Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Milan-Fiorentina

Milan-Fiorentina, un Scudetto manqué et une rivalité exacerbée

Le Milan reçoit ce dimanche soir la Fiorentina. Une rencontre qui a souvent été marquée par des événements particuliers. Comme en 2012, lorsque les Florentins étaient venus s'imposer à la surprise générale à San Siro, contribuant à faire perdre le Scudetto aux Rossoneri.

Modififié
7 avril 2012 : le Milan AC reçoit la Fiorentina à San Siro. Dimanche de Pâques oblige, toutes les rencontres de la 31e journée de Serie A ont été avancées au samedi. Pas franchement une bonne nouvelle pour les Rossoneri qui viennent alors de disputer un quart de finale retour de Ligue des champions à Barcelone, en milieu de semaine. D’ailleurs, les hommes de Max Allegri ne peuvent pas compter non plus sur l’adrénaline de la victoire pour soigner leurs jambes lourdes, car ils sont tombés face au Barça. Ils y ont pourtant cru pendant quelques minutes, quand Nocerino a égalisé sur une sublime passe d’Ibrahimović. Mais un second penalty de Messi - accordé pour un tirage de maillot de Nesta sur corner avant que la balle ne soit en jeu... -, puis un but d’Iniesta ont mis fin aux espoirs lombards (victoire 3-1 du Barça, 0-0 à l’aller). Le Milan doit toutefois vite oublier l’Europe et se replonger dans le championnat, puisque sa première place est en grand danger. Déjà accroché par Catane le week-end précédent (1-1), le Diavolo ne compte en effet plus que deux petits points d’avance sur la Juventus menaçante d’Antonio Conte. La réception de la Fio, 17e au classement et qui n’a gagné qu'une seule fois à l'extérieur à ce moment de la saison, s’annonce néanmoins assez tranquille pour les Rossoneri. Attention, les apparences peuvent être trompeuses...

Ibra met le Milan sur la bonne voie


Tour à tour, les Milanisti se montrent d’ailleurs très confiants en conférence de presse. Max Allegri en premier lieu : « Je ne crains pas de répercussions à cause de l’élimination en Ligue des champions. On est très déçus, car on pensait pouvoir passer, mais désormais, on va pouvoir se concentrer à nouveau pleinement sur le championnat. On est sereins et conscients de ne pas être premiers par hasard. C’est justement important de gagner contre la Fiorentina pour oublier Barcelone. » Même s’il prend soin de préciser que la Fiorentina est une bonne équipe, l’entraîneur toscan ne doute pas de la victoire des siens. Le Milan reçoit même le soutien de Carlo Ancelotti par voie de presse. « Quand on a été éliminés en 2004 par le Deportivo, on s’est repris dès le dimanche suivant face à l’Empoli et on a fini champions ensuite » , confie à la Gazzetta dello Sport celui qui est alors coach du PSG. « Je pense que le Scudetto sera pour les Rossoneri » , ajoute-t-il. Néanmoins, Max Allegri doit composer avec de nombreuses absences face à la Fiorentina. En plus de Pato qui s’est claqué face au Barça quelques minutes après son entrée en jeu, Boateng, Nesta, Seedorf et Antonini s’ajoutent à la liste des joueurs indisponibles. Une liste qui comprend déjà Thiago Silva, Van Bommel et Flamini à l’infirmerie depuis un moment.

En revanche, Antonio Cassano, absent depuis octobre suite à un malaise cardiaque, fait son retour sur le banc. La formation alignée par Allegri est donc logiquement moins convaincante qu’à l’accoutumée. Devant Abbiati, on retrouve l’inquiétante charnière Bonera-Mexès, tandis qu’Abate et Zambrotta complètent la défense. Au milieu, Muntari, Ambrosini et Nocerino sont titularisés derrière Emanuelson, positionné très inhabituellement comme trequartista. Enfin, Ibrahimović et Maxi López sont alignés pour la première fois de la saison ensemble devant. La Fiorentina, entraînée par Delio Rossi, n’est toutefois pas en reste concernant les absences, puisqu’elle doit faire sans plusieurs habituels titulaires comme Gamberini, Cassani, Vargas, Montolivo ou encore Cerci. Sous un beau soleil et dans une belle ambiance, la rencontre peut débuter. Le Milan est très brouillon et souffre devant l’activité incessante de Jovetić. Cependant, après un premier essai sur coup franc, repoussé par Boruc, Ibrahimović ouvre le score sur un penalty généreusement accordé. C’est alors son 30e but de la saison, toutes compétitions confondues. Le Milan reste poussif, mais passe tout de même très près de doubler la mise. Sur une superbe passe d’Ibra, Maxi López se heurte en effet au poteau. À la pause, le Milan se pense en sécurité.

