Milan, le titre en 10 dates

Ce week-end, Milan a célébré son 18ème titre national en écrasant Cagliari à domicile. Une fête bien méritée : les Milanais ont fait la course en tête depuis novembre, et ont repoussé les assauts répétés de l'Inter et du Napoli.

0 7
Le Scudetto en dix dates.

11-09-2010 – Cesena-Milan-2-0 (2ème journée)

Lors de la première journée de championnat, Milan détruit Lecce (4-0). Le calendrier est clément, et offre Cesena comme victime sacrificielle pour le deuxième tour. Plein de hargne et de candeur, les locaux font le match de leur vie et annihilent les champions du Milan AC. Bogdani et le petit Giaccherini viennent à bout de l'ogre milanais, qui rate même un pénalty par le biais d'Ibrahimovic. Milan chute à la 7ème place, et les médias transalpins se montrent critiques, voire très sceptiques, envers l'armada construite un peu à l'arrache par Berlusconi.





25-10-2010 – Napoli-Milan-1-2 (8ème journée)

Au cours des rencontres suivantes, Milan ne brille toujours pas. Des matches nuls face à Catane et la Lazio, une victoire étriquée sur la pelouse de Parme : à l'aube du premier grand choc face au Napoli, la confiance n'est pas à son paroxysme. Pleins d'autorité, les rossoneri assoient pourtant leur domination au stadio San Paolo. Robinho et Ibra s'imposent en patrons, et la solide défense milanaise résiste à l'assaut final lancé par Lavezzi et ses potes. Sans être virevoltant, Milan gagne et se hisse à la deuxième place du classement. La machine est lancée ?



30-10-2010 – Milan-Juventus-1-2 (9ème journée)

Pas vraiment. Une semaine plus tard, San Siro est plein à craquer pour la réception d'une Juventus en pleine reconstruction. Apathique, le Milan d'Allegri est dominé pendant l'intégralité de la rencontre, les bianconeri profitant des boulevards pour frapper à deux reprises, par Quagliarella et Del Piero. Le but d'Ibra en fin de match n'y change rien. Milan s'incline pour la première fois de la saison à domicile, et perd face à la Juventus à Giuseppe Meazza, ce qui n'était pas arrivé depuis 2005. Milan est troisième, à un point de l'Inter et à cinq longueurs de la Lazio, surprenant leader de ce début de saison. Berlusconi est tellement déçu qu'il incite Del Piero à venir au Milan AC. N'importe quoi.





10-11-2010 – Milan-Palerme-3-1 (11ème journée)

Mais il ne faut que quelques jours pour que les rossoneri se remettent dans le droit chemin. Profitant de la défaite dans la Lazio dans le derby, Milan revient à deux points grâce à un succès à Bari. Trois jours plus tard, la Lazio perd encore face à Cesena, et Milan, opportuniste, en profite pour lui chiper le trône de la Serie A. Il Diavolo bat non sans mal Palerme, qui avait tenu le match nul jusqu'à la 77ème minute. Ibra résout le rébus sicilien sur pénalty, avant que Robinho n'enfonce le clou. Soirée de controverses : Zamparini, fou furieux contre les arbitres, menace de vendre Palerme, tandis qu'Inzaghi se fait les croisés du genou et prolonge d'un an son contrat. Bella Italia.



14-11-2010 – Inter-Milan-0-1 (12ème journée)

Grâce à sa victoire face aux Siciliens, les milanais se présentent au derby en tant que leader, ce qui n'était pas arrivé depuis une éternité. L'ennemi interiste, avec un Benitez titubant à sa tête, n'est pas au mieux, et Milan en profite. Après seulement quatre minutes, le bon Materazzi fauche son ancien pote Ibra dans la surface. Le Suédois transforme la sentence. 1-0. Et c'est tout. Le Milan s'en contente : deux ans qu'il n'avait plus battu l'Inter, des lustres. La bande d'Allegri conserve sa couronne, et relègue les nerazzurri à six points. Le break est fait. Croit-on.

