En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. // Coupe d'Espagne
  2. // Real Madrid/Barcelone
  3. // Les notes

Messi et Ronaldo : les abstinents

Un Clásico, sans gardiens de but titulaires des deux cotés, sans buts de Messi/Ronaldo, sans scandale arbitral. Un duel au sommet bizarre et à la fois intense. Revue d’effectif d’un match qui ne ressemble à aucun autre.

Modififié
Real Madrid


Diego López (8): Très bon premier match de l’ancien portier de Villarreal et de Séville. Pour son retour à la Maison Blanche (il a été formé au Real), le sosie de Gargamel a sorti un match plein d’intelligence et de parades dignes de San Iker. Réconfortant et toujours bien placé, il a surtout entretenu le suspense du match à lui tout seul en repoussant les tentatives d’Alba et de Messi. Prometteur.

Essien (7,5) : Le meilleur joueur de la CAN depuis le début de la compétition.

Varane (9) : Il sauve un but de Xavi sur sa ligne en première mi-temps. Il sauve le Real Madrid avec un tacle magnifique sur Fàbregas qui filait seul au but. Il sauve les Merengues en égalisant d’une superbe tête. Il nous aurait presque fait oublier cette saloperie de Qatargate, le con !

Carvalho ( 6) : Un match à l’image de ces vieux vétérans portugais qui remplissent les urgences le dimanche d’adversaires maltraités par leurs soins. Vicieux et toujours à contretemps.

Arbeloa (6) : Il est toujours fourré dans les sales coups, rarement dans les bons.

Callejón (6,5) : Intéressant dans l’intensité qu’il met dans toutes ses actions et par son pressing plutôt intelligent, l’ancien Perico a muselé Alba en première période. Il a explosé en deuxième période avec une relance dans l’axe dégueulasse qui débouche sur l’ouverture du score catalane. Remplacé injustement par Modrić tout de suite après sa bavure.

Modrić (3,5) : Comme son sosie David Guetta, il livre encore et toujours la même bouillie à chacune de ses sorties. Crispant.

Özil (8): Il a été le seul à ne pas respecter le Barcelonais et pour cause, techniquement il n’a rien à envier à personne. Vertical et auteur de la passe décisive pour Varane, l’Allemand est enfin de retour après une première période en demi-teinte.

Xabi Alonso (5, 5) : Jamais dans le rythme. Poussif. Et pourtant, il n’a pas quatre Ballons d’or.

Khedira (6) : Il est partout et nulle part à la fois. La télétransportation, c’est bien, mais au final ça ne lui sert pas à grand-chose.

Higuaín (3) : Il y a les mecs comme Messi, capables de disparaître du jeu pour mieux entuber leurs adversaires. Et puis, il y a des mecs comme Pipita, capable de disparaître du jeu. Pour mieux disparaître du jeu… Voire même, du stade. Fantomatique.

Benzema (6) : Il est superbe à voir jouer. Il est intelligent dans le jeu. Malin dans ses déplacements. Benzema est tout ce qu’on veut sauf un attaquant. Encore une fois très maladroit dans le geste qui fait la marque des grands buteurs : le dernier. Celui qui est décisif.

Cristiano Ronaldo (5) : Très appliqué tactiquement, il s’est longtemps fatigué à courir derrière Daniel Alves en première période. Il a arrêté de le faire en deuxième période, sans vraiment peser offensivement dans le match.


FC Barcelone


Pinto (5) : Ce soir, Víctor Valdés a un nouvel argument à mettre sur la table pour convaincre ses dirigeants de lui prolonger son contrat.

Jordi Alba (6,5) : Harcelé sur son coté par Callejón et Essien, le lutain barcelonais a été moins à l’aise que d’habitude. Il rate deux grosses opportunités seul devant le but dans le premier quart d’heure et à la 88e minute.

Puyol (7) : Gros match du capitaine qui a aussi le mérite de rendre Piqué meilleur dans des matchs comme celui-là. Tarzan s’est surtout offert un petit slalom à la 75e minute. L’occasion de se rendre compte que sa conduite de balle est aussi sale que sa coupe de cheveux.

Piqué (6) : Bon dans la relance et auteur d’un tacle précieux sur Ronaldo à la 67e minute, Piqué a foutu sa bonne prestation en l’air en se faisant griller la politesse par le Varane. Putain de babyblues !

Daniel Alves (7) : Après un début de saison un peu délicat, le Brésilien revient bien. Plus vertical que son collègue Alba, il a délivré de belles passes, notamment sur Fàbregas. Mieux, il a complètement fait déjouer Ronaldo. Jusqu’à l’usure.

Busquets (6,5) : La manière dont il utilise les mouvements de ses partenaires pour se sortir de situations improbables est tout simplement impressionnante. Techniquement irréprochable, il a pourtant souffert plus qu’à l’accoutumée. Quand Sergio s’enrhume, c’est le Barça qui est grippé.

Xavi (5,5) : Discret pendant tout le match, malgré un coup franc sur la barre de Diego López, le cerveau blaugrana n’a jamais réussi à tempérer le rythme du match comme il sait si bien le faire en général.

Iniesta (9) : Il n’a pas marqué, ni fait de passes décisives, mais Andrés Iniesta s’est révélé être le meilleur joueur du soir. Impressionnant de facilité et techniquement impressionnant, l’international espagnol a régalé le Santiago-Bernabéu à chaque prise de balle. Messi et Ronaldo sont les stats, mais le football, le vrai, c’est bel et bien Iniesta qui le joue.

Fàbregas (6) : Si ses jambes allaient aussi vite que son cerveau, le match retour aurait été une formalité pour le Barça.

Messi (3,5): Ce soir, Messi avait quatre Ballons d’or. Accrochés derrière lui. Dieu sait que c’est lourd.

Pedro (5) : Il presse, il presse et il presse encore. À en perdre tout son jus. Ce mec n’est pas un footballeur, c’est une orange.

Alexis Sánchez (3) : Le Javier Pastore du Barça. Il a coûté 40 millions, il déçoit de plus en plus à chacun de ses matchs et pourtant il continue à jouer. Mais pour quoi faire, au juste ? Rien. Irritant et d’une intelligence tactique plutôt douteuse malgré l’envie de bien faire. Sauf que l’envie, au Barça, ça ne suffit pas.

Tiago (5) : Il a la démarche du mec qui se brûle les pieds dans le sable chaud. Mis à part ça, il n’a pas eu le temps de montrer quoi que ce soit d’autre.

Par Javier Prieto-Santos
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4 vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3