Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Amical
  3. // Irlande-Islande

Michael D. Higgins, le boss in green

L’Irlande, qui reçoit l’Islande ce mardi soir , pourra sans doute compter sur le soutien d’un supporter de choix : Michael Daniel Higgins. Le neuvième président de la République irlandaise est certainement celui qui présente le meilleur bilan d’assiduité à l’Aviva stadium. Grand amateur de football, il a été pendant plusieurs saisons le président du Galway United FC. Aujourd’hui personnage le plus important de l’État, il ne rate jamais une occasion de se déplacer dans les différents stades irlandais où sa cote de popularité parmi les fans est immense. Reportage entre Galway et Dublin.

Modififié
Le 16 novembre 2015, dans un Aviva Stadium en ébullition, l’Irlande faisait tomber la Bosnie Herzégovine (2-0) et validait son billet pour la France l’été suivant. Alors que les réseaux sociaux s’enflammaient à l’idée de traverser la Manche et d’aller retourner l’Hexagone, une photo allait bientôt faire plus de « buzz » que le résultat des « Boys in Green » . Jonathan Walters, l’ailier droit de Stoke City et de l’Irlande, publiait un selfie depuis les vestiaires avec Michael D. Higgins, le président de la République, pourtant interdit de pratiquer ce genre d’exercice. « C’était une exception, car je ne suis pas autorisé à prendre des selfies. Il y en a eu plus d’un, l’autre John, John O’Shea, en a fait aussi, il y avait une super atmosphère dans ce vestiaire » , s’était-il justifié quelques mois plus tard dans un entretien pour le quotidien The Irish Examiner.

Une photo qui résume à elle seule la passion du président de la République irlandaise pour le ballon rond. Dans un pays où le football est loin derrière les sports gaéliques et le rugby en matière de popularité, Michael D. Higgins fait presque figure d’exception. Il manque rarement une rencontre de l’équipe nationale à l’Aviva, et il se déplace régulièrement sur les différents terrains de la Airtricity League, le championnat local, qui peine pourtant à attirer les foules. « Il est très apprécié dans les stades de foot en Irlande, pas seulement par les fans de Galway, mais aussi par les autres supporters, car il va sur tous les terrains, voir différents matchs, c’est un vrai passionné, et forcément ça plaît aux gens » , explique Adrian, fidèle supporter du Galway United.

En mobylette jusqu’à Markets Field


Son amour pour le football remonte à très loin. Élevé par sa tante à Newmarket on Fergus dans l’ouest de l’Irlande, il se souvient effectuer des allers retours en mobylette avec son ami d’enfance jusqu’à Markets Field, l'antre de l’équipe de Limerick. « À mon époque, à la fin des années 50, ce n’était encore pas très bien vu d’aimer le football, qui était perçu comme un sport anglais. Mais j’admirais la technique et la capacité athlétique des joueurs » , se justifie-t-il. Élève brillant, il quitte ensuite Limerick pour faire cap sur le nord-ouest de l’île, à Galway, où il part étudier à l’université. Fan de Manchester United et de George Best qu’il suit à la télévision, il aura l’occasion d’aller passer quelques mois à l’université de Manchester et ne manquera pas l’opportunité de devenir un habitué des tribunes d’Old Trafford. « C’était avant que le stade ne soit complètement rénové, mais quelques années plus tard, j’y suis retourné en tant que ministre pour récolter des fonds, afin de venir en aide aux migrants irlandais de Manchester en difficulté. J’ai eu l’occasion de rencontrer Roy Keane et Denis Irwin qui m’ont fait la visite complète du nouveau stade. »

Ses années à l’université de Galway sont une réussite. Il en sort avec un diplôme de sociologie et bilingue en gaélique. Mais à en croire ceux qui l’ont côtoyé à cette époque, les études n’étaient pas le sujet de conversation favori du futur président de la République. Bernie O’Connell, aujourd’hui vice-président du Galway United, a été étudiant avec Michael D. Higgins, et a travaillé avec lui lors de son passage en tant que président du club de foot de Galway : « Il parlait beaucoup de football déjà à l’époque. Il racontait les matchs qu’il avait vus le week-end, était toujours prêt à jouer. Mais plus que ça, il aimait et aime toujours la compagnie des fans de foot, il leur parle beaucoup, leur pose plein de questions. »