[page]

16-01-2011 – Lecce-Milan-1-1 (20ème journée)

Pendant l'hiver, les Milanais sont quasiment inarrêtables. La défense est imperméable, et l'attaque, emmené par un Ibra en grande forme, claque près de trois buts par match. Grâce à une victoire en fin de rencontre sur la pelouse de Cagliari, Milan est sacré Champion d'hiver. Mais derrière, l'Inter, désormais guidée par Leonardo, entame une opération remontée. Après un nul incroyable face à l'Udinese (4-4), Milan se présente à Lecce avec l'obligation de gagner. Ibrahimovic inscrit l'un des buts de l'année, mais les vaillants joueurs des Pouilles égalisent peu avant la fin. L'Inter revient à neuf points, mais avec deux matches en retard à jouer. Le chemin vers le Scudetto n'est plus si dégagé.



28-02-2011 – Milan-Napoli-3-0 (27ème journée)

Outre l'Inter, le Napoli s'impose au fil des journées comme un sérieux candidat au titre. Les Napolitains campent la deuxième place du classement, et rêvent de faire un gros coup à San Siro pour se rapprocher de la place de leader. Mais Milan, depuis le match nul à Lecce, est en état de grâce. L'équipe rossonera tourne à une moyenne de trois buts par match à domicile, et réaffirme cette moyenne face au Napoli. Avec un Pato sublime (une passe décisive et un but magique), Milan écrase son adversaire d'un soir, qui se retrouve relégué à six longueurs. L'Inter en profite pour s'emparer de la deuxième place, à cinq points d'un Milan AC toujours plus solitaire.





19-03-2011 – Palerme-Milan-1-0 (30ème journée)

Mais au mois de mars, le rouleau-compresseur milanais est en manque d'essence. Le leader concède un incroyable match nul à domicile face à la lanterne rouge Bari (1-1), confrontation au cours de laquelle Zlatan se fait exclure pour un vilain geste de nervosité. Privé de son avant-centre vedette, Milan se déplace en Sicile pour y affronter une équipe de Palerme à l'agonie. Illogisme du football, les rosaneri dominent la rencontre et s'imposent grâce à un but de Goian. Milan est méconnaissable, et se met en danger tout seul. Grâce à une toute petite victoire face à Lecce, l'Inter revient à deux points et envisage sérieusement de passer devant les cousins en remportant le derby, quinze jours plus tard.



02-04-2011 – Milan-Inter-3-0 (31ème journée)

Mais il n'y aura pas de match. Milan est tout puissant, ce soir-là, à Giuseppe Meazza. Pato ouvre la marque après 45 secondes, l'un des buts les plus rapides de l'histoire du derby milanais. L'Inter peine à trouver son jeu, Leonardo est comme tétanisé par la pression de ses anciens tifosi. Abbiati s'offre une « parade-Scudetto » sur un coup de tête de Thiago Motta (même si, selon certains ralentis, le ballon semble avoir dépassé la ligne), tandis que Pato détruit les espoirs interistes en seconde période. La fête est complétée par Cassano, qui marque et se fait exclure en mois de 60 secondes. «  Un beau record » s'exclame Fantantonio. Qu'importe, Milan a compris : le Scudetto ne peut désormais plus lui échapper.





07-05-2011 – Roma-Milan-0-0 (36ème journée)

Après avoir repoussé un dernier assaut du Napoli (qui, pendant quelques heures le 10 avril, était revenu à égalité de points), Milan prend le large en battant tour à tour la Sampdoria (3-0), Brescia (1-0) et Bologne (1-0). A trois journées du terme, les Allegri boys n'ont besoin que d'un point sur la pelouse de l'AS Roma pour être sacrés Champions d'Italie. Sûrs de leur force, les Milanais se contentent de contrôler le match, trouvant même le poteau par Robinho. Le 0-0 suffit : Milan remporte le Scudetto, après sept années d'abstinence. La fête est totale : Ibra met un coup de pied dans la tête de Cassano, Oddo court en slip (et bourré) sur le terrain, Gattuso fait une petite dédicace à son pote Leonardo et Berlusconi promet une équipe capable de gagner la Ligue des Champions la saison prochaine. Le lendemain, Galliani officialise l'arrivée de Taiwo. Quel menteur de Silvio.



Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Drôle de champion!

Pas super dominateur malgré sa position de leader depuis l'hiver.

Pas super convaincant dans le jeu.

Avec des transferts de mi-saison décisifs.

Des cadres à l'infirmerie toute l'année (Inzaghi et Pirlo).

On dirait un champion par défaut. La défaillance de ses rivaux ayant été déterminante. Naples n'a pas osé. L'Inter n'a pas pu. La Lazio s'est éteinte tout doucement. L'Udinese a démarré sa saison trop tard. La Juve et la Roma ont été trop intermittants.