Cassano entre en jeu, Amauri glace San Siro


Et pourtant. Dès le retour des vestiaires, Jovetić profite d’un alignement catastrophique de la défense lombarde pour aller battre tranquillement Abbiati. Vexé, le Milan pousse pour reprendre l’avantage, mais manque d’inspiration et de réalisme. Allegri ne lésine pas sur les changements et lance d’abord Aquilani et Robinho à la place d’Ambrosini et Emanuelson. Puis c’est Antonio Cassano qui remplace Zambrotta sous les acclamations de tout San Siro à cinq grosses minutes du terme de la rencontre. L’émotion suscitée par le retour de Fant’Antonio est au moins égale à la tension sur la pelouse. Malheureusement pour le Milan, ce n’est pas l’entrée de Cassano qui est décisive, mais celle d’Amauri quelques minutes plus tôt. Après une énorme erreur de Mexès, l’ancien Turinois combine effectivement parfaitement avec Jovetić, avant de battre avec sang-froid Abbiati et de glacer tout un stade. À défaut de parvenir à s’imposer, le Milan n’a pas su non plus ne pas perdre. Le Diavolo vient de laisser filer le Scudetto. Car si Allegri assurera en conférence de presse que « le championnat est encore long et que tout est encore ouvert » , les Rossoneri ne reverront jamais la Juve, qui prendra la tête du championnat une paire d’heures plus tard en s’imposant à Palerme (0-2).

Une rivalité attisée


Avec le recul, près de quatre ans plus tard, cette défaite face à la Fiorentina s’impose comme le vrai tournant que les Rossoneri ont manqué pour aller chercher le Scudetto cette saison-là. Bien plus que le match nul 1 à 1 face à la Juve, en février 2012, marqué par le fameux but fantôme de Muntari. Cette défaite face à la Fio a également contribué à attiser la rivalité entre les Milanais et les Florentins. Les affrontements entre les deux équipes ont effectivement souvent été très particuliers. Le 20 septembre 1987, Arrigo Sacchi effectuait ainsi ses débuts sur le banc du Milan avec une défaite face à la Fiorentina (0-2). Le 28 avril 1996, le Diavolo validait son quinzième Scudetto justement contre l’équipe viola. Le 9 septembre 2001, Pippo Inzaghi inscrivait son premier but sous le maillot du Milan face à la Fio. Mais c’est surtout lors des dernières saisons que la tension s’est intensifiée. En 2007/2008, la Fio se qualifiait en Ligue des champions, lors de la dernière journée du championnat, au détriment du Milan. Grâce à un retourné d’Osvaldo resté célèbre. Le 31 mai 2009, Paolo Maldini disputait son dernier match en rossonero sur la pelouse de l’Artemio-Franchi. En 2011/2012, la Fio empêchait donc le Milan d’être champion. Lequel « se vengeait » en enrôlant gratuitement Riccardo Montolivo. La saison suivante, les Rossoneri ravissaient la troisième place aux Gigliati, au terme d’un finish ahurissant avec un penalty douteux et un but capital de Mexès lors de la dernière journée à Sienne. Alors un évènement spécial est-il à prévoir ce dimanche soir ? Probablement pas. Même si la position instable de Siniša Mihajlović sur le banc du Milan pousse à n’exclure aucune hypothèse...

Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:01 Fournier, Lacombe et Franck Thivilier vont former des entraîneurs brésiliens 10 Hier à 14:41 Mexique : Maradona déjà en demi-finale du championnat 23

Le Kiosque SO PRESS

À lire ensuite
Alexander était vert