Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Mieux Qatar que jamais

Chacun à leur rythme, Malaga, Manchester City et le Paris Saint Germain commencent à prouver qu’en football plus qu’ailleurs, l’argent contribue grandement au bonheur. Tous qualifiés pour la Ligue des champions la saison prochaine – Malaga disputant le tour préliminaire – les trois friqués peuvent, une poignée de saisons après avoir vendu leur âme au diable, dresser un petit bilan.

Modififié
Dans le football moderne, l’argent a une odeur : celle du succès. D’une, parce que, qu’on le veuille ou non, les équipes qui tiennent le haut du pavé et qui l’ont toujours tenu depuis une décennie ont, sauf exception, eu plus de pépettes que les autres. Grâce aux succès, évidemment, et grâce aux présidents investisseurs « à l’ancienne » . De deux, parce qu’à travers des exemples différents, certains zigs ont montré qu’à court, long ou moyen terme, la thune permettait de devenir compétitif. La saison prochaine, Manchester City, champion d’Angleterre, Malaga, quatrième de la Liga et le Paris Saint-Germain, dauphin de Montpellier, disputeront la Ligue des champions, une poignée de saisons après avoir été rachetés. Un fait qui tend à prouver ce que ressentent les supporters de ces clubs en ces périodes de transfert : la maille fait le bonheur.

Malaga, le plus « soft »

Pour Abdullah ben Nasser Al-Thani, président de Malaga depuis le rachat du club au crépuscule de la saison 2009-2010, la donne est assez complexe. Moins enclin à mettre la main au portefeuille que certains de ses confrères investisseurs, celui qui a racheté le club pour 36 millions d’euros doit surtout faire face à un contexte hostile à la réussite sportive. En effet, quand le Paris Saint-Germain croise le fer avec Montpellier et Lille pour donner à ses kopecks une raison d’être et à ses supporters une raison d’espérer, les Andalous, eux, observent le FC Barcelone et le Real Madrid. De loin. De vraiment très loin, même. Dix-septièmes, à un point du premier relégable lors de leur dernière saison loin du pétrole, les coéquipiers de Jérémy Toulalan ont un objectif bien défini : se refaire la fraise en devenant l’un des gros de « l’autre Liga » , la Liga d’en bas. Dixième lors de la première année post-rachat, celle des arrivées de Demichelis, Julio Baptista et, surtout, Manuel Pellegrini, les Andalous attaquent 2011-2012 comme la saison du tournant. Van Nistelrooy, Buonanotte, Toulalan, Mathijsen et Santi Cazorla, arrivé au club pour 21 millions d’euros, un transfert record. Plus de 50 millions dépensés en un été qui n’ont pas empêché de recruter malin et de faire confiance à des jeunes comme Isco et Rondon. Assez rare pour être souligné.

Manchester City, la démesure

« C’est seulement en côtoyant l’excès qu’on trouve la liberté » , balançait ce fou de Marquis de Sade, bien avant qu’Abu-Dhabi ne débarque en Premier League. Avant la saison 2011-2012, Manchester City est le royaume du n’importe quoi. Des thunes à n’en plus finir, des transferts tous plus douteux les uns que les autres, avec l’arrivée de Robinho pour 32 millions comme pour montrer à la face du monde que Khaldoon Al Mubarak, le chairman de City, n’est pas là pour rééditer le fiasco thaïlandais des saisons précédentes. Comme à Malaga, les débuts sont compliqués, une dixième place et un quart de finale de C3. Sauf que là, les moyens sont quasi-infinis et qu’on ne peut pas se tromper tout le temps. Mancini ramasse d’abord Barry, Kolo Touré, Adebayor, Tévez, Lescott, avant d'attirer Boateng Touré, Silva, Kolarov, Balotelli, Milner, Džeko, Clichy, Nasri, Agüero. Ouais, avec des ronds illimités, on peut acheter une équipe comme au supermarché. Et à défaut de se faire traiter de mercenaires, de club sans histoire, de vendus, les Citizens finissent par récolter ce qu’ils ont semé. Pas totalement, évidemment, puisque, loin de la métaphore, le Cheikh in the City a vu disparaître des millions de sa fortune dans l’aventure. Mais sportivement, après quelques saisons, le club est devenu plus que compétitif. Champion d’Angleterre pour la première fois depuis 1968 au nez et à la barbe du rival United. L’an prochain, ils seront encore au rendez-vous. Et on n’est pas à l’abri d’un joli transfert.


Le PSG, le petit pressé

Feuilleton de l’été dernier, le rachat du Paris Saint-Germain par QSI est celui de l’immédiateté. Quand il a fallu quatre ans à City pour ramasser un titre de champion et deux à Malaga pour obtenir une qualification ric-rac pour le tour préliminaire de la Ligue des champions, les patrons du fond d’investissement qatarien sont dans la capitale française pour des résultats immédiats. Il faut dire qu’être le seul club drivé par une grosse puissance financière en Ligue 1 pousse rapidement à avoir des ambitions hors-norme. D’autant plus qu’avec Ménez, Sissoko, Sirigu, Pastore, Motta, Alex et Maxwell, Leonardo a rapidement mis la pression à tout le monde. Ce PSG-là est un nouveau riche, alors il le montre... mais échoue derrière Montpellier. Du coup, Lavezzi arrive. Thiago Silva aussi. Puis Zlatan, si tout va bien. L’arrivée de cette puissance financière en Ligue 1, c’est aussi l’arrivée de joueurs qui n’auraient jamais foutu un pied en France pour le sportif, n’en déplaise à Ezequiel Lavezzi qui avouait venir à Paris pour « le challenge sportif  » . Si l’été s’annonce fou sur les bords de la Seine et que la saison semble celle d’un PSG incontestable, attention à choper le bon wagon. Bah ouais : la saison prochaine, Monaco, et ses primes de match à 5 000 boules, pourrait faire son retour en Ligue 1.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68 Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge dimanche 15 juillet Rooney inspire DC United 3
À lire ensuite
Le TFC, un club sympa