Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
Matchs du jour

Messi, un peu plus près de l'idole

Maradona ou Messi ? Depuis l'avènement du second et l'obtention de son premier Ballon d'Or, le débat fait rage un peu partout dans le pays qui vit naître les deux génies. Le nouveau sacre de la Pulga le rapproche un peu plus de l'idole.

Il y a encore un an, Maradona semblait intouchable, numéro un incontestable dans le cœur des Argentins. Son aura, son Mundial décroché à bout de bras avec l'Albiceleste sous la chaleur de Mexico, ses origines misérables et son attachement au maillot national faisaient de Diego l'idole absolue du peuple gaucho. Puis la Coupe du Monde en Afrique du Sud est passée par là. Messi, sans être exceptionnel, a réalisé ses meilleures prestations sous la tunique ciel et blanche. Zéro but au compteur, mais une communion enfin consommée avec ses compatriotes, qui ont enfin saisi à quel point le petit Blaugrana d'adoption aime la Seleccion et peut s'arracher pour mettre le feu devant. Sa saison d'extraterrestre au Barça a achevé de convaincre les sceptiques, notamment un soir de gala face à Arsenal, en quart de finale retour de Champions League. Certes, les adeptes de Diego n'ont pas retourné leur veste sans broncher et continuent de défendre sa légende à tout prix. Mais lorsqu'on laisse traîner son micro dans les rues de Buenos Aires ou que l'on se balade sur les sites Internet des grands journaux locaux, la tendance est à la passation de pouvoir. Lassés des caprices de Maradona, le public, qui reprochait autrefois le manque d'implication de Messi au sein de la sélection et sa personnalité plutôt effacée, s'incline aujourd'hui devant le bond en avant réalisé par la Pulga en 2010.

Passation de pouvoir

A la question « Messi a-t-il d'ores et déjà dépassé Maradona ? » , l'opinion reste divisée, mais semble plus que jamais disposée à donner ses faveurs au Rosarino. Sa modestie séduit une population rompue aux crises de mégalomanie de Maradona, « un génie avec le ballon, qui se croit bon en tout... » , note une mère de famille. Si ce dernier s'accroche, « l'âge de Messi joue en sa faveur » considère un vieux fleuriste de la rue Florida, dans le centre-ville porteño. Combien de tentatives lui reste-t-il pour remporter le Mondial et tenter de clore définitivement le débat ? Une, deux ? Car la rengaine est souvent la même pour les partisans d'El Pibe de Oro : « Il a gagné la Coupe du monde » , presque tout seul, s'entend. Un des passants prétend détenir la recette idéale : « Pour faire un Maradona, tu prends le meilleur de Messi, le meilleur de Riquelme et le meilleur de Tévez. Enfin, même avec tout ça, je ne sais pas si tu fais un Maradona... » . « Plus complet » , « le meilleur de tous les temps » , un joueur qui « a tout gagné seul, aux côtés de morts... » , sont quelques-uns des commentaires qui reviennent dans la bouche des inconditionnels de Pelusa. Et sur la toile ? Le site Internet de La Nacion révèle que plus de 60% des lecteurs du principal quotidien argentin estiment que Messi est meilleur que son aîné.

Deux chances pour une Coupe du monde


Guillermo Tofoni, agent argentin de la Fifa, fait aussi partie de ceux-là, lui qui déclare que « Messi sera plus grand que Maradona et Pelé réunis » . Même son de cloche du côté de la Fédération, depuis laquelle Julio Grondona assure que « Messi est plus grand que Pelé, Maradona, Di Stefano et Cruyff » . Bien sûr, il y a toujours les fidèles maradoniens qui insistent sur les performances d'un joueur hors-norme qui s'en alla conquérir deux Scudetti et une Coupe de l'UEFA dans une équipe taillée pour le milieu de tableau, face à la Juve de Platini et au Milan conduit par Arrigo Sacchi. Ces mêmes résistants qui rappellent que si les règles du Ballon d'Or avaient été changées avant 1995, Maradona n'aurait fait qu'une bouchée d'Igor Belanov en 1986, qu'il aurait fait trembler Platoche, qui trusta le trophée de 1983 à 1985, et les Milano-Hollandais (Gullit et Van Basten), qui s'adjugèrent confortablement le titre dans les années qui suivirent. Ceux qui soulignent que Burruchaga, Valdano et compagnie n'auraient jamais pu imaginer toucher du doigt la Coupe du monde sans le talent de leur leader technique et mental. Au-delà de l'interminable débat, le Ballon d'Or si polémique de Messi, a provoqué en Argentine une levée de bouclier. “Leur” Messi mérite amplement cette nouvelle distinction. Après tout, qu'importe si l'élève a dépassé le maître ? Car quelles que soient les préférences, les Argentins sont désormais persuadés d'une chose : le meilleur joueur de l'histoire est bien des leurs.

Alejandro Carbone, à Buenos Aires

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


mardi 19 juin Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 14:15 Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 43 Hier à 10:41 Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34 Hier à 09:41 La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain mardi 19 juin Tex est en Russie pour la Coupe du monde ! (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 28: L'Angleterre encore à la peine, la diète de Fekir et des « blagues » japonaises
À lire ensuite
Le club des 5