1. //
  2. // 4e journée
  3. // Metz/Lyon (1-2)

Metz enfonce Lyon

Lyon a ouvert le score, mais Lyon a encore perdu. Les Messins, tout en abnégation, ont gratté trois points déjà cruciaux pour le maintien.

Modififié
12 59

Metz - Lyon
(2-1)

Y. N'Gbakoto (81'), J. Falcon (84') pour Metz , A. Lacazette (67') pour Lyon.


Sous le soleil messin, comme quoi, le motif de ce début de match est simple. Lyon a la balle et joue dans le camp des locaux. Des Messins donc, qui s'appliquent alors à défendre, mais peinent à la sortie de balle, et plus encore à construire quoi que ce soit en attaque. Modibo Maïga va devoir attendre encore un peu avant de régaler le public de Saint-Symphorien, une fois de plus venu en masse. Sur une nouvelle perte de balle du milieu messin (Romain Rocchi cette fois), Jordan Ferri envoie Clinton Njie au un-contre-un, remporté par le petit frère Carrasso. Metz a eu chaud.

Le long de la vista de Sergey Krivets, le meneur biélorusse fraîchement arrivé de Borisov, les Grenats commencent à retrouver leurs couleurs. Petit piqué de Choplin pour N'Gbakoto, contrôle poitrine – retourné, au-dessus. Metz a des situations, mais ses attaquants préfèrent se compliquer la vie lors du dernier geste. Pourquoi pas. Le match s'est équilibré, un temps, car si Lyon réussit toujours aussi facilement à faire rentrer le FC Metz dans son camp, les contres messins sont plus tranchants. Bon, ce n'est pas encore le Real, mais y a du mieux, et de la pression sur les buts lyonnais.

Krivets rencontre la Ligue 1


Après, ça reste un match de Ligue 1 comme on les aime. À savoir de la sueur et des gnons, et des coups de savate de Gonalons. L'international est au centre du 4-3-3 lyonnais. Chien de garde devant sa défense, chargé de la première relance. Côté messin, Albert Cartier a comme à son habitude cette saison disposé ses hommes en 4-5-1 tendance 4-4-1-1. Car l'homme de base semble déjà être Krivets. Techniquement, le blondinet est au-dessus de ses coéquipiers. Déjà le nouveau joueur préféré de certains habitués des travées mosellanes. Et visiblement de ses coéquipiers, qui n'hésitent pas à le trouver et, dans la tradition locale, à mettre de l'intensité. De toute façon, cette saison, il n'y a que comme ça que les Messins s'en sortiront.

Mais ça ne suffit pas pour endiguer la motivation lyonnaise. La menace se rapproche sur cette frappe de Mvuemba, détournée en corner. On sent que Lyon n'a pas trop le choix ; une défaite de plus, qui plus est chez un promu promis à une difficile saison, serait une défaite de trop. Tant mieux pour les locaux, puisque Lyon a le ballon, mais s'emmêle dans la nervosité. Comme en témoigne ce dernier cafouillage, lors d'une action difficilement descriptible qui finira par un tir de Lacazette sur la barre. Mi-temps.

Centre de Kevin Lejeune au cordeau devant les buts d'Anthony Lopes (qui lui, n'est pas le frère de Jennifer), mais personne n'est là pour reprendre, hormis Gonalons pour dégager. La seconde mi-temps aurait pu reprendre de la meilleure des façons pour les Messins, mais il va falloir continuer à batailler. Les intentions sont là, c'est bien, mais Bussmann rate deux centres de suite, déjà moins. D'ailleurs, il se met à pleuvoir sur Saint-Symphorien.

Lyon qui marque


Histoire de ne pas non plus sombrer dans l'ennui, les deux entraîneurs envoient leurs remplaçants à l'échauffement. Du sang frais serait le bienvenu. Des idées, voire des envolées aussi. Au moins, autour du duo Rocchi - N'Daw, le FC Metz a réussi à limiter un peu les Lyonnais. À eux maintenant d'occuper le camp adverse et d'évoluer haut placés. En soi, les Messins ont inversé la tendance. Malheureusement, ce qui ne change pas, c'est le niveau d'imprécision, approximation ou confusion des offensives. Des centres foirés, des glissades, des frappes contrées, des passes tordues. Mais l'intention et l'engagement sont là, c'est déjà ça. C'est même l'essentiel pour les Messins. Manifestement, ce n'est pas au talent qu'ils conserveront leur place dans l'élite française. Maïga cède d'ailleurs sa place à Juan Falcon, le Vénézuélien au nom d'esthète.

