1. //
  2. // Roma/Milan AC (0-0)

Milan, champion malgré lui

Fin du suspense en Série A. Le Milan A.C, tenu en échec 0-0 à Rome, remporte le 18ème Scudetto de son histoire. Retour sur un succès qui rassemble, de Silvio Berlusconi à Mario Yepes.

Modififié
0 9
« Vinceremo il tricolore » . Les supporters milanais, présents en nombre dans la capitale, apprécieront l'aboutissement, mais pas la manière. L'Italie, pays du catenaccio, où la maxime « seule la victoire est belle » n'a jamais été aussi séduisante, a sacré ce soir un drôle de champion. Pas toujours dominateurs, rarement réjouissants, les joueurs de Massimiliano Allegri cristallisent la figure du vainqueur du Scudetto, sérieux et sobre. Un paradoxe quand on sait que les têtes d'affiches du nouveau Milan s'appellent Zlatan, Cassano et Van Bommel.

Introduites en -300, les bacchanales, fêtes religieuses de l'Antiquité, se tenaient en l'honneur de Dionysos-Bacchus, Dieu du vin, de l'ivresse et des débordements. Deux millénaires plus tard, les Dieux italiens s'appellent Seedorf, Ibrahimovic et Boateng. Que les tifosi se rassurent, les banquets ne sont plus à la mode, mais le vin coulera à flot et les débordements sont à prevoir. Le Milan A.C est champion pour la première fois de 2004, Silvio Berlusconi est ivre de bonheur.

Sacré Silvio. On l'entend déjà, lui, homme de titres et de trophées, réclamer son Stadio Silvio Berlusconi dont il évoquait les balbutiements dans les colonnes de la Gazzetta Dello Sport : « Santiago Bernabeu a bien son stade et moi, je crois que j'ai gagné plus que lui. Je mérite donc un stade à mon nom » . Dommage pour ses détracteurs, Silvio a encore ramassé la mise. Cette fois-ci, pas de douceurs de la nature en petites tenues, mais un Scudetto, un vrai, avec lequel il pourra faire du « bunga-bunga » à sa guise. Une activité certainement plus intéressante que la première mi-temps que nous ont offert les deux équipes au Stadio Olimpico. Plus intéressés par le point du nul que par la victoire au panache, les Rossoneri ont bétonné au milieu : Seedorf, Van Bommel, Boateng. Le genre d'escouade qui ne vous laisse ni respirer, ni espérer remporter la traditionnelle bataille du milieu de terrain. Bingo, la Roma souffre, et quand elle parvient à se procurer des occasions, comme à la treizième minute, sur une frappe de Vucinic, c'est le disgracieux Abbiati qui sauve la mise. Un gardien à l'image d'une équipe, étonnamment plus besogneuse que bling-bling. Seules miettes à se mettre sous la dent en première mi-temps, les coups de sang de Francesco Totti, qui passe le plus clair de son temps à se prendre le chou avec Mark Van Bommel. Mais cet homme est aussi fou que talentueux, alors comme Hulk, le vert, pas celui de Porto, il met à profit cet énervement pour faire mal au Milan. Contrôle UHU, centre magnifique pour Simplicio, mais la frappe du Brésilien passe à côté. Mi-temps, l'A.C Milan a fait la moitié du chemin.


Comme s'ils ne voulaient pas laisser les tifosi sur leur faim, les Milanais poussent dès le retour des vestiaires, et Robinho croit bien se faire une place de choix dans le cœur des supporters lorsqu'il enveloppe une belle frappe à l'entrée de la surface. Poteau. Dans la foulée, Totti, toujours lui, tente d'emballer le match. Frappe, corner, coup de gueule sur Cassano qui s'échauffe, Francesco est au four et au moulin. Discret jusqu'ici, Zlatan Ibrahimovic profite d'un coup-franc pour donner une réponse à tous les enfants du monde. Non, même quand la frappe cadrée et flashée à 200 km/h percute le gardien, celui-ci ne rentre pas dans les buts comme dans Olive et Tom. Tour à tour, les Milanais s'essayent au rôle du héros. Kévin Boateng, l'anti-héros, étant le plus proche du but, quand, lancé par Ambrosini, il évite Doni mais ne parvient pas à catapulter la balle dans les filets. Malheureusement pour les tifosi, le titre ne se fêtera ni à domicile, ni sur une victoire. Mais un Scudetto reste un Scudetto. Surtout pour Mario Yepes.


