1. //
  2. // 4ème journée

Milan au ralenti

Journée de surprises. La Juve est freinée par Bologne, Naples trébuche à Vérone, Milan sauve les meubles contre l'Udinese et le Genoa s'empare de la première place. Un championnat où il y a plus de deux équipes, ça n'existe donc pas qu'en France.

Modififié
0 7
Le football, en Italie, c'est le dimanche. Alors, lorsque l'on rajoute un tour en plein milieu de la semaine, il ne faut pas s'étonner s'il se passe n'importe quoi. Ou plutôt, s'il se passe ce qui va à l'encontre de la logique. Et en ce mercredi soir, personne n'échappe à la règle. A commencer par le leader provisoire, la Juventus. Après deux victoires consécutives, les Turinois avaient l'occasion de réaliser la passe de trois en affrontant Bologne, avant-dernier. La logique aurait voulu une victoire de la Vieille Dame. Un 2-0 propre, par exemple. Et c'est peut-être d'ailleurs le score qui se serait dessiné si Mirko Vucinic avait eu un peu de plomb dans le crâne. Mais le buteur, après avoir ouvert le score sur un touché malicieux de Pirlo, a eu la bonne idée de se faire exclure en fin de première période. Du coup, la Juve a dû rester à dix pendant toute la deuxième mi-temps. Et n'a pas tenu le choc. Bologne, qui, l'an dernier, était venu s'imposer à Turin, est parvenu à égaliser grâce à un coup de tête de Portanova. La Juve aura beau tout tenter par la suite, rien d'autre ne sera marqué. Antonio Conte laisse filer ses premiers points, et aura certainement quelques mots à dire à son copain Vucinic. Mais attention à ne pas trop le sermonner. Il risquerait de se mettre en slip.

Petit Milan, grand Chievo

Dimanche soir, le Napoli avait enchanté l'Italie, en domptant le Milan AC grâce à un triplé de Cavani. Pour affronter le Chievo, Mazzarri décide donc de faire tourner son effectif, en laissant initialement son buteur uruguayen sur le banc. Mais le coach napolitain a la mémoire courte. L'an passé, hormis le Milan AC, une seule équipe était parvenue à battre son Napoli aussi bien à l'aller qu'au retour. Et cette équipe, c'est le Chievo. Alors, pour ne pas contrarier les superstitieux, les joueurs veronesi décident de remettre ça. Telle une véritable bête noire. Ou plutôt une bête jaune. Face à un Napoli méconnaissable par rapport aux prestations offertes face à Manchester City et au Milan AC, l'équipe de Di Carlo n'a besoin que d'un pétard à bout portant de Moscardelli pour s'imposer. Une défaite inattendue, qui coupe littéralement l'équipe napolitaine dans sa course effrénée.

La Juventus bloquée, Naples battu, voilà qui devrait faire les affaires de l'Udinese et de Cagliari, les deux autres équipes à six points. Mais non. A San Siro, face à un champion d'Italie blessé, l'inévitable Di Natale ouvre la marque en profitant d'une bourde d'Abbiati. Trois buts en trois matches. Normal. Mais Milan, toujours privé d'Ibra, réagit en seconde période. Et il le fait par le biais du joueur le moins attendu : le jeune El Shaarawy. L'Italo-Égyptien inscrit son premier but en Serie A, d'une superbe frappe croisée. Milan ne gagne toujours pas, mais ne perd pas non plus. Ce qui n'est pas donné à tout le monde. Cagliari, par exemple, est redescendu de son nuage en s'inclinant face à Palerme. Menés 3-0 à cinq minutes du terme, les Sardes ont bien failli réaliser le coup de l'année en remontant deux buts en quelques minutes. Deux, mais pas trois. Palerme gagne et confirme qu'à domicile, il va être un sacré client. S'il pense à défendre.

Le Genoa s'envole, la Lazio se relève

Résumons : quatre équipes avaient, avant cette journée, six points. Aucune d'entre elles n'a gagné. C'est donc une surprise : la Serie A a ce soir un nouveau leader. Et celui-ci se nomme Genoa. Trois jours après avoir gagné à Rome, l'équipe de Malesani a confirmé son bon moment en écrasant Catane. Un 3-0 net et sans bavure. L'occasion pour Palacio de claquer un doublé, et pour Kévin Constant d'inscrire son premier but sous ses nouvelles couleurs. Le Genoa rejoint donc la Juventus et l'Udinese, mais se distingue par une meilleure attaque. Une attaque efficace, c'est également ce dont a fait preuve ce soir la Fiorentina. Pourtant privée de Gilardino, blessé pour les six prochaines semaines, la Viola a brillé face à Parme. Mihajlovic peut sourire : s'il ne peut pas compter sur le Gila, il a au moins retrouvé Jovetic. Blessé tout au long de la saison dernière, le Monténégrin a inscrit un doublé, ses deux premiers buts depuis le 28 mars 2010. Oui, ça doit lui faire du bien.