Lyon, de son côté, n'est pas rassuré. Après s'être fait sortir de l'Europa League par des Roumains, les voilà dominés par des Mosellans. Comment tomber plus bas ? Comment se refaire surtout. Suite à une action litigieuse dans leur propre camp, les Gones se projettent, se retrouvent à 4 contre 2. Ils trouvent bien le moyen de tout faire capoter, mais la défense lorraine se quiche et Lacazette finit par conclure. À croire qu'il suffisait donc de laisser les Messins se découvrir.

Lyon qui craque


Réaction oblige, Albert Cartier fait entrer Federico Andrada, jeune flaco argentin en provenance de River Plate, excusez du peu, et Bouna Sarr. Match un peu particulier pour ce dernier : au centre de formation messin depuis ses 17 ans (il en a 22), il a été avant cela formé à l'Olympique lyonnais. Qui peut voir venir tant les offensives messines demeurent brouillonnes. Au moment où même les plus fervents supporters semblaient ne plus y croire, Jordan Ferri craque et fauche Bouna Sarr (hasard ou coaching scientifique ?) dans la surface. Pénalty pour Metz. Cette fois, contrairement au match à Montpellier, le FC Metz a le bon goût de ne pas le rater. N'Gbakoto transforme d'une minasse dans la lunette, comme à Call of Duty.

Lyon n'est donc vraiment pas rassuré. Metz, un peu. Ce match ressemble comme deux gouttes deux au précédent à Saint-Symphorien. Menés au score, les Messins ont réussi à recoller au score et gratter un point de suture vital dans la course à la montée. Mieux, sur un jeu en triangle Bouna Sarr, Lejeune, Falcon, ce dernier marque d'une tête plongeante dans les filets lyonnais. Metz s'est arraché pour passer devant, alors qu'on ne donnait pas cher de sa peau au moment de l'ouverture du score lyonnaise. Lyonnais qui enchaînent leur troisième défaite. Aulas appréciera. Metz encore plus. La différence avec le match contre Nantes est simple : en recrutant Krivets et Maïga, les Messins ont fait d'une pierre deux coups et se sont offert un banc. Les titulaires en attaque du match contre les Canaris sont ainsi les remplaçants du match d'aujourd'hui. Et ils ont fait la différence.

Toutefois, même s'il faut reconnaître leur courage et leur abnégation, les Messins n'ont pas vraiment régalé. Jouer avec sa bite et son couteau ne suffira pas toujours. Au moins les Messins, et Albert Cartier le premier, ont le mérite d'avoir compris qu'il s'agissait du minimum syndical. En général, jouer tout en abnégation cache quand même un manque de talent. L'occasion, pour finir en beauté, de citer un certain Charles Barkley : « Quand votre fils vous présente sa copine et que vous dites qu'elle a de la personnalité, ça signifie qu'elle est moche. Quand on dit qu'un basketteur travaille dur, c'est pareil. Ça veut dire qu'il n'a aucun talent. » Bonne soirée.

