En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options

Messi, la condamnation sans la zonzon

Condamné à vingt-et-un mois de prison et à une amende de deux millions d’euros, Lionel Messi devient le coupable fiscal le plus célèbre d’Espagne. Même s’il ne passera pas par la case prison, l’Argentin s’offre une publicité dont il se serait bien passé.

Modififié
Pour la famille Messi, l’été s’annonce pesant. La défaite en finale de la Copa América suivie de l’annonce précipitée d’une retraite internationale à seulement 28 piges ne sont toujours pas digérées, qu’un nouveau chapitre ombrageux s’ouvre. Un chapitre judiciaire, qui prend la forme d’une condamnation à vingt-et-un mois de prison et d’une amende, salée, à hauteur de deux millions d’euros. Une décision de l’Audience Provinciale de Barcelone qui s’applique également à son paternel, Jorge, amendé à hauteur d'un million et demi d’euros. Inférieure à deux ans, la peine s’apparente à du sursis puisqu’aucun des deux Argentins ne prendra la direction de la geôle, mais elle rajoute du grain à moudre au moulin des détracteurs du Ballon d’or. Car reconnu coupable de fraude fiscale envers le Trésor espagnol à hauteur de 4,1 millions d’euros, il reprend le costume de cible favorite d’une certaine presse. Et cette fois, difficile de retrouver quelque chose à redire aux critiques véhémentes qui pleuvent sur le désormais condamné le plus célèbre outre-Pyrénées. Sauf pour le Barça, soutien indéfectible de son franchise-player.

Messi : « Moi, je ne jouais qu’au football »


Pour trouver trace de la genèse de cette affaire, il faut revenir au début de la carrière professionnelle du natif de Rosario. Pro depuis tout juste trois ans et un premier contrat signé en 2004, Messi commence à se faire un nom au milieu des Henry, Eto’o et autres Ronaldinho. Quatrième fantastique blaugrana, les contrats publicitaires et autres sponsorings abondent devant sa porte. De ce fait, il charge son père Jorge - qui l’a suivi dans son périple barcelonais depuis son départ de l’Argentine -, de ficeler et d’officialiser toute la paperasse administrative et fiscale quant à ses droits à l’image. Une délégation qui s’accompagne, donc, d’une fraude fiscale à hauteur de 4,1 millions d’euros sur les années 2007, 2008 et 2009. Il insistera sur sa mauvaise connaissance de tous ces dossiers en juin dernier devant le juge : « Moi, je ne jouais qu’au football, j’avais confiance en mon père et je n’avais aucune idée de ce que je signais. » Mais Messi se retrouve pourtant confronté à un montage financier, passant par des sociétés offshores basées dans des paradis fiscaux, qu’il a validé de sa propre signature. Ce qui n’est pas passé inaperçu devant le tribunal qui l’a jugé.

Le Barça, un soutien qu’il n’a pas avec la AFA


Pour les juges de l’Audience de Barcelone, « cette conduite ne peut rester impunie » car « il ne faut pas envoyer au citoyen le message qu’il est préférable de ne pas intervenir plutôt que de se préoccuper des problèmes fiscaux » . Une approche presque pédagogique pour expliquer une peine qui, au-delà des soucis judiciaires, ne devrait trop importuner la Pulga, joueur le plus bankable du monde aux côtés de Cristiano Ronaldo, sur un plan économique. Reste que son image devient plus écorchée que jamais. Dans ce sens, et contrairement à une Fédération argentine qui ne cesse de le décevoir, le Barça fait front. Dans un communiqué publié quelques heures après la décision judiciaire, le Mes que « exprime son total soutien » puisqu’il considère « comme le Trésor public que Messi n’est pas responsable pénalement » . Des mots doux qui ne font pas oublier que l’Argentin, dont le contrat expire en 2018, devrait bientôt engager des pourparlers pour une nouvelle prolongation. Nul doute qu’une énième revalorisation salariale de la part de de la direction de Bartomeu devrait faire passer la pilule, et régler l’ardoise de trois millions et demi d’euros que lui a infligée la justice espagnole.


Le communiqué du Barça (en catalan)


Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 09:28 Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 22
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 22 janvier Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) lundi 22 janvier Quand Ronaldo planquait de la bière 51 lundi 22 janvier Dupraz quitte le TFC 128 lundi 22 janvier Robinho en route vers Sivasspor 60 lundi 22 janvier Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18
À lire ensuite
Cry for me Argentina