Michel Castellani : « J’ai peut-être traité Thiriez d’escroc »

À 71 ans, Michel Castellani a bien le droit de se qualifier de « supporter historique du Sporting » . Le 11 avril 2015, à la 20e minute de la finale de Coupe de la Ligue face à Paris, l’élu autonomiste est aussi atterré qu’un autre lorsque Benoît Bastien siffle penalty sur une faute peu évidente de Sébastien Squillaci. Avant de sortir le rouge. Sauf que Castellani n’est pas en tribune, mais en loges présidentielles. À quelques pas de Frédéric Thiriez, à qui il va donc exprimer sa colère. Aujourd’hui, le nouveau député de la 1re circonscription de la Haute-Corse de Pè a Corsica revient sur cette scène et expose sa passion pour le club corse.

Modififié
Cette défaite contre Paris, c’était votre première finale du Sporting ?
(Il rit) Ah non ! J’étais déjà là pour la victoire en 1981. Nous étions plusieurs étudiants à Nice et avions traversé toute la France en bagnole. Puis le retour par le Massif central, avec nos drapeaux corses et blanc et bleu au vent... C’était déjà un symbole. À Nice, ça chauffait déjà. On poussait beaucoup pour avoir une université en Corse. La revendication corse, le Sporting en est le symbole. Nous ne montions pas seulement pour l’aspect sportif.

Vous étiez aussi au Stade de France contre Lorient, mais toujours en tant que supporter. Vous pouvez raconter votre premier voyage pour une finale en tant qu’élu ?
C’était impressionnant parce que la Corse semblait être en état de panique généralisée. L’aéroport de Poretta était submergé. Nous étions très en retard.
« Peu de clubs de cette taille peuvent se targuer de déplacer tant de gens sur 1000 kilomètres, avec 300 kilomètres de mer au milieu. »
Les avions se suivaient à un rythme effréné. On aurait dit que c’était le grand déménagement. C’était une ambiance de fête. Ça souligne la puissance du Sporting. C’est un club faible du fait de l’aspect démographique de la Corse, du manque de tissu d’entreprises, mais peu de clubs de cette taille peuvent se targuer de déplacer tant de gens sur 1000 kilomètres, avec 300 kilomètres de mer au milieu.

Vous faisiez partie d’un convoi spécial pour les élus ?
Non, je n’ai pas voulu. J’y suis allé à titre personnel, comme un bon supporter moyen, ce que j’ambitionne d’être. Mais j’étais invité en tribune présidentielle, ce qui m’arrive de temps à autre. Il y avait beaucoup d’élus. Des supporters historiques, comme l’actuel président de l’exécutif, Gilles Simeoni, le maire de Bonifacio, le conseil général de Corte. Nous représentions un large panel politique de la Corse. Quelle que soit l’étiquette, nous avons tous mal vécu le déroulement de cette partie. Puis il y avait tous les dirigeants du foot français, dont beaucoup de gens que je ne connaissais pas. Je n’ai pas le plaisir de connaître le gratin parisien ni le gratin du foot français. Ça change beaucoup des tribunes. À Furiani, j’allais en tribune Est plus jeune et maintenant je vais en tribune Sud. Je suis originaire de Sisco, un village du Cap et nous sommes tous ceux du village dans un petit coin de la tribune.

En tant qu’élu, depuis les loges, qu’est-ce que ça vous a fait de voir ce large virage bleu chanter ?
J’étais impressionné. C’était un déplacement d’un niveau de grand club européen. Ensuite, le fait de voir des maillots bleus sur le terrain, c’est un émerveillement toujours renouvelé. J’ai vécu quinze ans en dehors de Corse. J’ai fait toutes mes études à Nice, donc j’ai vu le Sporting dans tous les stades du sud de la France. Ensuite, mon premier poste de prof était à Maubeuge. Ce n’était pas très rigolo pour moi, alors j’allais voir le Sporting partout, de Lens à Sochaux, en passant par Paris ou Reims. J’étais un exilé. À chaque fois que j’étais seul dans une tribune et que je voyais sortir les bleus du vestiaire, j’avais le cœur qui se serrait. Ce réflexe pavlovien, je l’ai toujours.

Pouvez-vous décrire l’accueil et le protocole au Stade de France ?
On n’avait pas l’impression de rentrer dans un stade, mais plutôt à l’Élysée le 14 juillet. L’ambiance était très feutrée. C'était très urbain, très consensuel.
« Je n’avais pas l’impression d’être dans un stade, mais plutôt dans un salon de la bonne bourgeoisie du XVIIIe siècle. »
Des hôtesses en tenue servaient du champagne. On se sentait un petit peu décalé. Sans être des rustres, on est habitués à quelque chose d’un peu plus direct. Ce protocole nous semblait un peu surfait. On avait l’impression que le football était une excuse pour que des gens de bonne compagnie se retrouvent pour parler de choses et d’autres. Je n’avais pas l’impression d’être dans un stade, mais plutôt dans un salon de la bonne bourgeoisie du XVIIIe siècle. Alors que nous étions là pour suivre le Sporting, c’était très important pour nous. Bastia qui affronte Paris, c’était un symbole. Tout se passait bien jusqu’à ce qu’on reçoive un grand coup sur la gueule, avec un penalty et un carton rouge. Le Sporting jouait très correctement. Alors il a fallu que l’arbitre prenne des mesures. Nous avons ressenti ça comme une injustice. Donc nous l’avons bien fait savoir autour de nous. Pas parce que nous sommes agressifs, mais parce que nous étions agressés. Le penalty se discute, mais le rouge était totalement insupportable. En plus, dans un match très correct ! L’arbitre n’avait pas à gâcher cette finale.