Un champion de transition après l'ère post-Calciopoli et la domination outrageante de l'Inter?
Mais c'est n'importe quoi cet article. La Juve a été dominée pendant tout le match à Milan et a gagné contre le cours du jeu, comme elle sait si bien le faire.
Année de transition en effet... Si le plan de 200 Millions de la Juve est vrai, ainsi que celui de di Benedetto, on pourrait bien avoir la première vraie saison post calciopoli l'année prochaine en Italie!

En tout cas ce qui m'a impressionné cette année à Milan c'est le fait qu'ils aient réussi à gagner tout en ayant 4/5 titulaires blessés pendant les 2/3 de la saison. Champion par défaut peut-être, mais dans les chocs ils ont bien montré qu'ils étaient les meilleurs. Reste à voir comment ils embrayeront sur l'année prochaine, on parle beaucoup de Hamsyk comme un nouveau Pirlo, mais je ne le vois pas trop faire des passes longues chirurgicales... Poli serait vraiment l'idéal. Juste avec Criscito, Marchetti, Poli et Ganso on est parés pour la Champions'.
Tu peux enlever Marchetti ;) Mais cet effectif semble un peu juste pour un champion d'Europe.
Au contraire Marchetti, jusqu'au début de la saison, était considéré en Italie comme l'héritier de Buffon... Abbiati a certes fait une grande saison, mais il n'a pas la carrure pour être le 1 Milanais. :)

Après si on regarde les autres points faibles de Milan cette année on a: pas d'arrière gauche, pas de digne remplaçant pour Nesta/Thiago Silva, Pirlo trop de fois absent, et pas de trequartista qui sache distribuer des caviars. Je ne vois pas trop d'autres défauts! Défense impec lorsque les titulaires sont là (7 buts encaissés dans la deuxième moitié de saison!!!), Abate a été cette saison le meilleur arrière droit en Europe (sisi, Maicon, Dani Alves, Ramos et van der Wiel n'ont pas aussi bien joué), van Bommel/Boateng/Ambrosini sont impec au milieu et Ibra, Robinho, Pato et Inzaghi sont plus que suffisants en attaque. Criscito est le meilleur en Italie dans ce rôle, et n'a devant lui en Europe eut-être que Bale et Coentrao (Marcelo pourri en défense, Cole + Evra saison pas top, Abidal bof, ...) pour l'instant. Poli a tout pour être le nouveau Pirlo et Ganso est un futur fuoriclasse. Franchement quand on regarde la team de ManU cette année on se dit que ce Milan-là aurait tout pour faire mal!
Marchetti ne m'a jamais emballé, sa CDM était mauvaise et Agazzi l'a largement fait oublier.Et comment Abbiati ne pourrait pas avoir la carrure, lui qui fut le meilleur milanais cette saison?!

L'arrière gauche, je suis pas du tout d'accord sur Criscito!Il a une bonne marge de progression et un bon niveau, mais actuellement Balzaretti est d'un tout autre niveau et les Abidal, Cole & co, il les voit uniquement dans ses rêves!

Abate montre une bonne progression, mais il doit encore s'améliorer techniquement pour être celui que tu décris.

Pas fan du milieu Boateng/VB/Ambro, trop bourrin et physique.Un Pirlo/VB/Ambro me plait nettement plus...

En attaque, je prendrais bien Pepito Rossi et Falcao pour Ibra et Binho, mais ça, c'est mon petit rêve personnel...Le problème reste les blocages en LDC, sinon c'est fans l'ensemble excellent.

D'accord sur les deux dernières phrases.
Finnanigan : Avec les joueurs que tu cites, le Milan sera surement champion l'an prochain mais ne compte pas sur la Champion's car aucun des joueurs cités n'a disputé ne serait-ce qu'un seul match de CL. (mis a part Poli qui a disputé le tour préliminaire) Je verrai un peu plus des joueurs comme Lass, Coentrao, Robben ect ... Ma liste est juste un exemple hein.

Enfin quoi qu'il arrive l'inter-saison du Milan sera determinante s'ils veulent bien figurer en Champion's l'an prochain que ce soit pour garder les meilleurs joueur ou pour se renforcer intelligemment. Tout comme l'Inter et la Juve d'ailleurs.

La série A arrive a un tournant TRES important ...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
L'équipe-type du dimanche
0 7