En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Villarreal-Barcelone (1-1)

Messi sauve encore le Barça

Menés jusqu’au temps additionnel par un Villarreal toujours aussi séduisant, les Blaugrana s’en remettent encore une fois au génie de Messi pour s’en sortir au buzzer. Un match nul (1-1) miraculeux qui laisse tout de même le Real Madrid prendre le large en tête de la Liga.

Modififié

Villarreal 1-1 FC Barcelone

Buts : Sansone (50e) pour Villarreal // Messi (90e) pour le Barça

« Jusqu’ici, tout va bien. Jusqu’ici, tout va bien...  » Dès le coup d’envoi de ce déplacement à Villarreal, la tête de Luis Enrique se passe en boucle ce refrain. Et ce, jusqu’à la cinquantième minute, quand sur une contre-attaque express, Pato décale Nicola Sansone dans la surface. L’Italien, en bon maître artisan de l’exercice réussi du sous-marin jaune, exécute Ter Stegen et pousse le Barça devant ses vieux démons. Une abîme proche dont le Barça s’extirpe in extremis grâce au seul talent de Lionel Messi, auteur d’un coup franc décisif autant que magnifique au buzzer. Même s’il n’est cette fois pas défait, quelques jours après être tombé sur la pelouse de San Mamés, il réussit le pire début d’année possible. Tant dans le fonds de jeu, que les Blaugrana ne maîtrisent plus, que dans les résultats, puisqu’ils trébuchent une énième fois en Liga, ils n’y sont plus. Pis, désormais à cinq points du leader merengue, qui compte même un match en retard, et distancés par Séville dans la course à la seconde place, Messi et ses comparses s’offrent déjà une mini-crise en 2017. Une période tumultueuse s’ouvre donc dans les arcanes du Camp Nou, comme celle de 2015 qui avait coûté à Zubizarreta un licenciement. Le rêve azulgrana d’une fin de saison couronnée d’un triplé s’éloigne de plus en plus...

Quand l’ultra-possession devient fardeau


Le Madrigal n’est plus, faites place à l’Estadio de la Ceramica. Ladite poterie, fierté de la région du Castellon, ne fait pour autant pas référence à une quelconque fragilité de la part du Submarino amarillo. De fait, intense dans le pressing et chirurgical à chacun de ses enchaînements, il démarre pied au plancher et asphyxie l’adversaire blaugrana. Entre les coups de rein de Pato, les débordements de Soriano et les rushs de Sansone, il donne le tournis à l’arrière-garde catalane. Pour ce, l’animation en 4-4-2 de Fran Escriba appuie là où le bât blesse côté Can Barça : sur le couloir André Gomes-Sergi Roberto, soumis à d’incessantes combinaisons de leur vis-à-vis. Une lacune défensive qu’explique la nouvelle mise sur le banc de Rakitić, mais pas que. Dommage, pour les ouailles de Luis Enrique, puisque dès qu’ils franchissent le milieu de terrain du sous-marin, des brèches béantes s’ouvrent à la MSN. Remuant, mais trop peu précis, Neymar enchaîne les occasions autant que les imprécisions dans le dernier geste, mais demeure l’un des rares Azulgranas à convertir une possession outrancière en actions dignes de danger.

Jeux de main et génie argentin


Mais dès la reprise, patatras. À l’ouverture du score de Sansone succède une longue période de flottement chez les Culés. Tancés au milieu de terrain, ils se font perforer plein axe et en sont réduits à espérer des retours in extremis de Piqué ou des imprécisions des locaux. Autant dire que l’équilibre ne peut être plus précaire pour un Barça sans idée et sans génie. Et ce ne sont pas les changements de Luis Enrique, qui fait entrer Denis Suárez et Arda Turan qui changent la moindre chose à la physionomie de la partie. L’homme en noir, pour sa part, y va de son double grain de sable. En oubliant deux penaltys flagrants pour le Mes que sur autant de mains baladeuses du capitaine Bruno – dans l’autre surface, la mimine de Mascherano étant bien plus discutable –, l’arbitre plombe les envies de remontada des Catalans. Tout comme le montant de Sergio Asenjo, tout heureux de le voir repousser une frappe limpide et enroulée de Lionel Messi. Finalement, sur un ultime coup franc de la Pulga, le portier de Villarreal ne peut que s’incliner devant la lucarne trouvée par l’Argentin. Un miracle, ni plus ni moins, pour ce Barça tout heureux de rentrer a casa avec un point en poche.


  • Résultats et classement de Liga
    Retrouvez toute l'actualité de la Liga

    Par Robin Delorme
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
    À lire ensuite
    La Ligue 1 passe en force !