Par Simon Capelli-Welter
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C'est la faute de Danic
Note : 19
L'OL est quand même super sympa, il offre 3 points à chaque promu pour souhaiter la bienvenue en Ligue 1.
Mou-rinho Niveau : CFA
Ferri réfléchi avant sa faute stupide ?
Sinon magnifique Fournier avec son 1er changement à la 82e minute, il y a match nul, il sort logiquement un attaquant pour un milieu de terrain relayeur.
Le mec se fait mettre à l'amende tactiquement par Kombouaré, un coach roumain et le coach de Metz, bravo.
Allez. J'attends le twitt de notre president. Qui est le fautif ?
Ptain, la saison va etre longue quoi..
N'Jie doit se poser des questions pour avoir litteralement niquer toutes nos contre-attaques.
Ghezzal a ete vraiment bof.
Jallet se tue pour l'equipe, mais on voit que l'equipe le lui rend bien.
J'ai pas envie de taper dans l'excuses des blesses pck c'est bon, a un moment, faut arreter quoi..
Allez.. Cette pause qui vient va nous faire du bien.. J'espere en tout cas.
Fournier, il est temps de se poser les bonnes questions.
Bordel..
Fournier est une pipe.
Il fait une compo qui lui laisse aucune possibilité de coaching. N'Jie a montré une seule qualité: la vitesse. Donc si t'es un coach pas trop idiot, tu le gardes pour le faire rentrer lorsque tu mène pour jouer le contre. Au lieu de ça, il le crame pendant 70 minutes et le gamin bouffe la feuille.
Il prend le chemin de Claude Puel le Hub
Bon alors Koné, je me répète mais ça doit être un peu fondé, est le défenseur le plus nul que j'ai jamais vu.
Sinon on va éviter de parler de performance individuel y'a rien à part Gonalons qui fait ce qu'il peu en défense et Lacazette qui plante ses buts malgré tout et qui fait taire ceux qui disaient qu'il ne ferrait rien sans Gomis
La grosse interrogation qui est récurrente quand même depuis le début de la préparation concerne quand même Fournier. Il se passe des choses qu'on a jamais vu à Lyon même sous Puel. Je parle des critiques qui viennent de l'intérieur sur les entraînements "bordélique", un staff "dépassé" et j'en passe. Au delà de ça l'équipe apparaît perdu sur le terrain sans automatisme aucun, dans une condition physique déplorable et un flou tactique hallucinant entre 4-4-2, 4-3-3 et je ne sais quoi. Un coaching inexistant ou contre productif, contre Astra à l'allée la sortie de Malbranque est absurde, là Njié est ridicule en deuxième mi temps et sort bien trop tard. Les blessures qui pourraient être un début d'explication (9 titulaires à l'infirmerie tout de même) ne justifient pas l'état d'esprit des joueurs qui sous Garde était toujours excellent e nous permettait de ramener des résultats défiant la logique comme contre bordeaux au finish.
Bref beaucoup de déception même pour moi qui pensait être prêt à tout pardonner à une équipe jeune quoique prometteuse mais pas des défaites comme ça, pas de cette façon.
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Même si on tombe sur un OL handicapé par les blessures, il ne faudrait pas renier les qualités de l'effectif messin et surtout la construction intelligente de ce nouvel effectif avec des solutions offensives diverses basées sur des qualités différentes.

Cet effectif de Metz a été bonifié intelligemment : Maïga est une plaie tenace pour les défenseurs, Falcon apportera bien des points avec son sens du but, un Krivets classieux et les forces d'origine que sont Nga(...), Lejeune, Rocchi.

Bravo les grenats pour cette première victoire. Je pense qu'on surprendra plus d'un cette année.
Luis si tu m'entends, viens nous sauver ! C'est plus possible là, entre le coach et les jouors il n'y rien à sauver ! Allez, Viens, c'est le moment ou jamais de redorer ta sucette !
ballondeplomb Niveau : National
fournier passe pas noel...
ballondeplomb Niveau : National
Message posté par Pascal Pierre
Même si on tombe sur un OL handicapé par les blessures, il ne faudrait pas renier les qualités de l'effectif messin et surtout la construction intelligente de ce nouvel effectif avec des solutions offensives diverses basées sur des qualités différentes.

Cet effectif de Metz a été bonifié intelligemment : Maïga est une plaie tenace pour les défenseurs, Falcon apportera bien des points avec son sens du but, un Krivets classieux et les forces d'origine que sont Nga(...), Lejeune, Rocchi.

Bravo les grenats pour cette première victoire. Je pense qu'on surprendra plus d'un cette année.


bonne cellule de recrutement messin, de très bons coups

un supp de l'ol (et oui aulas y'a pas que la l1-l2)
Dieudoquenelle Niveau : CFA
Twitt d'Aulas: "on s'est fait fistés" !!
Fournier qui attend la 80e pour faire du coaching, N'Jié qui est d'une débilité sans fin, Mvuemba sait toujours pas tirer les CPA mais pour jouer en retrait et ralentir le jeu y a du monde, Koné qui fait toujours du Koné ...
JohnnyGourcuff Niveau : DHR
C'est dur mais j'ai mal a mon Lyon.. Et le pire c'est que pour la première fois je suis pas du tout optimiste quant a la suite de la saison, blessés en pagaille, un coach qui ne me séduit pas, une mauvaise ambiance dans les vestiaires (je le sais, le cousin de ma coiffeuse me la dit).

