Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // FIFA Ballon d'Or 2010

Messi, la défaite de Barcelone

Xavi ou Iniesta ? Eh bien non, Messi ! Surprise, le meilleur joueur du monde est sacré. La décision fleure pourtant bon l'injustice si l'on se réfère aux critères d'attribution du Ballon d'or FIFA France Football.

Modififié
Messi est donc officiellement le meilleur joueur du monde pour la deuxième année consécutive. Un sacre qui le range dans la catégorie des Cruyff, Rummenigge, Van Basten, Keegan, Platini, les seuls à s'être adjugés la récompense deux années consécutivement. Xavi rejoint, lui, la liste des Maldini, Raul, Gerrard, Bergkamp, et autres Buffon, ces grands absents du palmarès de la plus prestigieuse des récompenses individuelles. A 30 ans, les jeux semblent faits pour le catalan, qui ne devrait pas se retrouver dans une configuration aussi favorable avant le terme de sa carrière. A 26 ans, Andres Iniesta peut encore y croire. A moins que Messi contracte un abonnement à long terme à la boule dorée. Une thèse désormais plausible ...

Car ce Ballon d'Or, l'Argentin ne le doit qu'à son talent pur. Quart de finaliste de la Coupe du Monde qu'il traversa en fantôme, demi-finaliste de la C1, le petit génie élevé aux hormones de croissance n'a qu'une Liga à exhiber pour son millésime 2010. Faible, très faible, à comparer avec ses coéquipiers champions du monde, Xavi et Iniesta, ou avec le batave Sneijder, grand artisan du triplé (du quintuplé même) de l'Inter et finaliste de la World Cup. En se renforçant de sélectionneurs et de capitaines de sélections, le jury du Ballon d'or, uniquement composé de journalistes auparavant, paraissait avoir gagné en légitimité. Il devait éviter de nouvelles élections polémiques. Visiblement, il s'est assis sur le règlement de la récompense, et a préféré oublier l'un de ses points cardinaux : l'importance du palmarès dans son attribution. A 22,65% (17,36% pour Iniesta, 16,48% pour Xavi) il s'est contenté de récompenser le talent pur. 

Depuis le dévoilement du nom des trois derniers élus, il était acquis que le Ballon d'or FIFA France Football sacrerait un Barcelonais. La victoire de Xavi ou Iniesta devait aussi être celle du barcelonisme, de la Masia, de la table des commandements édictée par Cruyff. Celle de Messi, malgré sa formation au sein de l'école catalane, ne peut être considérée comme telle. Car, si le Barça paie souvent cash les absences de son lutin argentin, sa signature collective s'envole, elle, dès que Iniesta, et surtout Xavi, le conducteur et la fée électricité du jeu blaugrana, pointent à l'infirmerie. Cruyff, qui s'était prononcé en faveur de son milieu à tout-faire, peut l'avoir mauvaise.


Autre paradoxe, si Messi a été élu sur son seul talent hors-norme, Iniesta semble, lui, avoir été placé sur la seconde marche du podium pour son seul but en finale de Coupe du Monde. Une frappe qui masquait une année amputée par les blessures. Aussi régulier qu'un métronome, Xavi, lui, doit se contenter de la troisième place. On cherche la cohérence, et on peine à la trouver. 

Pour considérer le Ballon d'or comme un sacre de son école de jeu, le Barça pourra tout de même afficher la photo du podium 2010. L'Espagne, elle, attend toujours. 50 ans après Luis Suarez et l'année de son premier titre mondial, le timing semblait pourtant parfait pour hisser à nouveau le drapeau rouge et or. Mais non, Messi.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 4 heures Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? il y a 6 heures Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 5
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
il y a 7 heures Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? il y a 8 heures Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 9 il y a 10 heures Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 il y a 10 heures La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou Hier à 14:15 Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 48 Hier à 10:41 Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34 Hier à 09:41 La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain mardi 19 juin Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
À lire ensuite
Messi, bis