1. // Coupe du monde 2014 – Finale – Allemagne/Argentine

Messi, passage avide

Plus qu'un match avant d'en avoir fini avec cette satanée intrigue. La fin approchant, Messi semble avoir perdu sa place dans le récit de l'épopée argentine. Pour ce dernier match contre la Hollande, il n'y en a que pour les autres. La fin de l'histoire ?

Modififié
23 59
Toute la cruauté de ce Mondial tient en une seule question : cette Coupe du monde est-elle celle de Messi ? Comme si la vie devait toujours avoir un sens, comme si les histoires devaient toujours finir au fond d'une rivière ou en haut d'une montagne, il fallait en finir avec le héros de cette histoire-là. Oui ou non, peu importe, le spectateur exigeait que le destin de ce personnage aux jambes minuscules se terminât par une réponse claire. Il voulait en avoir le cœur net et l'estomac bien rassasié. C'était une sorte de contrat tacite entre lui et le héros au début de la compétition. « Offre-moi une réponse à cette question, en échange je garderai ton histoire dans ma mémoire. » Pourtant, on a beau dire le contraire, les histoires qu'on n'oublie pas, c'est précisément celles dont le dénouement est imprévisible. Voilà tout le problème de Messi. Plus la fin semble inexorable, plus le récit est ennuyeux. Messi est sacré champion du monde ? Bravo, mais ce n'est pas étonnant, c'est le meilleur, on vous l'avez bien dit. Messi n'est pas champion du monde ? Tant pis, mais il ne peut pas gagner tout seul, on vous l'avait bien dit. Cette question est toujours cruelle parce que la réponse sera toujours décevante. Elle laissera toujours au spectateur ce goût « d'inachevé » , c'est-à-dire une espèce de sensation de frustration ou d'acte manqué. Une histoire qui se termine sans explosion, c'est un repas sans appétit, une histoire sans faim.

Le trou noir


Heureusement qu'il y eut ce Brésil éliminé aussi artistiquement cette semaine pour nous changer les idées. On attendait une finale Brésil-Argentine comme la mise en orbite d'une navette brésilienne et d'un satellite argentin, on eut une explosion en plein vol. C'était inespéré et, donc, forcément inoubliable. La déflagration fut d'une telle ampleur qu'elle en devint immédiatement mystique. « Je ne sais pas ce qui s'est passé durant ces six minutes, raconta hier Neymar, les joueurs ne l'expliquent pas non plus. C'est comme ça, ça arrive » . Ces « six minutes de trou noir » n'expliquaient rien mais pardonnaient tout. À la faveur d'un dénouement spectaculaire et imprévisible, on était donc prêts à passer sur les incohérences manifestes de la narration (l'exécrable préparation de la sélection brésilienne, son absence d'alternative à Neymar), et on résumerait ainsi toute une destinée en son dénouement. Peu importe les explications techniques et rationnelles à cet accident, l'insubmersible Titanic venait de sombrer. La fin de l'histoire avait dévoré tout le menu. Tout à coup, l'intrigue principale - Messi était-il, oui ou non, le nouveau Maradona ? - perdait de sa saveur. Les masques tombaient. On ne voyait plus que l'avidité d'un homme pour un trophée ridicule.

Les fantômes argentins


Pourtant, à tous ceux qui se méfient, expliquez-leur que l'histoire de cette Argentine est plus complexe qu'elle en a l'air. Dites-leur qu'ils ne comprendront jamais rien à l'extraordinaire potentiel d'identification de cette équipe d'assassins affamés, s'ils ne prennent pas soin d'examiner les chapitres précédents. C'est le propre des grandes sagas. Il fallait avoir vu 1978 (le bon entraîneur et le mauvais génie qui gagnaient le mauvais Mondial), 1986 (le mauvais entraîneur et le bon génie qui gagnaient le bon Mondial), 1990 (la mauvaise équipe qui remportait le mauvais Mondial), 1994 (le bon héros qui disparaissait pour de mauvaises raisons) et puis 1998 (le but de Bergkamp, l'expulsion incompréhensible d'Ortega), 2002 (l'équipe de Bielsa qui jouaient un football-suicide et s'effondra), 2006 (la retraite de Riquelme) et enfin 2010 (l'humiliation contre l'Allemagne). Dans notre vie quotidienne, il nous serait impossible de vivre au milieu d'autant de fantômes accumulés. On ne supporterait pas cette idée de destin ou de malédiction. Mais dans nos vies de spectateurs avides de rebondissements, c'est exactement l'inverse. Cette mémoire est notre opium. Nous nous transformons tout à coup en juge cruel des destinées héroïques. Nous réclamons toujours un peu plus de drame, toujours un peu plus de larmes. Voilà pourquoi l'Argentine aime tant se raconter des histoires. Messi doit être champion du monde s'il veut se hisser à la hauteur de Maradona et de toute cette mythologie. Il est condamné à l'exploit. Pour lui, ce destin est un drame. Pour l'Argentine, c'est le minimum.

