1. //
  2. // 21e journée

Metz tombe, Caen se replace

Des buts, des occasions et des duels accrochés : cette 21e journée de Ligue 2 a tenu toutes ses promesses. Le leader messin, qui se déplaçait à Arles-Avignon, huitième avant ce match, a chuté (1-0). Caen a fait la bonne opération de la soirée, grâce à sa victoire à Créteil (1-2) et fait un bond jusqu’à la quatrième place du classement général.

Modififié
1 3
La sale soirée de Metz, Caen assure

Il y a des soirs où rien ne fonctionne. Ce soir, ce sont les Messins qui en ont fait l’amère expérience. Dans le gros match de cette 20e journée, Arles-Avignon, huitième au classement avant cette rencontre et toujours invaincu à domicile, recevait le leader lorrain, qui avait à cœur de se relancer après deux matchs nuls. Cela commence pourtant bien pour les Grenats qui se procurent la première grosse occasion du match par Diafra Sakho, qui bute sur Ludovic Butelle (4’). Malheureusement pour Metz, Sakho, l’actuel meilleur buteur du championnat avec 12 buts, sort blessé après 24 minutes de jeu, touché aux adducteurs. Sonnés par la perte de leur attaquant phare, les Messins peinent alors à construire leur jeu. Au retour des vestiaires, les Messins semblent toujours paralysés. A contrario, Arles-Avignon commence à se procurer des occasions franches, comme cette tête qui s’écrase sur la barre de Carrasso (50’). Sentant leurs adversaires fébriles, les Arlésiens poussent et sont récompensés par Maurice Junior Dalé, qui place une tête à bout portant après trois tirs repoussés (81’). Passablement nerveux, le leader touche le fond à la 86e, lorsque Romain Metanire prend un carton rouge pour avoir taclé Rodriguez les deux pieds décollés du sol. Sale soirée pour les Grenats, qui devront se relancer après ce troisième match sans victoire.

Si Metz n’a pas su en profiter, l’équipe de Caen, elle, a fait la bonne opération de la soirée en allant s’imposer à Créteil (1-2). Cela a pourtant mal commencé pour le Stade Malherbe, puisque c’est Marcel Essombé qui ouvre le score pour Créteil (4’) sur une belle action où le joueur formé à Sochaux crochète son défenseur, puis trompe le gardien d’une belle frappe croisée à ras de terre. Mais Caen se rebelle, par son numéro 10 Faycal Fajr, omniprésent ce soir. Le meilleur passeur de Ligue 2 frappe d’abord un coup franc dégagé par la défense sur Ibrahima Seck, qui, malheureux, marque contre son camp (15’). Juste avant la mi-temps, Fajr lance Kodjia d’une superbe ouverture, avant que le numéro 9 normand ne trompe Kerboriou d’un plat du pied placé (38’). Malgré plusieurs occasions franches en seconde période, dont une tête à bout portant d’Essombé (67’), Créteil ne reviendra pas. Ce soir, Caen, porté par Fajr et Perquis, est quatrième et s’affirme comme un candidat sérieux à la montée.

Victoire précieuse de Niort, Nancy freiné

Au Havre, le HAC, onzième, recevait Niort, dixième. Dans une partie plutôt terne, les Chamois ouvrent la marque, sur un coup franc de Martin bien coupé par la tête de Roye au point de penalty (35’). Mais le Havre ne va pas tarder à égaliser. Sur un coup d’éclat, Walid Mesloub entre à gauche de la surface, se remet sur son pied droit et fusille le gardien d’une belle frappe (60’). Niort reprend un avantage définitif sur un nouveau coup franc de Martin, coupé de la tête par Nicolas Pallois (69’). Au classement, Niort gagne une place tandis que le Havre se retrouve 12e.