Par Swann Borsellino

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Fini le Scudetto pour la fausse excellence de Milan.Milan c est rossonero.
Sinon Yepes mérite tout autant le scudetto que Seedorf par exemple.
Le cycle Allegri est parti ! Le Milan revient !
MILAN MERDA ! Berlusconi, figlio di troia !
Statistique très intéressante. Zlatan est sacré champion tous les ans depuis 2004 ce qui lui fait 8 titres avec 5 clubs différents dans 3 pays différents.
Bien sur j'inclus les scudettos remportés lors de son passage à la juve et retirés suite à l'affaire Caciopoli.

Alors deux questions :
- est ce qu'un joueur à déjà fait mieux? Il bat là tous les joueurs de l'OL qui ont gagné 7 fois le titre (Coupet, Juninho...). Mais est ce qu'un joueur à déjà remporté 8 fois de suite le titre avec le même club ou pas?
- Si Zlatan signe à Evian Tonon Gaillard l'an prochain, est ce que le club sera champion?

Dernière pensée du soir, on peut dire que sur ces titres Zlatan a vraiment pesé par ses buts et sa présence. C'est peut être un moins vrai lors de son passage au Barça, quoi que ça se discute (16 buts c'est déjà pas mal). Son ration matchs par but depuis 2004 est d'environ 1 but tous les deux matchs. Je pense que l'on peut dire que d'un point de vue statistique il a été un joueur important lors de la conquête de ces 8 titres.

Petit Bémol, il a pas gagné la Ligue Des Champions...

Sur ce chez ami de So Foot, je vous laisse à vos pensées sur ce Milan qui mérite amplement sa victoire finale car ça été l'équipe la plus régulière sur l'année, même si j'aurais aimé pour la belle histoire une victoire de Naples...
Mais Swann, faut pas croire que Milan a essayé de bétonner le milieu! Ça fait depuis le match contre Cesena à l'aller qu'ils jouent en 4312. Le milieu a récemment toujours été formé far Seedorf-van Bom - Ambrosini/Flamini/Gattuso et avec KPB en trequartista. La différence c'est que Milan veut faire le doublé en gagnant la coupe d'Italie aussi, d'où la nécessité d'économiser de l'énergie... Au fait, quelqu'un a des nouvelles de Pirlo? Il est rentré de blessure il y a deux semaines, pourtant il ne joue pratiquement pas... J'ai bien peur qu'il va se tirer au mercato. C'est vraiment le dernier que je voulais voir partir.
Si Pirlo se tire et que Taiwo et Mexès arrive, je vais vraiment commencer à douter.
Je n'pense pas qu'il parte. Il est fragile mais dés son retour à sa meilleure forme, il sera réutilisé.
Trop précieux ce joueur pour s'en séparer.
La difference entre la Juve et le Mafia AC c'est que ce dernier ne sera jamais inquiete pour ses Scudetto achetes tant que Silvio-labite-Berlusconi possedera ce club.
Je ne suis peut être pas totalement objectif, mais je trouve le titre de cet article et son contenu assez pathétique.

Milan a été premier du championnat pendant la majeure partie de la saison, en étant très solide à l'instar de Manchester United qui ne pratique pas un jeu flamboyant mais efficace s'appuyant sur ses individualités tout comme le Milan. (Je concède néanmoins que les mancuniens ont été plus solides en Coupe d'Europe)

Dire que Milan est "champion malgré lui" consiste à dire que ce titre n'est pas mérité ou acquis à cause de la faiblesse du championnat? Je ne suis pas d'accord.

Pour finir, je ne vois pas l'intérêt de répéter plusieurs fois que Mario Yepes est champion d'Italie...
Aldous, tu es un gros con qui me donne envie de vomir.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
M'Gladbach toujours en vie
0 9