La poupée vaudou


Alors, partout sous les pelouses brésiliennes, le petit meneur de jeu argentin traîne maintenant cette trogne désenchantée. Regardez-le un instant lors de ce dernier match. Ces deux brassards enroulés autour de chacun de ses bras, il avait l'air d'étouffer sous la pression. Le tissu noir (le deuil du vieux Di Stéfano) à son côté droit donnait une allure grave à chacun de ses mouvements. De l'autre côté, le tissu bleu (le deuil du capitaine Maradona) semblait l'enfoncer un peu plus sous terre à chaque fois qu'il levait la main pour réclamer un ballon qui n'arrivait pas. On n'avait jamais vu capitaine plus écrasé sous le poids du passé. Il avait presque l'allure de ces poupées vaudous qu'on maltraite aussi cruellement qu'on peut, pourvu que par leur entremise mystérieuse, les fantômes du passé nous abandonnent et ces prières secrètes nous délivrent du mauvais sort. Être le capitaine de l'Argentine, c'est être condamné à être le bouc émissaire de toujours la même histoire. C'est jouer avec dix coéquipiers, des dizaines de fantômes et des millions de névroses. Être le capitaine de l'Argentine, c'est être soumis au jugement cruel et avide d'une histoire connue d'avance et sous les yeux d'une infinité de personnages secondaires. Plus l'intrigue avançait, plus Mascherano et Romero étaient donc apparus pour soulager leur capitaine de ce passage à vide. Messi avait respiré un instant avant l'épreuve ultime. Mais à la fin, il le sait, à Rosario comme ailleurs, c'est toujours le génie qui déguste.


Par Thibaud Leplat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Fulguro-poing Niveau : District
Pouah le mal de crâne, allez hop je clique vite fait sur l'article d'hier sur Pornhub
Il n'y a pas qu'un seul messie, ici aussi c'est indécis, mais Ron a réussit à devenir votre Messi !

(des pénos qui rentrent presque, comme mes comments depuis 3ans)
Kit Fisteur Niveau : Loisir
Comme dit le proverbe : il ne faut jamais vendre la peau du wookie avant de l'avoir tué ! Certes Messi a jusqu'à présent raté son mondial (quoi ? buts contre l'Iran et le Nigéria ? Quel exploit...) mais il lui reste un match. Celui ou il n'y a plus de calcul, il faut tout donner...

Mais rien que pour éviter les hurmements de da Fonseca, je vais prier de tout mon coeur pour voir l'Allemagne, mon deuxième pays d'origine, mettre un 6-0 à l'Argentine.
mignon trouduc Niveau : Loisir
branlette intellectuelle bien écrite, bravo !
Note : 10
Il suffit qu'il plante un doublé comme Zinedine et l'on ne se souviendra que de lui.
"on vous l'avez bien dit"
Aie aie aie
Autant hier j'étais critique, mais là j'aime bien le Leplat du jour. (Désolé)

Bon en théorie les allemands devraient se balader, mais entre Messi, Higuain et Aguero, il y a assez de magie pour surprendre même la plus solide des Mannschaft. Quoi qu'il arrive, j'espère que Messi sortira la tête haute et sans regret. Très grand joueur, éminemment sympathique.
rockin'squat Niveau : DHR
Message posté par Kit Fisteur
Comme dit le proverbe : il ne faut jamais vendre la peau du wookie avant de l'avoir tué ! Certes Messi a jusqu'à présent raté son mondial (quoi ? buts contre l'Iran et le Nigéria ? Quel exploit...) mais il lui reste un match. Celui ou il n'y a plus de calcul, il faut tout donner...

Mais rien que pour éviter les hurmements de da Fonseca, je vais prier de tout mon coeur pour voir l'Allemagne, mon deuxième pays d'origine, mettre un 6-0 à l'Argentine.


