En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 24e journée

Milan n'en profite pas

En déplacement à Cagliari, le Milan AC n'a pas réussi à faire mieux qu'un match nul (1-1), et ne profite ainsi pas du nul entre la Lazio et le Napoli, hier soir. La Roma perd à Gênes, l'Udinese continue sa remontée.

Modififié
Hier soir, au coup de sifflet final du match entre la Lazio et le Napoli, les Milanais s'étaient frotté les mains. Le match nul entre Romains et Napolitains permettait potentiellement à Milan de revenir à un point de la troisième place, occupée justement par la Lazio. Oui, sauf qu'il ne faut jamais vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Surtout quand cet ours est sarde. De fait, les Rossoneri peuvent presque s'estimer heureux de repartir de Sardaigne avec un point. Ce point obtenu sur pénalty à huit minutes de la fin par Mario Balotelli, son troisième but en deux matchs avec le maillot rouge et noir. Or, pendant les 82 minutes précédentes, c'est Cagliari qui a dicté sa loi, avec un trio Sau-Thiago Ribeiro-Ibarbo qui a fait beaucoup de mal à la défense milanista (Zapata et Mexès, entre autres). C'est d'ailleurs le Colombien, juste avant la pause, qui concrétise la domination des locaux.

En seconde période, Allegri comprend que son équipe ne fonctionne pas et fait des choix forts, en sortant El Shaarawy, par exemple. Mais rien ne change. La formation de Pulga manque de peu de doubler la mise. Péché de naïveté, peut-être, les Sardes n'achèvent pas les Lombards. Et à huit minutes du terme, ils s'en mordent les doigts, lorsque Astori est exclu pour une faute dans la surface (deuxième jaune). Balo transforme, comme la semaine dernière. Pour peu, Milan aurait pu réaliser un hold-up dingue dans les derniers instants, mais Agazzi, le portier cagliaritano, n'avait vraiment pas envie de repartir bredouille. Un point, c'est déjà peu payé, vu la prestation des siens. Zéro, cela aurait carrément été une injustice morale. Milan, donc, reste à trois points de la Lazio. Et pourrait se faire dépasser par l'Inter, ce soir. C'est quand, le derby, déjà ?

La Roma n'y arrive plus

Les résultats d'hier, à savoir le nul entre la Lazio et le Napoli, mais aussi la défaite de la Fiorentina à Turin, auraient également pu faire les affaires de la Roma. Raté. Le limogeage de Zeman et l'intronisation sur le banc d'Aurelio Andreazzoli n'ont pas eu l'effet escompté. Les Romains s'inclinent à Gênes, sur la pelouse de la Sampdoria (3-1), et n'ont donc toujours pas obtenu la moindre victoire en 2013. Pourtant, sur ce match de Marassi, les Giallorossi peuvent nourrir des regrets. Après une première période équilibrée, ils ont ouvert la marque en début de deuxième mi-temps par Lamela. Mais le juge de ligne annule, signalant un hors-jeu inexistant. Forcément, à 1-0, cela aurait tout changé, d'autant que quelques minutes plus tard, c'est la Samp qui ouvre le score par Estigarribia. Derrière, la Louve a l'occasion d'égaliser sur pénalty. Mais Osvaldo fait n'importe quoi et rate sa tentative. Forcément, à 1-1, cela aurait tout changé, d'autant que, quelques minutes plus tard, c'est la Samp qui double la mise par un superbe coup franc de Sansone. Dans la foulée, Lamela redonne un peu d'espoir à son équipe, mais Icardi vient immédiatement remettre les choses à leur place avec un troisième but. Le match se termine sur une embrouille entre Delio Rossi, coach de la Samp, et Burdisso et Totti, mais aussi sur cette phrase d'Andreazzoli : « Je ne comprends pas, le tireur de pénalty, c'est Totti. » Il va y avoir des explications.