Un autre qui doit se sentir bien ce soir, c'est Edy Reja. Lundi, l'entraîneur de la Lazio dépose ses démissions. Les sifflets du stadio Olimpico commençaient à l'incommoder. Son président et les joueurs l'ont rassuré et tout est rentré dans l'ordre. Mais maintenant, il fallait gagner. Et contre Cesena, cela commence plutôt mal puisqu'après 14 minutes, Mutu ouvre le score. Les Romains sont à la rue, et il faut un pénalty concédé par l'arbitre pour une faute sur Diakité pour les relancer. Revigorée, la Lazio renverse la situation par Klose. Cesena ne parviendra pas à s'en relever, et concède sa troisième défaite en trois rencontres. L'équipe de Giampaolo est dernière. A l'opposé, les Biancocelesti relèvent la tête et repartent à Rome avec leur premier succès. Reja va bien dormir.

Nerazzurri heureux, Nerazzurri anxieux

La dernière bonne nouvelle de la soirée, c'est la victoire de l'Atalanta. Avec ce succès obtenu à Lecce grâce à un doublé de German Denis (1-2), l'équipe bergamasque peut déjà célébrer son retour au-dessus de zéro. Les Nerazzurri, pénalisés de six points, viennent d'engranger sept points en trois journées (sans la pénalité, ils seraient donc co-leaders) et comptent donc ce soir un point au compteur. Un grand ouf de soulagement pour tous, et un championnat qui débute donc réellement ce soir. Chapeau messieurs.

Un point, c'est aussi, sans la moindre pénalité, le total de l'Inter Milan. Battue hier soir à Novara, l'équipe lombarde est actuellement relégable. Massimo Moratti a pris ses responsabilités et a donc décidé ce matin de virer Gasperini. Ce soir, pendant que les matches avaient lieu, le patron interiste a officialisé la signature de Claudio Ranieri, qui prendra donc les rênes de l'Inter à compter de la prochaine journée. Pour eux aussi, espérons que la saison débute réellement ce soir. Courage, messieurs.

Les résultats complets :

Novara – Inter 3-1

Meggiorini 38', Rigoni (sp) 86' et 91' / Cambiasso 89'

Cesena – Lazio 1-2

Mutu 14' / Hernanes (sp) 47', Klose 54'

Chievo – Napoli 1-0

Moscardelli 72'

Fiorentina – Parma 3-0

Jovetic 46' et 81', Cerci 61'

Genoa – Catania 3-0

Palacio 29' et 34', Constant 79'

Juventus – Bologna 1-1

Vucinic 29' / Portanova 52'

Lecce – Atalanta 1-2

Mesbah 25' / Denis (sp) 3' et 56'

Milan – Udinese 1-1

El Shaarawy 63' / Di Natale 29'

Palermo – Cagliari 3-2

Zahavi 1', Bertolo 15', Miccoli 76' / Conti 84', Nainggolan 91'

Roma – Siena, jeudi, 20h45


Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ohoh... El Shaarawy! Putain yes! Ce mec est vraiment un malade. Et moi qui comptais sur lui justement!De quoi oublier Pato qui commence franchement à faire une Recoba. Si c'est pour planter un but de fou tous les 3 mois autant le vendre à Chelsea pour aller, 50M, le remplacer par il Faraone et Ganso!
Toujours un tres bel article Mr. Maggiori ! Deux coquilles cependant, dont vous me permettrez de vous faire part:

§1 "Mais le buteur, après avoir le score sur un touché malicieux de Pirlo"
§3 "Trois jours après être gagné à Rome"

desole de casser les couilles!
nikouel, dommage que je ne puisses pas effacer le post précédent. Encore désolé, mais c'est toujours un réel plaisir de voir que vous écrivez de bons articles ET sachez descendre dans la plèbe et y être reactif! Gros bisous!
Sans vouloir être casse-pieds, si Ranieri pouvait prendre les rênes de l'Inter plutôt que les rennes, ce serait peut-être mieux. En tous cas, l'autoproclamé "honnête" Moratti préférerait surement.
"L'an passé, hormis le Milan AC, une seule équipe était parvenue à battre son Napoli aussi bien à l'aller qu'au retour."

D'aussi bons articles, on aimerait qu'ils soient parfaits, donc je me sens obligé de corriger.
L'an passé, l'Udinese a battu le Napoli 3-1 à Udine et 1-2 à Naples.
Yo Finnanigan !

J'ai aussi pas mal apprécié El Shaarawy. Faut dire qu'il semble être bien plus motivé que Pato & très volontaire. Il a aussi l'air d'être assez talentueux.

Je suis de ton avis, faudrait lui donner sa chance plus souvent.

Par contre, le Nocerino là, est vraiment nul à ch*** !
Je m'adresse aux compères milanistes: vous arrivez encore à supporter Abbiati? Il a certes été globalement bon l'année dernière mais qu'est ce qu'il est lent et il n'a jamais appris à capter un ballon! Pourquoi n'ont ils pas acheté Lloris à Nice...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Rémy soulage l'OM
0 7