Raté son mondial, t'y va un peu fort quand même. Il sauve litteralement l'Argentine en phase de poule, en 8eme il amène le but et à plutôt pas mal joué, en quart il fait un bon match aussi vs la Belgique, y'a que contre les Pays-Bas où il est mauvais.

Quasi toutes les actions dangereuses de l'Argentine partent de lui , après je suis d'accord pour dire qu'il pourrait (devrait) faire large mieux, sa nonchalance est spectaculaire on dirait qu'il n'a aucune ressource physique, toujours à s'économiser.

C'est dommage à 100% il aurait vraiment pu marquer ce mondial.

Après s'il éclate tout en finale...
HarveyKeitel Niveau : DHR
Attendons la finale avant de lui tomber dessus

Décisif en poule et décisif en huitième pour l'instant. Quart et demie bidons mais attendons
Zizou était naze en 98, il a "juste" fait la finale qu'il fallait.
Maintenant Messi est l'homme des phases de poules avec 4 buts tous décisifs en 3 matchs, c'est pas rien.
Message posté par mignon trouduc
branlette intellectuelle bien écrite, bravo !


Je tiens quand même à te signaler que l'auteur écrit également pour le Ponde, et El Mais, puisqu'il habite en espagne, et que le terme intellectuel ne colle pas vraiment :

j'aurais plus dit branlette espagnole, dans le sens oû le lecteur se retrouve coincé entre deux montagnes, en plein milieu d'article, après avoir lutter dans la première côte, et à la fin, bien c'était bien trop long, et on aurait certainement préféré une goulue, à une littéraire à lunettes qui ne voulait pas nous faire rencontrer sa LUETTE !
Message posté par Kit Fisteur
Comme dit le proverbe : il ne faut jamais vendre la peau du wookie avant de l'avoir tué ! Certes Messi a jusqu'à présent raté son mondial (quoi ? buts contre l'Iran et le Nigéria ? Quel exploit...) mais il lui reste un match. Celui ou il n'y a plus de calcul, il faut tout donner...

Mais rien que pour éviter les hurmements de da Fonseca, je vais prier de tout mon coeur pour voir l'Allemagne, mon deuxième pays d'origine, mettre un 6-0 à l'Argentine.


raté son mondial ? Les buts contre le nigéria ou l'iran et son impact sur le match de la bosnue en provoquant les 3 autres buts sont ceux qui ont qualifié l'argentine pour les 8èmes, son rush et sa passe décisive pour Di Maria contre la suisse les qualifie pour les quarts, qui a amorcé l'attaque en déstabilisant la défense belge qui amène le but d'Higuain ? Messi. Qui est le joueur qui a été élu le plus de fois homme du match lors de ce mondial ? Messi avec quatre fois homme du match ? Messi. Et à part le but en renard des surface contre le nigéria (qui a tenu tête à la France qui a atomisé la suisse ...) il marque trois beaux buts : le rush contre la Bosnie, le coup franc parfait et le superbe enroulé. Messi a marqué 4 des 8 buts de sa sélection en étant impliqué sur 7 de ces buts et sa sélection est finaliste depuis 1990, le tout en étant très diminué physiquement. Si tu appelle ça rater une coupe du monde ... je pense que tout le monde aurait adoré rater une coupe du monde de cette manière. Cristiano Ronaldo le premier :)
"l'avidité d'un homme pour un trophée ridicule."

Ridicule ? Une coupe du monde ? À la limite moi depuis ma chambre je peux bien le dire, mais vous, ce site, ce journaliste écrivent sur ce trophée ridicule, donc cela veut dire que ça fait un mois (au minimum) que vous perdez vos journées.

sérieux faut diminuer votre dose de boboïsation...un peux de respect pour votre travail pardi !
el peruano loco Niveau : Ligue 2
Message posté par Janklod Pino
Il suffit qu'il plante un doublé comme Zinedine et l'on ne se souviendra que de lui.



C'est vrai que Zizou aussi s'est beaucoup économisé tout le mondial 98, pour venir les mettre ces deux coups de boule historiques et rafler la mise ! Quelqu'un a t'il un souvenir de son match, son impact dans le jeu à part ces 2 buts ???? Voilà...^^

Tout vient à point, à qui sait attendre.

