1. // Supercoupe
  2. // Barcelone/Real Madrid

Method Mou

Pourquoi tant de victoires ? C'est le nom d'un ouvrage écrit par quatre universitaires portugais qui détaille les méthodes d'entraînement de José Mourinho et sa philosophie de jeu. Une lecture qui conduit à battre en brèche quelques clichés sur le coach le plus polémique de la planète.

24 16
A part, Mourinho l'est indéniablement. Par son palmarès, son caractère, et... ses méthodes d'entraînement, à suivre l'analyse de l'ouvrage “Mourinho, pourquoi tant de victoires?”. Ne pas faire comme les autres, l'ex-adjoint de Bobby Robson le revendiquait dès ses premiers pas d'entraîneur : en termes de préparation physique, tactique, mentale, technique. Des éléments qu'il refuse de séparer, pour les travailler simultanément. Ainsi, pas de pré-saison à bosser le foncier avec le “Mou”. Dès le premier jour, le ballon s'agite dans les pieds, pour le plus grand bonheur de ses joueurs. Le Special One refuse d'ailleurs de qualifier son inséparable, Rui Farias, de préparateur physique, préférant le considérer comme un adjoint comme un autre qui « exécute et coordonne une grande partie de notre méthodologie d'entraînement » (Record, 2004). La fraîcheur comme la puissance physique des équipes du “Mou” ne trouvent donc pas leur source dans d'éreintantes semaines à soulever des poids et à courir dans les montagnes, des méthodes qu'il juge archaïques. « Un joueur est adapté à un système ou non, (...) mais la forme n'est pas physique » envoyait le “Mou” à la presse portugaise lors de son mandat à la tête du FC Porto. Le Portugais assure ne pas croire aux pics de forme, à l'intérêt des tests physiques et du travail au gymnase, sauf pour se rééduquer.

Mécanisation des esprits

Plus encore que les jambes, c'est le cerveau de ses ouailles que sollicite le Special One. L'un de ses principes majeurs : « Ne pas croire au volume de travail mais à l'intensité » . Ainsi, une seule séance est programmée au quotidien, et elle n'excède jamais plus de 90 minutes. L'entraînement se compose d'une série d'exercices courts mais sollicitant une concentration maximum. Le but ? Que le joueur soit entraîné à penser vite. Un match, au niveau individuel, n'étant qu'une succession de décisions à prendre dans l'instant. « On parle beaucoup de fatigue physique ou de récupération physique, déclarait le Portugais à la revue Dragoes en 2002, moi je parle plutôt de fatigue du système nerveux central » . Pour éviter l'accident cérébral, les séances les plus complexes sont programmées en milieu de semaine, le plus loin possible du match précédent et de celui qui est préparé, ce, quand le mardi ou mercredi n'est pas occupé par une rencontre de Ligue des champions ou... une finale retour de Supercoupe d'Espagne. Les lendemains de compétition, Mourinho a pour règle de ne jamais convoquer d'entraînement, lui-même avouant avoir du mal à se concentrer. Qualité plutôt que quantité. Pas une invention mourinhesque, mais un autre principe auquel il ne déroge pas.

Considéré par ses admirateurs et même par certains de ses détracteurs comme un stratège hors-pair, Mourinho préfère insister sur la clef de voûte de son édifice : « La tactique, grande coordinatrice du processus » . Selon les auteurs de “Pourquoi tant de victoires ?”, le coach merengue peaufine sans relâche deux systèmes : le 4-4-2, et le 4-3-3, avec pour objectif que tous ses joueurs finissent par penser comme un seul homme. Tous les exercices, même les plus anodins en apparence, visent à mécaniser ces systèmes. Aux joueurs de se fondre dans ces organisations, quel que soit leur pédigrée. « Contrairement à ce que l'on dit, mes joueurs ne m'adorent pas, ils adorent travailler avec moi » synthétise modestement le “Mou”.

