En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // AC Milan-Lazio (0-0)

Un match vraiment nul entre Milan et la Lazio

Ça a été long, ça a été insipide, ça a été barbant, et ça a accouché d'un tout petit 0-0. La deuxième demi-finale aller de Coppa n'a rien offert, entre des Romains qui ont dominé sans conclure et des Milanais qui ont failli voler la victoire en fin de match.

Modififié

AC Milan 0-0 Lazio



Le dernier affrontement entre Milan et la Lazio avait fait du bruit, celui de la main de Cutrone qui tape dans le ballon pour marquer le premier but du match. C'était il y a trois jours en championnat, et au pays de la VAR et de ses controverses, monsieur l'arbitre en avait créé une en n'utilisant pas l'outil. Une mauvaise idée, dans un match serré finalement remporté 2-1 par les Rouge et Noir. Du coup, après ce raffut, Milanais et Romains ont décidé de calmer le jeu ce soir en proposant un match triste à pleurer. Les bases étaient posées dès cette première mi-temps au cours de laquelle il ne s'est quasiment rien passé, et le deuxième acte n'est pas venu arranger les choses. Un bon point malgré tout pour la Lazio, qui a dominé et qui a plus tenté. Mais si dominer suffisait pour gagner des matchs, ça se saurait.

45 minutes de rien


Un des grands principes du concept de match aller/match retour, c'est que si on marque à l'aller à l'extérieur, on est plus tranquille pour le retour à domicile. Un postulat parfaitement intégré par les gars de la Lazio qui envoient un maximum de ballons devant dès les premières minutes. Milan doit jouer bas, regroupé, rester concentré, une mission parfaitement accomplie, puisque aucune des offensives romaines n'aboutit à un tir cadré. Même seul aux six mètres après avoir sèchement crocheté Romagnoli, Immobile loupe sa frappe du gauche et envoie son ballon en tribunes. Quant aux Milanais, pas vraiment motivés pour aller embêter Strakosha, ils gèrent leurs phases de possession « pépèrement » et n'envoient que des centres sans danger dans la surface adverse. Forcément, le match est dans une impasse, et la demi-heure de jeu arrive, alors que le public n'a toujours rien eu de sérieux à se mettre sous la dent, à part la percée d'Immobile. Toujours conquérants, les Laziali bouclent la mi-temps avec des corners et des ballons parfois bien sentis qui poussent Donnarumma à utiliser ses gros poings pour boxer au loin.

Et 45 minutes de presque rien


Difficile de se réveiller après une bonne sieste. Un problème multiplié par vingt-deux sur la pelouse où tout le monde semblait apathique. La Lazio remet en place sa domination tranquille en deuxième période, s'installe dans le camp d'en face, mais ne secoue pas assez son adversaire. Milan défend bien, donc Milan n'est pas inquiété. Milan attaque mal, donc la Lazio n'est pas inquiétée, l'équation est enfantine. Biglia, arrivé cet été en provenance de la Lazio, tente de poignarder ses anciens coéquipiers en frappant de loin, mais n'arrive pas à cadrer, même en prenant des plombes pour régler la mire. Il faut attendre l'heure de jeu pour qu'il se passe enfin quelque chose, et la tête smashée d'Immobile après un bon centre de Lukaku aurait pu allumer la mèche si le tentaculaire Donnarumma ne s'était pas parfaitement couché pour repousser. La fois d'après, c'est Milinković-Savić qui fait peur aux Milanais face au but, puis Immobile qui revient tenter sa chance d'une frappe flottante. Milan passe à un cheveu de réussir son braquage sur sa seule vraie action, mais après une tête de Cutrone bien repoussée par Strakosha, Çalhanoğlu rate un deuxième ballon inratable seul devant la cage. Le match est définitivement irrécupérable, et tout le monde se quitte en espérant être plus inspiré dans un mois au Stadio Olimpico.


AC Milan (4-3-3) : Donnarumma - Abate, Bonucci, Romagnoli, Borini - Kessié, Biglia, Locatelli (Çalhanoğlu, 57e) - Suso, Kalinić (Silva, 83e), Bonaventura (Cutrone, 71e)
Lazio (3-5-2) : Strakosha - Cáceres, Luiz Felipe, Radu - Basta, Parolo (Nani, 76e), Leiva, Milinković-Savićc, Lukaku - Felipe Anderson (Luis Alberto, 63e), Immobile (Lulić, 83e)


Par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:01 Tony Chapron est en arrêt maladie 41 Hier à 13:27 Des supporters uruguayens créent un chant sur l'air de Bella Ciao 23 Hier à 12:18 Un entraîneur espagnol s'énerve en conférence de presse 8
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 17 février Les maillots du PSG floqués en mandarin 25 samedi 17 février La panenka ratée de Diego Castro en Australie 20