ça vaut aussi pour Boateng s'il claque un doublé historique Dimanche hein ?!
Kit Fisteur Niveau : Loisir
Si Messi s'appelait Cédric Bakambu, Antoire LAcazette, ou André-Pierre Gignac on pourrait dire que oui, il fait une super coupe du monde. Hors manque de bol, il s'apelle Lionel Messi, homme aux 4 ballons d'or et de sa part j'attends de lui qu'il se démène lors d'un mondial, pas qu'il joue au ralenti comme il le fait à mes yeux. j'en attends la même chose de la part d'un CR7 ne t'en fais pas pour ça, je ne suis ni fan ni hater d'un de ces deux joueurs j'attends juste de leur part une coupe du monde au niveau de leur talent. Hors je n'ai pas l'impression de voir en Messi sa classe d'il y a quelques années, et ce depuis le début de la saison.
Pour moi, marquer UN but contre l'Iran, bien que j'aime énormément la culture perse et ai du respect pour Javad Nekounam, c'est le minimum vital. Il n'y a rien d'étonnant à marquer contre l'équipe qui était, avec la Corée du sud, une des plus faibles du mondial (pour rappel l'Iran et la Corée étaient dans le même groupe de qualifications). Il a fait le job, point. Il l'a fait mais sans être marquant ou transcendant. Et même si l'Argentine gagnait le mondial, sur ce que j'ai vu pur le moment, il ne restera pas le joueur m'ayant le plus marqué.
McMilkshake Niveau : CFA2
Et merde, malédiction SoFoot, Messi va caler un triplé ou quadruplé à Neuer...
SVP les Allemands, imposez la suprématie européenne et surtout ruinez-moi cette équipe argentine qui n'a RIEN à branler en finale.
Que veux tu? On est dans la culture de l'instant. On décortique, on analyse, on tire des vérités absolues sur 1 ou 2 matchs.
Si Messi met un doublé Dimanche (et il en est largement capable le bougre), les mêmes qui le descendent aujourd'hui lui érigeront une statue.
Message posté par McMilkshake
Et merde, malédiction SoFoot, Messi va caler un triplé ou quadruplé à Neuer...
SVP les Allemands, imposez la suprématie européenne et surtout ruinez-moi cette équipe argentine qui n'a RIEN à branler en finale.


T'as pas reçu ton faux mail de la fifa, avec une adresse singapourienne ???
Message posté par ozymandias
Que veux tu? On est dans la culture de l'instant. On décortique, on analyse, on tire des vérités absolues sur 1 ou 2 matchs.
Si Messi met un doublé Dimanche (et il en est largement capable le bougre), les mêmes qui le descendent aujourd'hui lui érigeront une statue.


Et toi tu seras comme d'hab, entre 2 eaux ... très malin. Rejoins-nous !
www.harris.fr
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Message posté par Kit Fisteur
Si Messi s'appelait Cédric Bakambu, Antoire LAcazette, ou André-Pierre Gignac on pourrait dire que oui, il fait une super coupe du monde. Hors manque de bol, il s'apelle Lionel Messi, homme aux 4 ballons d'or et de sa part j'attends de lui qu'il se démène lors d'un mondial, pas qu'il joue au ralenti comme il le fait à mes yeux. j'en attends la même chose de la part d'un CR7 ne t'en fais pas pour ça, je ne suis ni fan ni hater d'un de ces deux joueurs j'attends juste de leur part une coupe du monde au niveau de leur talent. Hors je n'ai pas l'impression de voir en Messi sa classe d'il y a quelques années, et ce depuis le début de la saison.
Pour moi, marquer UN but contre l'Iran, bien que j'aime énormément la culture perse et ai du respect pour Javad Nekounam, c'est le minimum vital. Il n'y a rien d'étonnant à marquer contre l'équipe qui était, avec la Corée du sud, une des plus faibles du mondial (pour rappel l'Iran et la Corée étaient dans le même groupe de qualifications). Il a fait le job, point. Il l'a fait mais sans être marquant ou transcendant. Et même si l'Argentine gagnait le mondial, sur ce que j'ai vu pur le moment, il ne restera pas le joueur m'ayant le plus marqué.


Si je comprends bien les attentes que tu as envers un professionnel ne dépendent pas de ce qu'il est capable de faire à l'avenir mais de ce qu'il a déjà fait par le passé.

Un opinion respectable. Tu dois être souvent déçu, mais bon.

Je comprends que tu puisses attendre de lui une saison pleine et réussie avec le Barça, mais attendre d'un top player qu'il soit "à son niveau" dans une coupe du monde, mmmmh... Le XXe siècle est loin derrière nous.

Alors oui il y a Robben, une exception qui a étonné plus d'un observateur ("comment peut il avoir une telle forme en fin de saison ?")
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Vlaar et la manière
23 59