Sur l’expulsion, c’est vrai que Frédéric Thiriez a ri ?
Je ne l’ai pas vu, mais je peux vous dire que cinq minutes après, il ne rigolait plus. Je suis allé discuter avec lui. Je lui ai dit que c’était une escroquerie. Je lui ai dit : « Et en plus de ça, vous aimeriez qu’on vous aime ? » Quelques paroles ont dépassé la norme. Je l’ai peut-être traité d’escroc. Ils nous avaient volé notre finale.

Vous avez quitté votre siège pendant le match pour aller lui parler ?
Je l’ai essentiellement vu à la mi-temps, dans le salon. J’ai dit honnêtement ce que je pensais, dans des termes un peu véhéments, ce qui était choquant dans ce milieu-là où aucun décibel ne dépasse jamais un autre. Il avait l’air totalement désapprobateur. Comme si nous étions totalement en décalage avec les us et coutumes du milieu. Ce qui était le cas. Ils n’ont pas fait un geste, pas dit un mot. Ils ne nous ont pas répondu. Ce qui est un peu étonnant. Je n’en suis pas particulièrement fier. C’était une réaction d’homme.

Comment était l’ambiance dans les loges après ça ?
Oh, le match était fini. La finale a duré vingt minutes. Nous étions à dix, c’était plié. Les autres étaient tout à fait heureux, ils avaient vu ce qu’ils étaient venus voir : la mise à mort du taureau. Le triomphe de Victor Hugo. Ils étaient heureux, grand bien leur fasse. Tout s’est fait dans le calme, le public de Bastia est resté correct. Nous avions juste raté l’occasion de faire une belle finale.

Comment expliquez-vous le désamour manifeste de Frédéric Thiriez pour le Sporting et les Corses ?
Je crois qu’il était à l’image de toute une série de dirigeants et d’une partie de l’opinion française qui a un a priori envers les Corses.
« Thiriez était à l’image de toute une série de dirigeants et d’une partie de l’opinion française qui a un a priori envers les Corses. »
Ils pensent que nous sommes tous des antéchrists. Nous incarnons le mal, le racisme. Je pense que nous incarnons le contraire. Dans une région qui souffre et demande à être reconnue dans sa dimension humaine, culturelle et politique. Je pense que si les gens connaissaient vraiment le Sporting, dans toutes ses dimensions, ils en auraient une autre image. Spontanément, Thiriez pensait que nous étions hors système, ce qui n’est pas faux, mais surtout que nous incarnions beaucoup de choses négatives. Je lui reproche d’avoir multiplié les gestes à l’encontre de Bastia alors qu’il aurait pu venir discuter et faire abstraction de ses a priori.

Vous l’avez revu depuis ?
Oui, je l’ai vu l’autre jour devant la chambre des députés. Je ne l’ai pas salué. Je n’avais pas lieu de le faire. Nous étions là à titre privé. Puis je n’ai rien à lui dire. À l’Assemblée nationale, je retrouve les réactions que l’on a à l’encontre du Sporting. Des députés sont sympas, viennent me parler de la Corse. Ils connaissent un peu et y voient un paradis. À côté de ça, la majorité des gens est au mieux dans la distanciation polie et au pire dans une hostilité manifeste. On saura quand même se débrouiller et faire entendre la voix de la Corse, faire reconnaître ce que nous sommes et mettre en lumière la nécessité de traiter sur le fond la question corse. Ne vous inquiétez pas.

Propos recueillis par Thomas Andrei
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Franck Nausée Niveau : DHR
Bienvenue dans le monde de la susceptibilité généralisée.
Lis bien, mon tout petit:

- les Corses SONT susceptibles, c'est un trait de caractère typique et caractéristique de ces îliens rustres mais entiers que nous sommes, sinon LA chose qui nous caractérise.

- faut être de mauvaise foi, ignorant voire les 2 pour pondre une ineptie non argumentée pareille !


En tout cas, j'aime car en lisant une interview de ce type, on voit qu'on à affaire à un passionné qui sait de quoi il parle, lui, contrairement à toi donc mais aussi à des "hommes" ou omelettes comme thiriez.

Pour ne parler que du rouge de cette finale et ce qu'il en est dit dans cet article, qui pour le nier? Bon, merci, on est d'accord...

Mais je comprends que ce sujet t'échappe puisque comme toujours avec les Corses, il est question de sincérité, d'attachement et donc de susceptibilité, oui. Y'a qu'à voir un temps soit peu notre histoire. Mais l'histoire c'est pas pour les incultes, donc je te comprends.