Le camion Pirelli

Vite catalogué comme un entraîneur défensif, le Portugais se dit obsédé par la possession du ballon, vitale dans le football moderne, selon lui. S'il exige des lignes serrées à la perte du ballon, c'est pour mieux le récupérer par un pressing haut. Volontaire ou contrainte, la tactique du camion Pirelli employée lors de la fameuse demi-finale de Ligue des champions 2010 doit alors être perçue comme l'exception plutôt que comme la règle du système “Mou”. Il n'empêche, Mourinho et son staff se distinguent aussi par leur étude approfondie de chaque opposant, une tâche dont s'acquittait en partie André Villas-Boas quand il était encore son adjoint. « Mourinho et son équipe travaillent de manière incroyable, déclarait Tiago à A Bola en 2005, à tel point que les joueurs savent absolument tout sur leurs adversaires » . “Pourquoi tant de victoires ?” révèle l'un des rapports de Villas-Boas afférent à la préparation de la finale de Ligue des champions 2004 face à Monaco, où Ibarra est clairement désigné comme le maillon faible de l'équipe, et Rothen comme « le plus dangereux, non seulement par sa qualité technique mais aussi par son intelligence tactique » . Mourinho se défend cependant de s'adapter à l'adversaire, assurant ne jamais renier ses principes de jeu, mais ne faire qu'ajuster des détails de positionnement selon les caractéristiques de l'opposant.

Publié en 2007, “Pourquoi tant de victoires ?” n'a toujours pas été traduit en français. Voilà ce que José, lui-même, anticipait à propos de l'ouvrage : « Ça va être un livre fantastique, mais peu d'entraîneurs de formation traditionnelle vont réussir à en extraire des éléments productifs, même après cinquante lectures » . Melon et trash talking, d'autres piliers de la méthode “Mou”.

Thomas Goubin

Lire : "Mourinho, por qué tantas victorias ?", de Bruno Oliveira, Nuno Resende, Nuno Amieiro, Ricardo Barreto, Editorial Deportiva Futbol, 2007.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
et c'est reparti pour une saison de branlette sur le Traductor, merci SF et merci Thomas...
Eh ouais, on a pas fini d'en entendre parler.

Sinon j'aime apprendre que le Mou aime la possession du ballon.
Intéressant, ça donne une idée de comment il voit ses équipes, j'aimerais bien en savoir plus sur comment il gère les talents et melons.

Par contre, je pense qu'il est assez pragmatique côté style de jeu et s'adapte quand il a en face des grosses équipes.
Et moi je pense qu'il gagnera aucun trophée majeur cette saison.
@ rasko et sinon a part regarder les classico tu regarde le championnat espagnol et les matchs du real ?

sinon bon article intéressant

qu'on apprécie ou pas ça reste l'un des plus grand entraineur de sa décennie
"Rothen comme « le plus dangereux, non seulement par sa qualité technique mais aussi par son intelligence tactique »"

Ah ouais, carrément :D
Encore un article sur Mourinho ???!! Putain les mecs, ça va 5 minutes, là...

Je boycotte cet article. Vous commencez vraiment à me gaver !
@GrahamHill: tu boycottes en laissant un commentaire. logique.
Bande de salauds haha, Rothen était vraiment bon à Monaco.
@Forza-OM : joli pseudo. Oui merci je suis au courant.
La fin justifie les moyens, n'est-ce pas José? ;-)
Kuduro avait posté les liens vers ce livre avant l'été, c'était vraiment intéressant.
Ceux qui méprisent le Rothen de l'époque n'ont rien compris au foot. Ce mec était vraiment excellent à l'époque, tout comme son pendant à droite mais dans un style différent.
@Keuzcoz

Depuis quand laisser un commentaire signifie lire un article ?

Réfléchis un peu.
@ Guevarra: Je méprise pas du tout Rothen, je suis d'ailleurs supporter de Monaco. Ca me fait simplement sourire de voir ca, se dire que ce gars a été l'un des piliers de Monaco durant leur épopée en 2004, et que finalement il n'est pas réussi à s'imposer dans un gros club européen alors qu'il en avait les moyens. Bref, j'en rigole un peu mais c'est pas de la moquerie, loin de là =)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
24 16