1. //
  2. // 18e journée

Messi venge le Barça

Le Barça est champion d'hiver, le Real perd pour la première fois de la saison avec son trio magique (Kaka, Benzema et Ronaldo), Majorque continue sur son nuage, Saragosse plonge dans les ténèbres et l'Atletico fait dans le trémolo. Résumé d'une journée de Liga qui a vu la naissance d'un crack (Canales) et dans laquelle Abidal s'est distingué par une excellente prestation. Non, ce n'est pas une blague.

Modififié
0 0
FC Valence 4 – Villarreal 1


Avalanche de buts dans le derby de la « east coast » espagnole. Les deux ennemis régionaux ont offert un match intense et ouvert comme on les aime. Valence et son attaque de feu ont finalement coulé un sous-marin jaune vaillant amputé d'un joueur à la 30e minute de jeu sur un penalty inexistant. Grâce à cette victoire, les Che sont troisièmes (à seulement trois points du Real) et au vu de ce qu'ils ont montré ce soir, ils peuvent encore prétendre à mieux.


Buts : Banega, Villa, Silva, Nilmar, Villa


FC Barcelone 4 – FC Séville 0


Eliminé de la Coupe du Roi par le FC Séville, le Barça s'est vengé. Malgré une équipe bis privée de quelques vedettes et de tous ses cadres à part Jesus Navas, les andalous ont tenu bon toute la première période face à des Blaugranas pas vraiment folichons et maladroits devant le but à l'image d'un Zlatan encore une fois agaçant de nonchalance. De retour des vestiaires, les culés ont enclenché la cinquième, Messi a marqué son centième but (et 101 ème but. Il devient du coup le joueur le plus jeune de l'histoire de la Liga a atteindre ce chiffre) avec le Barça, permettant ainsi aux blaugranas d'être sacrés champions d'hiver de la Liga et mettre cinq points dans la vue du Real. A noter le superbe match d'Abidal, qui a hérité de la meilleure note dans les quotidiens sportifs catalans. Quelque part c'est assez inquiétant...


Buts: 1-0, Escudé 2-0, Pedro. 3-0, Messi. 4-0, Messi.

Athletic Bilbao 1 – Real Madrid 0


Le Real a perdu dans une cathédrale om le Barça était venu difficilement arracher un match nul en début de saison. Le plan des basques était simple : mettre une pression énorme en début de match, marquer un but, puis se replier comme des sagouins en défense en attendant des erreurs des Merengues pour placer des contres. Dés la première minute les Leones ont frappé deux fois sur les poteaux avant de prendre l'avantage grâce au géant Llorente, puis ont appliqué à la lettre les consignes données par l'entraîneur Caparros : détruire tous les maillots blancs et attendre patiemment la fin du match. Malgré leur domination dans le jeu, les madrilènes ont semblé à court d'argument physique et tactique pour perforer le verrou basque. Irairoz le portier des Rojiblancos a également sauvé les siens sur des tentatives de Benzema, Ronaldo et Xabi Alonso. A noter le match moyen de Diarra (pour une fois), et celui catastrophique de Marcelo. Le brésilien est sans doute le joueur le plus surcoté du championnat. Au final, Pellegrini peut vraiment faire la gueule ; son équipe est déjà un peu larguée pour le titre.

Real Majorque 2 – Deportivo La Corogne 0


Pathétique contre le Real il y a une semaine, Majorque s'est refait la cerise contre un Depor apathique et peu agressif offensivement. Les insulaires ne sont pas des foudres de guerre mais ils exploitent leurs qualités au maximum de (à savoir le contre, jeu aérien et défense de fer). Quatrième avec 33 points, Majorque est la meilleure équipe à domicile avec le Real Madrid et peu du coup rêver de Ligue des Champions.


Buts : 1-0, Mario Suárez. 2-0, "Chori" Castro.

