En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Marseille–St-Étienne (1-1)

Michy sauve les apparences

Et ça continue, encore et encore... Marseille ne gagne toujours pas au Vélodrome, et continue de se mettre des bâtons dans les roues. Heureusement, Michy est là (1-1).

Modififié

Olympique de Marseille 1–1 AS Saint-Étienne

Buts : Batshuayi (93e) // Monnet-Paquet (85e)

Et si Michy Batshuayi était condamné à jouer les remplaçants de luxe toute sa vie ? L'année dernière, l'attaquant belge avait parfaitement rempli ce rôle. À chaque sortie d'André-Pierre Gignac, il était là pour entrer en jeu et planter des pions. À tel point qu'il remettait en cause la hiérarchie établie. Cette saison, changement de décor. Le voilà propulsé numéro un, avec aucune concurrence. Et ça ne marche pas. En tout cas, pas aussi bien qu'on l'aurait cru. Avec l'arrivée de Fletcher cet hiver et la non-efficacité du Belge, Michel a enfin pu mettre Michy sur le banc. Résultat, ce dimanche contre Saint-Étienne, Batsman a repris son costume de supersub. Entré en jeu dans un OM réduit à dix, c'est lui qui est venu placer sa tête à la dernière seconde pour arracher le match nul. Insuffisant pour rompre la mauvaise série au Vélodrome, mais suffisant pour rappeler qu'il est un joueur majeur de l'OM.

Ennui mortel


Saint-Étienne démarre fort avec un pressing intense sur le porteur du ballon. Si ce n'est pas très propre techniquement, les Stéphanois ont au moins le mérite de gâcher le début de match marseillais. Sous pression, les joueurs de l'OM sont repoussés très bas et ne parviennent pas à enchaîner trois passes. Au bout de dix ou quinze minutes, les Marseillais réussissent enfin à se sortir de l'étau. Ils reprennent le dessus, en tout cas en matière d'occupation du terrain. Mais le jeu est beaucoup trop haché pour qu'il puisse se passer quelque chose. Les deux équipes accumulent les petites fautes inutiles au milieu de terrain. Du côté de Marseille, on manque terriblement de créativité. Thauvin, Cabella et surtout Nkoudou attaquent les uns après les autres.

Même s'il est plein de bonne volonté, GK s'entête à disputer des un-contre-trois qui n'ont aucune bonne issue possible. Il faut attendre la 22e minute pour qu'un beau mouvement collectif se mette en place. Sauf que Ruffier repousse bien la frappe de Nkoudou, servi par Thauvin. En face, les Stéphanois sont super timides et ne jouent même pas lescv contres à fond. Pourtant, il y a de la place, notamment pour Bahebeck qui n'ajuste pas un bon centre. Bref, le match est totalement fermé, et ce ne sont pas les horribles coups de pied arrêtés de Thauvin qui vont débloquer la situation. Sur 1000 tentatives, une seule a été dangereuse juste avant la mi-temps. Mais le geste acrobatique de Rolando sur la remise de Fletcher s'est envolé.

Le carton rouge et le but sauveur


Au retour des vestiaires, Thauvin a bien compris que les corners classiques ne donnaient rien, alors il joue en retrait pour Diarra. Lass reprend du plat du pied, mais le ballon est repoussé sur la ligne par Assou-Ekotto. Les Marseillais semblent en meilleure forme. Ils commencent enfin à combiner et se créent quelques opportunités. Rémy Cabella passe ses dribbles et est auteur d'un très bon rush individuel depuis le côté gauche. Mais la dernière touche de balle est approximative. Au moins, Marseille est dans une bonne dynamique. Une dynamique brisée nette avec l'expulsion stupide de Nicolas Nkoulou, pour un tacle par derrière sur Vincent Pajot. Pas la peine de protester. Forcément, ça aide franchement les Stéphanois, qui remettent enfin le pied sur le ballon.

Saint-Étienne met enfin la pression et profite des espaces laissés par l'infériorité numérique marseillaise. Mais ça ne casse pas non plus des briques. Si les Verts combinent bien côté droit, ils sont tout de même incapables d'emballer vraiment la partie. Du coup, les Marseillais ne sont pas totalement hors du coup, et gardent plutôt bien le ballon. Donc, paradoxalement, c'est sur contre-attaque qu'ils se font sanctionner. Après un duel gagné face à Diarra, Hamouma s'en va servir Monnet-Paquet qui peut la glisser entre les jambes de Mandanda. Les supporters marseillais quittent le stade Vélodrome. Si on comprend leur désespoir, ils auraient sans doute dû patienter encore un peu. Parce que sur le dernier coup franc du match, tiré par Alessandrini cette fois, Michy était là pour arracher le match nul. La moindre des choses.


Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

  • Résultats et classement de Ligue 1

    Par Kevin Charnay
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 3
    Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40