À Brest, Nancy, 6e à 5 points du podium avant le coup d’envoi, avait l’occasion de prendre des points. Sous le déluge breton, les Nancéiens, malgré une partie dominée, ne sont jamais parvenus à faire la différence. La faute au gardien brestois, Paul Nardi, 19 ans et auteur d’une très belle prestation, ponctuée d’arrêts sur des frappes de Grougi (65’, 92’) ou sur un beau coup franc de l’ancien Parisien Tripy Makonda (74’). À la suite de ce match nul et vierge, Nancy est huitième, Brest gagne une place et se retrouve en seizième position.

Match nul également à Laval, où le Stade lavallois, premier relégable, accueillait Clermont, 9e. Malgré une grosse domination, marquée par une énorme occasion à la suite d’un cafouillage dans la surface, sur un centre venu de la gauche (38’), Laval n’est jamais parvenu à marquer et laisse filer trois points qui auraient dû lui revenir avec plus de réussite devant les cages. Suite à ce 0-0, Laval sort tout de même de la zone rouge et monte à la 17e place, Clermont est 10e.

Troyes respire, Bastia montre de l’envie

Dans le bas du classement, Troyes, quatorzième avant cette journée, recevait Nîmes, seizième. Dès la 8e minute, Benjamin Nivet inscrit son sixième but de la saison en reprenant un coup franc de Court d’une tête victorieuse dans la surface. Dans ce match, marqué par une grosse bataille au milieu de terrain, la décision va être facilitée par l’exclusion du Nîmois Aurélien Boche pour un tacle par derrière sur Thiago (51’). Le match s’emballe dans la dernière demi-heure. Nîmes trouve d’abord le poteau (56’), mais l’attaquant est justement signalé hors-jeu. À la 66e, Gimbert se retrouve seul face à Merville, à la suite d’une erreur défensive, et s’en va tranquillement doubler la mise pour les Troyens, d’un joli plat du pied. Les Nîmois réduiront l’écart sur un pénalty de Cissokho (84’). Insuffisant pour renverser les Troyens, qui gagnent trois places et sont désormais 11es. Nîmes, de son côté, se retrouve premier relégable.

À Furiani, la lanterne rouge recevait Istres, quinzième. L’enjeu était simple pour les deux équipes. Il s’agissait en effet de confirmer le regain de forme aperçu lors des dernières rencontres, et de réussir à s’imposer pour la deuxième fois d’affilée dans cette saison compliquée. La rencontre commence sur un rythme élevé, et c’est Camara qui ouvre le score d’une belle tête sur corner (10’). La réaction d'Istres ne se fait pas attendre, et c’est le vétéran Jérôme Leroy qui égalise. À la réception d'un centre à ras de terre, l’ancien Parisien contrôle bien la balle dans la surface et fusille le gardien à bout portant (33’). Au retour des vestiaires, Istres prend l’avantage sur un but de Doumbia (52’). Ce but libère les Bastiais, qui se mettent à rêver. Bastia touche la barre sur une belle tête (70’), mais égalise finalement par Sunday Mba. L’international nigérian profite d’une belle remise de la tête de Camara pour envoyer la balle, d’une frappe du droit, au fond des filets (81’). Bastia a montré de belles choses, mais n’a pas été récompensé. Le troisième club corse reste bon dernier. Istres reste quinzième.

par Paul Piquard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

2yemklubapanam Niveau : Ballon d'or
c'est quand meme bizarre ce trou noir de début d'année 2 ans de suite pour metz.
est ce que cartier leur fait trop travailler le foncier?le centre d'entrainement gelé?
Alister_Lesly_Graham Niveau : DHR
"La faute au gardien brestois, Paul Nardi, 19 ans"


Donc le Stade Brestois aurait réussi à prendre Paul Nardi à l'ASNL durant ce mercato au nez et à la barbe d'Arsène et de Ranieri ?

Les gars on parle quand même du gardien de l'équipe de France espoir donc il faudrait vois relire avant de poster vos articles.
benoit-tango Niveau : District
Pardon !! Pardon pour le match d'hier soir entre Laval et Clermont. Le football ne sort pas grandi de ce genre de purge.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1 3