Racing Santander 1 – Valladolid 1


Qualifié pour les quarts de la Coupe du Roi et invaincu depuis quatre matchs, le Racing Santander est l'équipe « hype » du moment. Un statut que les verdinegros doivent avant tout à leur joyau : Sergio Canales. Après avoir terrassé Séville la semaine dernière avec deux buts magnifiques, l'adolescent de 18 ans a encore sauvé les siens du naufrage face à Valladolid grâce à un lob tout en sang-froid et en touché de balle. Le Real, qui vient de le signer dans la semaine (il restera néanmoins en prêt au Racing la saison prochaine), se frotte déjà les mains : une star est née.


Buts : 0-1, Pinillos. 1-1, Canales.

Malaga 1 – Getafe 0


Balayé en Coupe du Roi par Getafe ( 5-1), Malaga avait l'occasion de se venger des madrilènes à la Romareda. Dans un match bourré de fautes (14 cartons jaunes), les andalous se sont montrés incapables d'inquiéter des banlieusards qui ont pourtant du jouer la dernière demi-heure à 9 après les expulsions stupides de Boateng et Rafa. Il aura fallu attendre l'entrée de Baha, à la place de la recrue équatorienne hivernale Caicedo pour que le franco-marocain mette en action son Rai'n'B fever d'une belle tête plongeante à six minutes de la fin. Résultat : Malaga sort de la zone de relégation grâce à sa série de 10 matchs sans aucune défaite. Olé !


But : 1-0, Baha

Real Saragosse 0 – Xerez 0


Malgré les arrivées de l'international chilien Suazo (en provenance de Monterrey) et du portugais Eliseu (Lazio Rome), Saragosse continue sa quête de ridicule. Les aragonais avaient tout pour enrayer leur série de 10 matchs sans victoire : les blessures de Pavon et Ayala, un adversaire déprimé, et une supériorité numérique pendant les dernières 40 minutes. Résultat ? Rien, mis à part un ennui mortel.

UD Almeria 1 – CD Tenerife 1


Deuxième match nul à l'extérieur cette saison de Tenerife. En marquant dès la première minute, les insulaires pensaient avoir fait le plus dur, mais en ce moment Almeria a le cul bordé de nouilles depuis qu'Hugo Sanchez a quitté le navire au profit de Juanma Lillo. Beaucoup plus inspirés que leurs adversaires, les andalous ont su mieux gérer un match qu'ils auraient même pu gagner sans les arrêts miraculeux du portier de Tenerife, Aragoneses. Tenerife peut être déçu du scénario : ils sont désormais reléguables.


Buts : 0-1, Juanlu. 1-1, Goitom.

Atletico Madrid 3 – Sporting Gijon 2


Match vraiment spectaculaire entre un Sporting joueur et un Atletico Madrid qui joue toujours autant à la roulette russe. Après s'être qualifié miraculeusement pour les quarts de la Coupe du Roi, l'Atletico avait envie de confirmer et de remporter son troisième match consécutif en Liga. Incapable de se mettre à l'abri, malgré ses 6000 occasions, l'Atletico a du attendre l'entrée de Tiago et le but de la promesse sénégalaise Ibra pour terrasser le punch et l'envie des asturiens. Des frissons avec la petite minute de silence en hommages aux victimes haïtiennes, de la joie au coup de sifflet final...Et des larmes. Celles de Maxi Rodriguez venu dire au revoir aux socios madrilènes. Bref, beaucoup d'instants d'émotion chez les Colchoneros.


Buts: 1-0, Forlán 1-1, Diego Castro. 2-1, Assuncao. 3-1, Ibrahima. 3-2, Luis Morán.

Osasuna 2 – Espanyol Barcelona 0


Osasuna l'a joué en l'anglaise en marquant deux buts de la tête dans les neuf premières minutes du match. Le reste a été un aveu d'impuissance des catalans et un modèle de gestion du score des navarais.


Buts : 1-0, Juanfran. 2-0, Pandiani.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0