En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Fiorentina-Milan (0-0)

Milan a obtenu ce qu’il était venu chercher

Bien en place, les Rossoneri ramènent un bon nul de leur déplacement à Florence, mais une victoire était également dans leurs cordes. La Fiorentina, elle, peut regretter le péno manqué par Iličić. Score nul, vierge et logique à l'Artemio Franchi.

Modififié

ACF Fiorentina 0-0 AC Milan



Bonaventura sort alors qu’il vient tout juste de prendre Borja Valero de vitesse, Jack semble pourtant en avoir encore sous la pédale, mais Montella en décide autrement et le remplace par Antonelli à la 78e minute. Ce dernier, latéral gauche, va occuper une position inédite pour lui une dizaine de mètres plus haut. Ce changement pourrait suffire à illustrer la métamorphose du nouveau coach du Milan. Réputé pour sa philosophie très offensive et ce milieu révolutionnaire sans aucun râtisseur lorsqu’il officiait justement à la Fiorentina, l’Aeroplanino a décidé de la jouer prudente, conscient des limites de l’effectif à sa disposition. Une attitude qui lui a permis de mettre au point sa défense (troisième match sans prendre de but), la base pour être plus ambitieux dans le jeu un peu plus tard. La Fiorentina n’a donc pas trouvé la faille et cela donne un 0-0 pas foufou.

Iličić prend le poteau


Montella aligne le même (très jeune) onze que face à la Lazio, du jamais-vu pour les Rossoneri depuis février dernier. C'est peut-être même une équipe type définitive, hormis l’éternel ballottage chez les latéraux. Le jeu penche clairement à gauche avec le duo Bonaventura-Niang et les erreurs de De Sciglio. Compliqué de ressortir le ballon devant le pressing de forcenés des hommes de Paulo Sousa, également plus à l’aise dans la circulation du ballon. Bernardeschi allume la première mèche, mais c’est trop enlevé, tandis que Gonzalez Rodríguez prend sa biscotte après seulement 180 secondes. L’homme le plus en vue se nomme Josip Iličić, capable, comme d’habitude, du meilleur comme du pire. Côté droit, il pénètre, tire, et l'une de ses actions personnelles est à l'origine d'un penalty.

Nous sommes à la 23e, le centre du Slovène est mal repris par Kalinić, le ballon revient alors sur Borja Valero à quelques mètres de la cage, la main de Calabria sur son épaule ne peut passer inaperçue. Erreur de jeunesse et penalty, alors que deux situations limites entre Paletta et Kalinić auraient pu déjà déboucher sur la plus sévère des sanctions. Iličić s’élance, bim, poteau ! Dix minutes plus tard, la Madjer loupée de Bacca à la conclusion d’une action rondement menée constitue la plus dangereuse action des visiteurs. En effet, aucun tir cadré et des gardiens au chômage technique durant cette première mi-temps entre deux adversaires prudents.

Montella pas loin de réussir son coup de Trafalgar


Borja corrige le tir dès la reprise, mais c’est vraiment pour la stat'. Le topo est le même, la formation viola tient le ballon (61% de possession), est plus entreprenante, tandis que le Milan obtient de bonnes situations de contre qu’il peine à exploiter. C’est le cas sur des centres à ras de terre de Niang et Calabria qui ne demandent qu’à être poussés au fond des filets. Même quand l’excellent Montolivo sort un joli exter’ pour servir Bacca dans la profondeur, le Colombien n’en fait rien. Le premier changement intervient à l’heure de jeu, capitaine Rodríguez sort blessé à la cuisse et est suppléé par Vecino, ce qui oblige l’ancien Valenciennois Sánchez à reculer d’un cran. Risqué. Mais la bourde, c’est Badelj qui la fait et permet à Suso de partir en contre, l’Espagnol se trouve aussi à la conclusion de l’action dans une position favorable, or Tătăruşanu, sur ses six mètres, la sort.


Ça commence à faire beaucoup d’opportunités gâchées par les Rossoneri, dont le plan de bataille marcherait à la perfection avec une bonne finition, d’autant que Gigio Donnarumma est attentif sur les frappes de Kalinić et Borja. Niang aussi est amoché avec une cheville qui a tourné, et c’est le jeune Locatelli (dix-huit balais) qui entre en jeu pour la troisième fois consécutive. La voilà, l’erreur de Sánchez qui permet à son compatriote Bacca de tenter une demi-volée acrobatique. Toutes ses tentatives ont fini hors cadre et son bilan de 23 buts en 45 frappes cadrées reste intact. Son remplaçant Luiz Adriano partira seul au but à la toute dernière seconde, stoppé de façon irrégulière par Tomović à l'extrême limite de la surface. De toute façon, l'arbitre n'a même pas sifflé faute. Oui, Montella n'était vraiment pas loin de son coup.

  • Résultats et classement de Serie A
    Retrouvez toute l'actualité de la Serie A

    Par Valentin Pauluzzi
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 19:11 Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner Hier à 12:38 Euro Millions spécial : 174 Millions d'€ + 25 Millionnaires garantis !
    il y a 5 heures Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 22
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 12:17 Un joueur équatorien se défend avec le poteau de corner 15 Hier à 10:05 Football Recall, ép. 7: PSG - OM, Guardiola, la forme des joueurs mercredi 21 février Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 90