J'y étais a cette finale, j'ai vu la diff !

Paris chantonne après le 3eme but de cavani a la 81eme pendant quelque minutes et basta ! Pathétique. Nous on a rempli la moitié du stade et chanté de bout en bout malgré l'injustice en question.

On est des hommes nous, et pour revenir à nos moutons on sait de quoi on parle. Rien qui te caractérise, en somme...

On aime pas se faire dompter,voilà tout.

Mais bon, vistu l'omù, vistu a ragione...

Bonna littura, e bonna riflessioni...
Coman ouragan Niveau : District
Tu réussis l'exploit de saupoudrer ta liste des clichés d'un zeste de virilisme, qui rend ton message d'autant plus savoureux.
mara donna des frissons Niveau : CFA
C'est pas un corse qui a écrit ça. Aucun corse n'alimenterait aussi facilement les clichés, susceptible mais pas naif.
Coman ouragan Niveau : District
Si c'était un troll je me suis fait avoir effectivement.
4 réponses à ce commentaire.
Pouretcontre Niveau : CFA2
Moi je l'ai peut-être traité de "connard. Et d'ordure. Et d'enfoire, de pourri, de salope à moustache, de grosse merde ou encore de raclure de bidet."
Franck Nausée Niveau : DHR
Sinon, sac à merde c'est une insulte ?
Tu es sûrement quelqu'un de lucide et délicat, alors :-)

En tout cas t'es perspicace haha !
3 réponses à ce commentaire.
Thiriez EST un escroc. Demandez à Luzenac.
valeureux liégeois 74 Niveau : Ligue 1
Tiens, pas de "Sorry for ze arbitrageuu" de la part de Moustache cette fois là?
"Sorry fore visse terribeul arbitrège."
1 réponse à ce commentaire.
J'ai même plus envie d'argumenter avec des type pareils....

https://youtu.be/ypr18UmxOas
"Le Sporting jouait très correctement. Alors il a fallu que l’arbitre prenne des mesures."

C'est très bon çà.

Il m'a fait pensé à Dieudonné lorsqu'il parle sérieusement des juifs et des musulmans.

Le mal absolu voulant la mort de tous contre le bien absolu voulant le bonheur du monde entier mais victime et pas compris.

Remarque ce genre de raisonnement a l'avantage d'être simple pour des esprits simplets.
Cette comparaison vaut son pesant de cacahuètes.
1 réponse à ce commentaire.
Est-ce qu'on peut arrêter avec ces postures «j'ai eu une réaction d'homme». Il avait certainement de bonnes raisons d'être véhément, mais insulter, invectiver à tort ou à raison ne fait pas davantage un homme.

Ça fait très primaire et très mâle alpha comme expression.
Verratti-fozzi Niveau : District
Je n'ai rien contre les clubs Corses, je veux bien admettre qu'ils se sont fait parfois un peu bananer par l'arbitrage, cependant, ce serait bien qu'ils arrêtent d'être constamment dans une posture totalement stéréotypée, y'a les gentils (eux) et de l'autre côté les méchants (l'ensemble du foot français et des Institutions).

C'est triste à dire, parceque à titre personnel j'aime bien lorsqu'il y a des clubs de l'île de Beauté en L1, chaque joueur admet que l'ambiance y est chaude et passionnée, toutefois, on a pas non plus inventé certaines dérives racistes en tribune non plus et sanctionner pour cela me semble légitime.

Si on pouvait arrêter ce dénis de nuance et à chaque fois tomber dans le néant intellectuel qu'est le "c'est blanc ou noir", les choses iraient franchement mieux dans bon nombre de domaine.
Hier à 18:38 Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) Hier à 16:30 La petite gourmandise de Callejón 2
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 11:44 Un but barcelonesque en D4 argentine 10
mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 16 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 24 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13 lundi 3 juillet Maradona joue au hockey en Russie 4 lundi 3 juillet Un joueur nord-irlandais fait croire qu'il signe au Barça 13 lundi 3 juillet Éric Besson devient président du Blanc-Mesnil 15 dimanche 2 juillet Le solo de Pato 14 dimanche 2 juillet Blatter : « J'aurais dû m'arrêter plus tôt » 16 dimanche 2 juillet Dybala marque un coup franc improbable 8 samedi 1er juillet Infantino reconnaît des failles dans l'arbitrage vidéo 17 samedi 1er juillet Ronaldinho humilie Blomqvist lors d'un match de charité 26 vendredi 30 juin Bientôt un plafond de salaire pour les clubs ? 41 vendredi 30 juin Percuté par un scooter, il rattrape le chauffard grâce à ses coéquipiers 18 vendredi 30 juin Mariano Díaz s'engage avec Lyon 47 vendredi 30 juin L'énorme frappe de Wendel avec Fluminense 2 vendredi 30 juin Hulk suspendu après avoir soutenu Oscar 24 vendredi 30 juin Benayoun offre la victoire au Beitar en barrage de Ligue Europa 21