En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options

Michel fier des combinaisons marseillaises

Modififié
Michel n'est pas peu fier de ses trouvailles.

Dimanche soir, l'OM a dominé Bastia de la tête et des épaules, notamment sur les phases arrêtées. Les Marseillais ont multiplié les combinaisons, ce qui a fait plaisir à coach Michel. « J'attache beaucoup d'importance à ces types de combinaisons sur coups de pied arrêtés, car elles nous permettent de gagner des matchs. Les adjoints, Alkorta et Mandilla, travaillent beaucoup, mais c'est moi qui ai de l'imagination (rires) » , a expliqué le coach espagnol de l'OM en conférence de presse d'après-match.

D'ailleurs, Michel était satisfait de la performance générale de ses joueurs, qui se sont facilement imposés 4-1. « Qu'est-ce que j'ai aimé ? Tout. Le rendement de mes joueurs m'a rendu très fier. Quand je vois mes joueurs jouer comme ça, je les remercie, je crois que l'équipe a les moyens pour jouer à cet excellent niveau. Bastia n'est peut-être pas venu avec le niveau qu'on imaginait, mais on a fait un grand match. Lors du précédent contre Guingamp, nous avions le jeu, mais pas le contrôle, ce soir, si » , a-t-il ajouté.


En espérant que la saison soit cette fois-ci réellement lancée. KC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4 Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 34 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 84 lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40
À lire ensuite
Vine : le but de Guarín