En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 27e journée
  3. // Eibar/Barcelone (0-2)

Messi promène son Barça à Eibar

Sous l'impulsion d'un Messi décisif, parfois génial, les Blaugrana ont préparé leurs deux grands rendez-vous de la semaine prochaine par une victoire facile face à Eibar (0-2). Mieux, l'Argentin prend les devants dans la course au Pichichi et permet aux siens de consolider leur leadership domestique.

Modififié
  • Eibar – FC Barcelone : 0-2
    Buts : Messi (31' et 55') pour le Barça.

    31 tours de cadran, soit autant de banderilles de Lionel Messi en Liga. C'est ce laps de temps qu'aura dû attendre Luis Enrique avant de souffler et d'assister à la prise de pouvoir de son capitaine d'un soir en tête de la course au trophée de Pichichi. Un pion de l'ouverture du score sur l'une des phases de jeu favorites de Cristiano Ronaldo, mais pas pour la Pulga et sa phobie passagère des penaltys. Puissant, croisé, son péno n'a laissé aucune chance à Jaime, moins chanceux que ses confrères Hart et Álvarez. Mais comme eux, il n'a pu faire jeu égal avec le leader de la Liga. Pied de nez à CR7 toujours, le diez argentin y est même allé de son doublé sur une tête plongeante suite à un corner, portant ainsi son total en Liga à 32 buts. Avec un onze largement modifié en prévision du huitième retour face à City, et surtout du Clásico dominical, le Barça s'est offert une préparation idyllique. Rarement inquiété derrière, il a su en garder sous le moteur pour ces prochaines échéances. Mieux, ce confortable succès permet aux Catalans de prendre provisoirement le large sur le Real Madrid et de distancer de neuf points le champion en titre colchonero. Un titre vers lequel la bande à Messi est lancée plein fer.

    Messi, garde champêtre de luxe


    Des tribunes en préfabriqués, des immeubles avec vue directe sur le rectangle vert et des supporters à quelques décimètres des juges de touche : le Stade Municipal d'Ipurua a tout de l'enceinte champêtre. Même avec son Mini Estadi, la réserve barcelonaise peut compter sur une affluence trois fois supérieure aux 5000 strapontins basques. Le déplacement de l'équipe fanion du FCB à Eibar révèle donc d'un voyage en terre inconnue. Tant et si bien qu'après leur double occasion précoce (2'), les hommes de Luis Enrique pataugent. Aux multiples ratés de Neymar s'additionnent le manque de maturité de Rafinha et Sergi Roberto, conjointement alignés au milieu de terrain pour faire souffler Xavi, Iniesta et Mascherano. La défense, elle aussi remodelée face aux différentes suspensions des titulaires, reste solide derrière, mais n'apporte que trop peu aux avant-postes. Seul Messi, sur des éclairs individuels, agite le rythme de la rencontre et transperce les lignes adverses. À la frappe dans la surface, il profite de la malchance d'Ekiza qui voit ricocher le cuir sur son pied, puis sur son bras. La sanction, irrévocable, permet au Barça de prendre les commandes et aux offensives de gagner en tranchant. Malgré une tentative lointaine de Javi Larra, ce sont bien les Blaugrana qui dominent la fin du premier acte.

    Xavi impose 750 fois le respect


    Une domination qui ne s'estompe pas au retour de la buvette ou des vestiaires, c'est selon. En bon chef d'orchestre, Léo Messi s'occupe de tout. Après un service idoine pour Neymar, il s'occupe de corser l'addition. Sur un corner sortant de Rakitić, il ne s'étonne pas de sa solitude et envoie une tête plongeante et rasante. Le rebond aidant, il est cette fois tout surpris du sort décisif de ce smash. Ses coéquipiers, hilares, également. Le suspense tué dans l'œuf, Lucho entame alors le bal des changements. À l'heure de jeu, puis dix minutes plus tard, le milieu croate et l'attaquant brésilien sont remplacés par Xavi et Pedro. Respect des traditions oblige, l'Argentin rend son brassard à celui qui porte pour la 750e fois de sa carrière la liquette azulgrana – un record bien évidemment historique pour le Mes que. Dans une fin de match en roue libre, les quelques frayeurs du leader de la Liga sont l'œuvre de ses défenseurs. Montoya, toujours aussi peu juste techniquement, et Piqué, pas loin de se blesser sur une sortie de balle présomptueuse, sont les seuls légers accrocs d'une rencontre qui se termine par une frappe sur la barre de Federico Piovaccari. N'est pas Messi qui veut.

    ⇒ Résultats et classement de Liga

    Par Robin Delorme
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Hier à 08:27 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 Hier à 07:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1
    Hier à 17:06 Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 71
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 12:16 Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 17 mardi 20 février Lamine Sané signe à Orlando 8 mardi 20 février Ronaldinho se lance dans la musique 12