Au début des années 2000, alors qu’il est déjà une figure politique nationale de premier plan, il est nommé président du Galway United FC. « Il a pris les rênes de notre club, alors que de son côté, il commençait son ascension nationale. Il était connu dans tout le pays, et avait sans doute mieux à faire à ce moment-là. Mais il souhaitait être utile et faire profiter de son réseau afin d’aider le Galway United FC » , explique Bernie O’Connell. Adrian se souvient d’un homme peu impliqué dans la gestion des affaires courantes du club, mais qui ne manquait jamais un match à Eamonn Deacy Park : « Ce n’est pas lui qui prenait les décisions importantes, il s’occupait de fournir son réseau et d’apporter une stature nationale à notre club. Mais malgré ça, il ne prenait pas son rôle à la légère, il était présent à tous les matchs à domicile et faisait régulièrement les déplacements à l’extérieur. »

Le football pour commencer un dialogue diplomatique


Mais la plus belle preuve d’amour de Michael D Higgins au Galway United et au football interviendra quelques années plus tard, le 5 novembre 2011 plus précisément. Alors qu’il vient d’être élu président de la République sept jours plus tôt, et que ses proches collaborateurs l’avertissent d’un agenda chargé en vue de son investiture, il décide de faire un aller-retour à Galway, afin de supporter son club qui joue un match retour de play-off face à Monaghan pour éviter la descente en deuxième division. Arrivé avec l’écharpe de Galway, il est acclamé par la foule qui prend soin de lui réserver un tifo « Welcome Home Mr Président » .


« S'il est apprécié par les gens, c’est qu’il n’a jamais utilisé le Galway United à des fins politiques, il n’en parlait jamais quand il travaillait pour le club. Il ne causait que football » , détaille Mike Daly, l’un des salariés du GUFC. Il rajoute : « Son amour du foot est réel. Avant d’être président, il a été un habitué des tribunes et payait sa place comme tout le monde. Les gens le connaissent, il était présent à des rencontres locales de niveau amateur. En tant que ministre, ou aujourd’hui en tant que président, on le voit dans plein de stades en Irlande. Il prend toujours le temps de parler aux fans. Et maintenant, à chaque fois qu’il revient à Galway, c’est lui qui prend son téléphone pour nous appeler et nous demander de ne rien faire de spécial, il préférerait être ailleurs que dans la tribune présidentielle. »


Et lorsque Michael D. Higgins est ailleurs que dans une enceinte de football, comme lorsqu'il reçoit des présidents étrangers dans la prestigieuse demeure présidentielle de Phoenix Park, le football revient toujours comme sujet de conversation. Les personnes qui ont eu le privilège d'entrer dans son bureau décrivent un lieu rempli de maillots de foot qu’il s’amuse à collectionner. En 2012, la présidente argentine de l’époque, Cristina Fernandez de Kirchner, s’était servie de la passion du président irlandais pour lancer la conversation diplomatique sur de bons rails lors du déplacement de Michael D. Higgins en Argentine. « Elle m’a dit qu’elle connaissait mon intérêt pour le football, alors elle est arrivée avec un paquet rempli de maillots des meilleures équipes argentines. Problème, il manquait celui de Boca Juniors, je lui ai fait savoir, et il est arrivé sur mon bureau quelques jours plus tard. » L’histoire ne dit en revanche pas si, lors de sa visite à Dublin en juillet 2016, François Hollande était venu avec un maillot du FC Rouen ?



Par Charles Thiallier, à Dublin Les propos de Michael Daniel Higgins proviennent d’une ITV dans l’Irish Examiner publiée en février 2016.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico il y a 42 minutes Un chien tacle un joueur en D4 roumaine 3
il y a 5 heures DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 16:26 Une amende de 2250 euros pour Lampard 12