands clubs italiens depuis une dizaine d'année, comment se fait-il qu'aucun n'est décidé de se baser sur des jeunes Italiens à fort potentiel et des Italiens un peu moins médiatisés que d'autres ? Quand on voit dans quels clubs jouent les grands espoirs du pays et certains internationaux qui ont connu des parcours dans des petits clubs, on se dit que le Milan AC par exemple pourrait se lancer dans ce type recrutement "italien". C'est qu'ils sont chers ? surcotés ? appartiennent à des grands clubs (notamment la Juve) à travers les prêts ?
romlakers Niveau : CFA2
Inzaghi est juste une calamité, le pire coach de notre histoire. Cet avis est largement partagé entre supporters milanais. Reste que toutes les composantes du club sont à changer, que ce soit le président, Berlusconi ou Galliani, l'homme qui détruit le club à petit feu. Cependant, il semble qu'on soit proche de sortir de cette crise sans fin puisque le rachat se précise, que ce soit Bee ou les Chinois, des investissements seront faits et il y aura beaucoup de changement dans les structures du club avec le départ probable de Galliani et bien évidemment Inzaghi. Autre bonne nouvelle le projet du nouveau stade a pris une avancée décisif puisque le terrain nous a été accordé, avec une demande d'infos supplémentaires au niveau des garanties pour la construction. Le futur s'annonce moins sombre.
gars tout zoo Niveau : District
Message posté par clement6628
J'ai une question pour les amateurs de Serie A : quand on voit les turbulences qu'ont connu tous les grands clubs italiens depuis une dizaine d'année, comment se fait-il qu'aucun n'est décidé de se baser sur des jeunes Italiens à fort potentiel et des Italiens un peu moins médiatisés que d'autres ? Quand on voit dans quels clubs jouent les grands espoirs du pays et certains internationaux qui ont connu des parcours dans des petits clubs, on se dit que le Milan AC par exemple pourrait se lancer dans ce type recrutement "italien". C'est qu'ils sont chers ? surcotés ? appartiennent à des grands clubs (notamment la Juve) à travers les prêts ?


la première chose qui me vient à l'esprit, c'est que c'est pas dans la culture du calcio. Il est évident que c'est un championnat très intéressant sous certains aspects, mais certainement pas pour la valorisation des viviers italiens.
Deuzio, on a pas une génération exceptionnelle niveau jeune, et quand bien même eut-elle été excellente, exemple avec l'avant dernière génération (immobile, insigne etc...) à part quelques-un, ils sont tous retournés dans un relatif anonymat, parce que "argument numéro un" à savoir qu'on leur donne leur chance, soit au compte goutte, soit trop tard.
Tertio, le "sette sorelle" (les grands clubs qui trustent le haut du tableau) à part la juve, et ce depuis l'arrêt bosman, n'ont jamais eu une majorité de joueurs italiens, encore moins de leur centre de formation. Parce que "paragraphe un" parce qu'en italie faut des résultats immédiats etc... evidemment cette partie est sujette aux contre-exemples, mais ils ne sont pas légion.
De plus, les equipes milieu de tableau survivent en (sur)vendant des mecs qu'ils sont allés chercher en am-sud ou autre, et financer le club avec ça : palerme avec cavani, pastore... udine avec sanchez, bierhoff et j'en passe. Bref à côté de ces futurs cracks (ou pas) t'as généralement des vieux briscards italiens et pas souvent des petits jeunes.
Enfin, les jeunes (parce qu'il y en a) sont tous dans des équipes de bas de tableau, ou en D2, les bons centres de formation sont des équipes qui luttent pour le maintien. Bergame, brescia, empoli etc...
Alors évidemment je schématise beaucoup, mais c'est pas loin de la réalité.
D'où la sortie confuse de sacchi disant qu'on préfère un étranger au nom exotique qu'un jeune italien dans le calcio...
clement6628 Niveau : CFA2
Message posté par gars tout zoo


la première chose qui me vient à l'esprit, c'est que c'est pas dans la culture du calcio. Il est évident que c'est un championnat très intéressant sous certains aspects, mais certainement pas pour la valorisation des viviers italiens.
Deuzio, on a pas une génération exceptionnelle niveau jeune, et quand bien même eut-elle été excellente, exemple avec l'avant dernière génération (immobile, insigne etc...) à part quelques-un, ils sont tous retournés dans un relatif anonymat, parce que "argument numéro un" à savoir qu'on leur donne leur chance, soit au compte goutte, soit trop tard.
Tertio, le "sette sorelle" (les grands clubs qui trustent le haut du tableau) à part la juve, et ce depuis l'arrêt bosman, n'ont jamais eu une majorité de joueurs italiens, encore moins de leur centre de formation. Parce que "paragraphe un" parce qu'en italie faut des résultats immédiats etc... evidemment cette partie est sujette aux contre-exemples, mais ils ne sont pas légion.
De plus, les equipes milieu de tableau survivent en (sur)vendant des mecs qu'ils sont allés chercher en am-sud ou autre, et financer le club avec ça : palerme avec cavani, pastore... udine avec sanchez, bierhoff et j'en passe. Bref à côté de ces futurs cracks (ou pas) t'as généralement des vieux briscards italiens et pas souvent des petits jeunes.
Enfin, les jeunes (parce qu'il y en a) sont tous dans des équipes de bas de tableau, ou en D2, les bons centres de formation sont des équipes qui luttent pour le maintien. Bergame, brescia, empoli etc...
Alors évidemment je schématise beaucoup, mais c'est pas loin de la réalité.
D'où la sortie confuse de sacchi disant qu'on préfère un étranger au nom exotique qu'un jeune italien dans le calcio...


Je te remercie pour les bonnes précisions !
Le pire (ou le plus drôle, c'est selon) c'est que le repreneur en question est plus un Thohir qu'un Mansour.
Si c'est bien lui qui reprend le Milan, il va plus moins continuer la stratégie actuelle (comme à l'Inter, en gros) et donc, Milan enterinera pour de bon son statut d' "ex gros/grand club" comme Reims, Liverpool, Kaiserslautern, Leeds, le Torino et Nottingham Forrest ...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Lyon ne lâche pas prise
2k 15