Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 21 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Billet d'humeur

Metz que un cirque

Le FC Metz a donc été sanctionné sportivement après le jet de pétards sur le gardien de but lyonnais Anthony Lopes. Cette décision ne se résume néanmoins pas aux peines très dures et sévères infligées au club lorrain. Elle constitue un message clair et comminatoire adressé par la LFP aux clubs : « Ce qui se passe dans les tribunes relève de votre ressort, et nous avons un produit à vendre. » Avec derrière toujours la même vision d'un foot à deux vitesses et le désir évident de « régler » définitivement la question des supporters en poussant les directions à taper toujours plus fort.

Modififié
Les événements qui se sont produits lors du match entre le FC Metz et l'Olympique lyonnais n'ont aucune excuse. Les deux personnes qui ont été interpellées à ce propos, si elles en sont reconnues coupables, devront en rendre compte judiciairement, en plus de leurs interdictions de stade. Ce qui est normal, et même nécessaire. Toutefois le châtiment qu'a infligé ce jeudi la LFP aux Grenats relève finalement d'une tout autre logique. Il ne s'agissait pas de réagir aux comportements délictueux des supporters qui ont commis ces actes, qui pour reprendre le discours du président de la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP), Sébastien Deneux, « ont de manière objective attenté à l’intégrité physique du gardien lyonnais » . Le travail avait déjà été fait ou est en cours.


Le fait de rejouer un match interrompu est même plutôt une sage attitude, même si le huis clos semble donner à quelques perturbateurs irresponsables un pouvoir qu'il ne mérite pas ni probablement ne cherche.
« Tout le monde se réjouira que le foot "reprenne ses droits" comme il est d'usage de le dire. Alors pourquoi le reste des acteurs concernés devrait-il perdre les siens ? »
Tout le monde se réjouira que le foot « reprenne ses droits » comme il est d'usage de le dire. Alors pourquoi le reste des acteurs concernés devrait-il perdre les siens ? Qu'est-ce qui peut justifier ou fonder d'accabler dans le même temps les Messins d'un retrait de trois points, dont un avec sursis, ce qui les renvoie encore davantage dans les affres de la probable relégation. La stupidité de ces deux supporters va déjà sûrement leur ôter le bénéfice d'une victoire en bonne voie au moment ou le goal des Gones a été touché (Metz menait 1-0 grâce à un but de Gauthier Hein au moment où le match a été arrêté).

Un contexte délicat


Le FCM se pose peut-être aussi facilement en « victime » . L'ambiance qui règne dans les gradins de Saint-Symphorien n'a rien de simple ni d'apaisé, les tensions entre les différents groupes d'ultras, et les factions d'indép', sur fond de discordes politiques, ne font que dresser un constat plutôt triste. On doute cependant beaucoup que cela soit cette inquiétude, ou la volonté de secourir leurs confrères de L1, que les pontifes de la LFP aient eu en tête. À aucun moment, ils n'ont voulu s'attacher à la réalité de ce qui s'était passé et des responsabilités. La radicalité (au sens Fillon du terme) de la réponse découle d'abord de la volonté affirmée d'envoyer un signal fort après le « choc » des images, de l'émotion qu'elles avaient provoquée. Le contexte possède son importance aussi, avec en toile de fond des stades qui se remplissent difficilement (et Dieu sait qu'ils ont coûté cher aux contribuables), des droits TV qui doivent toujours être renégociés à la hausse, et enfin des supporters qui tentent de plus en plus de se faire entendre auprès des politiques face à la surdité des instances du football.

Deux poids deux mesures


Le choix de taper aussi lourdement sur un tel club (des troubles aussi graves ont déjà émaillé malheureusement les saisons précédentes, et évidemment, on ne parle pas du stuka en papier balancé sur Dupraz). Certes, souvent, auparavant, c'était entre supporters, et les risques retombaient sur le peuple des tribunes. Il y avait alors moins de motifs aux yeux de la LFP de « sévir » auprès du club, alors qu' « il est intolérable qu’un acteur d’un match puisse être touché » , dixit Sébastien Deneux. Deux poids deux mesures... Surtout, à travers ces deux points, c'est une épée de Damoclès qui se balance au-dessus des « petits » clubs pros, les plus sujets il est vrai au vu de leur public et de la « vétusté » de leur installations à ce type de problèmes. Avec pour perspective qu'ils tendent à se rapprocher des critères « d'excellence » (regardez comment la question des stades et de leur habilitation, de Luzenac au Red Star, jouent comme variable d'ajustement) de ce fameux « big four » à la française en train d'apparaître. Au risque sinon, d'une manière ou d'une autre, d'être renvoyé de cette ligue fermée qui n'ose toujours pas dire son nom. Derrière le nuage de fumée des pétards, l'odeur des euros.

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 33 minutes L'ES Tunis corrigé par Al Ain en quarts du Mondial des clubs
il y a 3 heures Kashima cuisine les Chivas 5
À lire ensuite
Top 10 : Foot et vin