Battue à Gênes, la Roma se fait doubler au classement par l'Udinese, vainqueur 1-0 du Torino. Les Frioulans n'ont eu besoin que d'un but de Pereyra à la huitième minute de jeu pour venir à bout d'un vaillant Toro. L'équipe de Guidolin aurait pu doubler la mise à de nombreuses reprises mais, comme il y a 15 jours contre Sienne, se contente de ce petit but pour prendre trois points très importants au classement. Le Torino ne s'est rendu dangereux que sur une tentative de Cerci qui a trouvé la barre et sur une action litigieuse dans la surface. À part ça, un Toro trop docile. L'Udinese de Di Natale (qui ne marque plus depuis quatre matchs !) enchaîne ainsi une quatrième victoire consécutive à domicile, et est en train de refaire le coup de la saison dernière, où elle avait grillé tout le monde sur la ligne d'arrivée, après une remontée et un sprint final incroyable. Gare à elle.

Palerme toujours au fond

Ça se bagarre dur dans le bas de tableau. Le match de la peur, c'était évidemment Palerme-Pescara. Le dernier contre le 18e. Et Palerme a bien cru vivre un enfer sans fin. Lorsqu'à un quart d'heure du terme, c'est Pescara qui ouvre le score par Bjarnason, le silence et la terreur envahissent le stadio Renzo Barbera. La peur dure seulement sept minutes, le temps que Fabbrini n'inscrive son premier but sous ses nouvelles couleurs. Les dix dernières minutes se résument à un assaut de Palerme, qui veut la victoire à tout prix, mais qui ne réussit pas à concrétiser ses occasions. Reste ce match nul qui arrange évidemment beaucoup plus Pescara. Palerme grappille un point, certes, mais reste bon dernier, à quatre points du premier non relégable. Ce premier non relégable, c'est le Genoa. Après leur victoire au finish contre la Lazio, les Génois voulaient confirmer sur la pelouse de Parme. Ils auraient pu, si les montants avaient été de leur côté. De fait, Bertolacci, buteur la semaine dernière, a trouvé deux fois les poteaux de Pavarini. Le match se termine sur un score de 0-0, un résultat qui ne fait pas les affaires du Genoa au vu de la physionomie du match, mais qui confirme l'embellie de l'équipe de Ballardini, qui a pris cinq points en trois matchs face à des équipes de la première moitié de tableau (Juve, Lazio, Parme). De bon augure pour la suite.

Sienne aussi peut avoir de l'espoir pour l'avenir. Malgré ses six points de pénalty qu'elle se traîne comme un boulet, l'équipe toscane est là, à la lutte pour le maintien. Aujourd'hui, elle est allée obtenir un nul précieux sur la pelouse de Bologne, grâce au deuxième but consécutif de l'ancien Lorientais Emeghara. Bologne égalise par Koné et aurait pu s'imposer en seconde période, si Gilardino et Diamanti avaient été un peu plus adroits. Tant mieux pour Sienne, qui n'est finalement qu'à trois points du Genoa. Enfin, le match tout pourri de la journée (il en faut toujours un) a eu lieu à Bergame, entre l'Atalanta et Catane. Une seule occasion en 90 minutes, à mettre à l'actif de l'Argentin de Catane Castro, en première période. Pour le reste, de l'intensité, une vraie bataille, mais pas de grandes émotions à se mettre sous la dent. On ne peut pas toujours avoir des matchs de dingue comme celui d'hier soir, hein.

Les résultats :

Juventus - Fiorentina 2-0
Vučinić 20', Matri 42'
Lazio - Napoli 1-1
Floccari 10' / Campagnaro 87'
Parma - Genoa 0-0

Atalanta - Catania 0-0
Cagliari - Milan 1-1
Ibarbo 45' / Balotelli 82'
Palermo - Pescara 1-1
Fabbrini 80' / Bjarnason 73'
Sampdoria - Roma 3-1
Estigarribia 56', Sansone 73', Icardi 77' / Lamela 75'
Bologne - Sienne 1-1
Koné 41' / Emeghara 33'
Udinese - Torino 1-0
Pereyra 8'

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 11 heures OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! 4
il y a 11 heures BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur le Classico 1
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 18:30 Les retrouvailles entre Patrice Évra et les fans de Liverpool 30 Hier à 14:50 Le but le plus absurde de l'année en deuxième division allemande 21 Hier à 13:52 Les lumières s'éteignent en Argentine 16
À lire ensuite
Le Barça s'amuse