Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 24e journée

Messi rétablit la hiérarchie

En inscrivant un quadruplé face à Valence, Messi a dignement fêté son 200ème match de Liga avec le Barca. Retrouvés, les Catalans n’ont fait qu’une bouchée des hommes d’Emery (5-1), pour qui l’addition aurait pu être plus salée encore. En dominant Malaga (3-0), Bilbao grimpe à la 4ème place. Pour le reste, c’est des buts, beaucoup de buts.

Modififié
C’était son 200ème match de Liga avec le maillot du FC Barcelone. Messi a tenu à marquer le coup. Quatre buts, une barre, quatre ou cinq passes qui auraient pu être décisives et une facilité déconcertante à effacer ses adversaires. A chaque fois que l’Argentin a pris la balle, le Barca a ou aurait pu marquer. Avec ce 5-1, le FC Valence s’en sort bien, tant le Barca s’est créé d’occasions ce soir au Camp Nou. Car Messi n’est pas seul. A ses côtés, Fabregas, tantôt distributeur de caviars, tantôt perforateur, et Alexis Sanchez, infatigable sur son aile droite, ont eux aussi fait très mal à la bande à Soldado. Le seul reproche que l’on peut leur faire, c’est leur inefficacité - relative - devant le but. Excellent dans ses bois, Diego Alves y est pour quelque chose. Enfin, au milieu de terrain, la technique d’Iniesta a permis au Barca de retrouver la maitrise sur le jeu et la mainmise sur le ballon. Le début de match était pourtant compliqué pour les Catalans. La première mi-temps a surtout été une histoire de relations franco-argentines. Une ouverture du score de Piatti sur un superbe centre de Feghouli. Une égalisation de Messi sur une interception manquée de Rami. Et un deuxième but de la Pulga après un centre d’Abidal, taclé par Mathieu sur son poteau. Le premier quart d’heure passé, Valence n’a plus vraiment existé. Soldado, grippé lors de la dernière confrontation entre les deux équipes, était cette fois bien présent mais il n’a rien eu à se mettre sous la dent. Banega, qui s’est fait rouler dessus par son propre 4x4 dans une station service (faut dire que ce n’est pas le genre de joueur à jouer avec le frein à main), a manqué à Emery. Le Barca reste la seule équipe de Liga que le coach valencien n’a pas battu. C’est Xavi, tout juste entré en jeu, qui s’est chargé du cinquième but dans les arrêts de jeu. Ce soir, l’écart entre les deux équipes était trop grand. Guardiola doit regretter les points perdus.

Le local contre la mondialisation

L’autre choc de la journée avait lieu à San Mamés et concernait la lutte pour la tant désirée quatrième place. Bilbao-Malaga. Choc régional, Pays Basque vs Andalousie. Et choc culturel, le 100% local contre la mondialisation sauce qatarie. Toulalan et les siens ont largement dominé la première mi-temps sans jamais trouver la faille. Puis, en trois minutes, Malaga a coulé, à l’heure de jeu. Deux corners, puis une volée acrobatique de Toquero. 3-0, San Mamés n’en peux plus. La bande à Pellegrini ne s’en remettra pas. Joaquin a fait son retour, entrant en fin de match, au contraire de Van Nistelrooy, resté sur le banc toute la rencontre. Bilbao est 4ème, à égalité de points avec l’Espanyol Barcelone (33 points). Cette 4ème place, qualificative pour le tour préliminaire de la Ligue des champions, l’Atlético Madrid aurait pu l’atteindre s’il n’avait pas calé sur la pelouse du Sporting Gijon (1-1), solide avant-dernier du championnat. La faute à un gardien adverse (Juan Pablo) euphorique et à des attaquants en panne, en tout premier lieu Falcao, auteur de trois ratés face aux buts. Diego aussi y a mis du sien juste avant la mi-temps. Finalement, il a fallu un but contre son camp de Canella pour que les colchoneros ouvrent le score, mais Eguren a égalisé pour le Sporting. Le premier but encaissé par l’Atlético en Liga depuis l’arrivée de Simeone. Soit 577 minutes d’invincibilité.

Trois matchs, 17 buts


Le perdant de la journée s’appelle Levante, battu à domicile par le Rayo Vallecano (5-3), et qui recule à la 7ème place. Avec aucune victoire en Liga depuis le 10 décembre dernier, les Granotes ne se faisaient guère d’illusion. Doucement, mais sûrement, ils devraient retrouver la deuxième partie de tableau. Face au Rayo, c’était soirée portes ouvertes à la Ciutat de Valencia. Huit pions, dont sept en deuxième mi-temps. Lass et Diego Costa, tous les deux doubles buteurs, se sont bien amusés au milieu de la défense archi-lente des locaux. Avec cette troisième victoire consécutive, le petit promu madrilène est 8ème de la Liga. Une belle surprise. En bas de classement aussi, il y a eu des buts. Après avoir pris 10 points sur 12 possibles, Villarreal a rechuté sur la pelouse de Majorque (4-0). Une défaite signée Castro, à l’origine des quatre buts de son équipe, dont trois provenant de ses coups de pieds arrêtés. L’arme fatale des petites équipes. Avec cette belle victoire, le Real Majorque se donne un peu d’air, tandis que Villarreal bascule à la 17ème place, à trois points de la zone rouge. Maintien toujours, avec la Real Sociedad, qui comme ça lui arrive de temps en temps, a pris une raclée à Grenade (4-1). L’avantage des Basques a duré une minute. Une tête de Mikel à la 10ème minute de jeu, la seule frappe cadrée des hommes de Montanier. La suite, c’est 20 frappes et 4 buts encaissés, dont un bel enveloppé de Jara, un carton rouge juste avant la mi-temps, et seulement 30% de possession. Le promu andalou les a croqués, et dépassés au classement.


Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 24
À lire ensuite
Milan avertit la Juve