Bref, espérons qu'ils me donnent tort !
La tendance qui se confirme de journée en journée, c'es qu'on jouera rien de plus que le maintien.
Même avec le retour des blessés, l'effectif est limité et Fournier à l'air nul. Si les rémois étaient heureux de le voir partir, c'est pas pour rien !
Message posté par JohnnyGourcuff
je le sais, le cousin de ma coiffeuse me la dit


La fameuse source proche du dossier !
letitbe53 Niveau : DHR
Depuis quelques années, Aulas a revu à la baisse les ambitions sportives du club, pour économiser de l'argent pour financer le nouveau de stade. Mais jusqu'où cette stratégie va-t-elle conduire le club ?

Quand on se sépare de ses meilleurs joueurs en l'espace de quelques années, il arrive un moment où on finit par en payer le prix sportivement. Jusqu'à présent, l'OL a toujours fait illusion, en terminant au pire 5e du championnat. Mais si ça continue, il devra être question de maintien, et le club se retrouvera en L2 pour inaugurer son nouveau stade...

Regardons un peu l'effectif lyonnais. Grenier est toujours blessé. Gourcuff est toujours blessé. Gonalons est un international, mais on le fait jouer en défense... Jallet a de belles références, mais à son poste, il n'est pas au coeur du jeu. Reste Lacazette, mais qui ne peut pas tout faire. A part ça, plein de jeunes vaguement prometteurs, mais qui n'ont absolument rien prouvé en L1. Avec un tel effectif, il ne peut pas y avoir de miracles.
TsouinTsouin Niveau : Ligue 1
Putain, le mental de l'équipe est scandaleux.
Même une merde de chien sur un trottoir à plus de volonté pour ne pas se faire marcher dessus !
Avec un semblant de réflexion, on peut donc dire que les joueurs sont des sous-merdes.

Et je ne peux définitivement pas m'identifier à ça alors je ne sais pas quoi faire. Un peu comme quand Koné a le ballon dans les pieds, si vous ne voyez pas ce que je veux dire.
Je crois qu'on a tous halluciné quand on a vu que Metz avait fait tous ses changements et que Fournier n'en avait fait aucun alors que l'équipe prenait l'eau depuis le retour des vestiaires (une habitude désormais), que N'Jie annihilait tout ce qu'il tentait (vraiment débile, Clinton, c'est pas possible de répéter ce genre de prestation), que Ghezzal avait disparu et que même quand il était présent, faisait preuve de peu de justesse technique (c'est le moins qu'on puisse dire).
Ce mec - Fournier - est une pipe internationale, je m'étais réjoui de sa venue mais là c'est le Moyes de Lyon.
Franchement notre équipe, même à moitié composée de joueurs tout juste sorti de CFA, est meilleure que Metz et il arrive à perdre ce match tout seul, comme un grand.
A un moment, sur un contre, il dit à Ferri de jouer sur un couloir alors qu'il y a Lacazette qui fait un appel dans l'axe: il n'y avait personne dans le couloir et le ballon file en touche.
On multiplie les centres mais on marque presque jamais de cette manière, on n'a pas les joueurs pour. Sur le 8 passes décisives de Bédimo, 7 était en direction de Gomis, on n'a plus de Briand capable de mettre la tête. Il faut arrêter d'être aussi con à un moment.
Ferri premier au classement des passeurs, mais dans le jeu ça reste assez médiocre.
Seul bon point: Lacazette qui marque malgré les chèvres autour de lui. Il erre comme un fantôme dans ce 4-3-3 même si on l'a plus vu en seconde période où paradoxalement on était en train de perdre le contrôle.
En un mot, Fournier est en train de transformer Lyon en Reims.
quelle horreur.
Dieudoquenelle Niveau : CFA
Pour que Fournier puisse faire des changement encore faut-il qui ait des joueurs !! Avec 9 forfaits ça ait quand même limite, quand tu vois Zeffane, Tolisso, Njie et Ghezzal titulaires, c'est sur que sur le banc tu ne dois pas avoir du très très lourd (même si ceux qui sont cités sont plutôt bons) !! Sinon pour les CPA je suis convaincu que mis à part Paris et Marseille (avec Bielsa) aucun club ne les travaille à l'entraînement, c'est incroyable de voir le manque de combinaisons ou la qualité médiocre des coup francs et corners !!!
ça va s'améliorer après la trève. ça me semble évident qu'on va bouffer Monaco et Paris avec le retour des blessés.
Fournier va bouffer tout le monde avec son coaching et ses tactiques visionnaires.

Encore une erreur d'Aulas. On les compte plus. Il va finir par me faire douter que le stade soit si bien que ça.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
12 59