En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 4e journée
  3. // FC Barcelone/Levante UD (4-1)

Messi étouffe Levante

Sans solution pendant 45 minutes, le FC Barcelone aura attendu, une nouvelle fois, les belles inspirations de Lionel Messi pour faire la différence (4-1). 4 matchs, 4 victoires : le Barça est seul en tête de la Liga.

Modififié

FC Barcelone 4-1 Levante UD

Buts : Bartra (50e), Neymar (56e), Messi (60e, 89e) pour le Barça, Casadesús (66e) pour Levante.

50e minute de jeu dans le Nou Camp. Dans cette seconde période, le FC Barcelone cherche à trouver le code de sécurité du coffre blindé du Levante. Comme le font la majeure partie des équipes en déplacement chez le champion d'Espagne, le but est simple : verrouiller derrière et espérer un miracle devant. Le souci, c'est que le miracle en question s'était déjà produit contre le Barça, mercredi dernier à Rome. Cette fois donc, l'heure est à la logique. Sur une énième prouesse de Lionel Messi, Marc Bartra voit son contrôle coller à sa poitrine, pour enchaîner d'une frappe rapide sur le petit côté du gardien Rubén. Un but et une célébration de bébé plus tard, le défenseur central blaugrana vient de donner un tournant définitif à la rencontre. Comme le chantait Jean-Louis Aubert, voilà, c'est fini. Oui, déjà.

La prison d'Alcaraz


Sous le signe d'un appel SOS aux réfugiés, les joueurs prennent placent dans le Nou Camp et donnent un premier signe tactique : Luis Enrique fait tourner son effectif. Jordi Alba, Andrés Iniesta et Luis Suárez sont sur le banc de touche. De fait, Lionel Messi adopte une position plus reculée sur la pelouse. Pourtant, La Puce constitue bien le principal symptôme d'une domination catalane. Passes en profondeur, touches de balle sponsorisées Pattex, le quadruple Ballon d'or s'offre une première double occasion devant Rubén, mais la défense à cinq concoctée par Lucas Alcaraz vient porter secours au portier passé par la Masia. Pas avare en caviars, Leo continue de donner le tournis aux Granotes.

Aussi doux qu'une plume d'oreiller, son service vers Neymar se termine par une frappe trop croisée du crack auriverde. Pour sa part, Levante s'en remet aux crampons de Nabil Ghilas, mais l'Algérien joue trop avec la ligne du hors-jeu d'abord, puis sur une autre opportunité, voit sa frappe totalement dévissée devant Marc-André ter Stegen. Ce sera tout pour eux, puisque Messi veut encore prendre la parole. D'un une-deux avec Sandro, sa frappe du gauche est bien repoussée par Rubén. Le capitaine des Culés peut se passer la main dans les cheveux à la façon d'une publicité Pétrole Hahn, Levante tient toujours le choc.

L'évasion de Bartra, Neymar et Messi


Agacé au moment de rejoindre les vestiaires, Messi s'est probablement permis d'utiliser son capitanat à la pause pour causer intensité de jeu avec ses coéquipiers. Le message est bien reçu, et le premier à s'employer pour épauler son capitaine sera donc Bartra. Passée cette ouverture du score, le Barça déroule au rythme d'une samba : Dani Alves fait péter son double passement de jambe, Neymar s'y prend à deux fois pour faire le break (56e). Jamais deux sans trois Brésiliens, puisque le buteur brandit le maillot de Rafinha, indisponible pour les six prochains mois avec ses ligaments en vrac. Neymar obtient dans la foulée un penalty, transformé sans trembler par Messi (60e). 3-0, l'affaire est bien partie, même si le moindre relâchement est passible d'un retour de l'adversaire.

Ter Stegen s'en rend bien compte : pas de position avancée comme à Rome, mais une jolie sortie aux pâquerettes pour offrir le but de l'espoir à Víctor Casadesús (66e). Conscients qu'un retour serait très mal perçu avant d'affronter le Celta Vigo pour la prochaine journée, le Barça se reprend et se voit accorder un nouveau penalty. Même gardien, même frappeur, avec une destinée différente. Messi force trop, et son ballon s'envole dans les nuages catalans. Agacé par sa prestation imparfaite, le sujet du syndrome d'Asperger finira le boulot pour mettre à terre quatre défenseurs de Levante avant de terminer par son grand classique : l'enroulé du gauche (89e). Toujours aussi logique.

Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9