En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 7e journée
  3. // Clásico
  4. // Barcelone/Madrid
  5. // Les notes

Messi et Ronaldo, ça pour une surprise...

Si le jury du Ballon d'or attendait ce Clásico pour départager Ronaldo et Messi, c'est râpé. Les deux meilleurs joueurs du monde se sont rendus coup pour coup. Avec deux buts chacun, ils sont encore les hommes de ce dernier Barcelone/Real Madrid.

Modififié
Real Madrid


Casillas (4) : On peut être le meilleur gardien du monde et complètement louper son match. Une sortie digne d’une femme enceinte sur le premier but et un plongeon pour les photographes sur le deuxième but de Messi. Certains diront qu’il ne pouvait rien faire. D’autres rappelleront qu’il n’a pas honoré son surnom de San Iker.

Arbeloa (6) : Zéro dégaine, zéro technique, zéro apport offensif. L’ancien Red a bien tenu son rôle de figurant et donné de l’espoir à tous les footballeurs du dimanche qui l’ont regardé. Malgré ses limites techniques, l’international espagnol s’est pourtant montré accrocheur, vicieux et plutôt roublard face aux Catalans.

Pepe (5,5) : Le Portugais est puissant. Trop. Son intervention sur le premier but barcelonais est tout juste incompréhensible. Il s’est repris en deuxième mi-temps en assénant un middle kick dans le bassin de Sánchez, ce qui lui a valu son habituel jaune. Sa tentative ratée de bisou à l’arbitre montre qu’il n’était pas vraiment au mieux.

S. Ramos (6,5) : En froid avec le Mou, le métrosexuel andalou a réalisé un match tout en sérénité qui a dû rassurer le Portugais.

Marcelo (3) : Marcelo n’est ni attaquant, ni défenseur. C’est un contre-attaquant. Problème : à quoi sert-il quand il ne contre-attaque pas ? Bah, à rien.

Xabi Alonso (5) : Match plutôt terne de l’Espagnol qui a passé les 90 minutes à chasser des chevilles catalanes. Placé juste devant sa défense, il n’a jamais su trouver sa place sur le terrain. Dommage pour les amateurs de transversales de plus de 60 mètres…

Khedira (6) : L’Allemand est comme une maman attentionnée : il court partout pour les siens, fait le ménage, les courses et se veut protecteur. Problème : comme les mamans trop envahissantes, il est énervant. Beaucoup d’activité pour trop peu d’efficacité.

Di María (4) : Avoir une tête de souris, c’est bien sûr handicapant, mais est-ce qu’il faut pour autant montrer de l’empathie pour celui qui a raté quasiment toutes ses passes et la balle du break en première mi-temps ? Non. Alors oui, il court beaucoup, mais au final pour pas grand-chose. Faites un test : coupez la tête à un poulet, il courra dans tous les sens. Comme l’Argentin. Et si Di María était en fait la réincarnation de Manimal ?

Essien (5) : Il a remplacé Di María à la 87e minute pour le fun. Une chose est sûre : le blanc ne l’amincit pas.

Özil (7,5) : Précieux dans la conservation de la balle et particulièrement incisif, le Teuton a sans doute livré sa meilleure prestation depuis le début de saison. Inspiré à chaque prise de balle et auteur d’une jolie passe décisive sur le deuxième but de Ronaldo, l’homme aux yeux montgolfière a été l’un des meilleurs Merengues sur le terrain.

Cristiano Ronaldo (8,5) : Excellente prestation du Portugais malgré son coup de rasoir ridicule sur le cuir chevelu. Dangereux à chaque accélération, CR7 a porté à bout de bras son équipe avec un doublé qui a le mérite d’entretenir le suspense en Liga et dans la course au Ballon d’or.

Benzema (3) : Match loupé de la Benz’. Incapable de se mettre dans le tempo, le Français aurait pu mettre le Real dans une position idéale s’il n’avait pas envoyé une balle sur le poteau alors qu’il était seul aux six mètres. Une erreur qui l’a complètement fait sortir du match. Remplacé logiquement par Higuaín à la 60e minute.

Higuaín (2) : La police espagnole a déclenché une alerte enlèvement au moment ou il est entré sur la pelouse. L’Argentin a tout simplement été invisible.

Kaká (5) : Entre ce qu’il est et ce qu’il a été, il y a un gouffre énorme. Kaká veut, mais ne peut pas. Triste


FC Barcelone


Valdés (4) : Lors des derniers Clásicos, il s’était illustré par ses relances foireuses balle au pied. Cette fois-ci, il a préféré dégager n’importe comment plutôt que de prendre des risques inutiles. C’est bien. Ce qui est moins bien par contre, c’est son erreur de placement sur le premier but de Ronaldo.

Adriano (4) : Placer Adriano en défense centrale a rappelé à tous les socios catalans que Winston Bogarde avait jadis souillé le maillot blaugrana avec des prestations catastrophiques. Pour une première, le Brésilien s’est plutôt bien démerdé, même s’il est coupable d’avoir couvert Ronaldo sur son deuxième but.

Mascherano (6,5) : El jefecito a été le meilleur défenseur central du match. Ce qui en fait l’un des meilleurs du monde à son poste. Le milieu de terrain reconverti en défenseur central est peut-être le plus bel héritage laissé par Guardiola à ce jour.

Daniel Alves (2) : Le Brésilien est complètement à coté de ses pompes depuis le début de saison. Même le Clásico ne semble plus le motiver. Sa connexion autrefois précieuse avec Messi est inexistante, ses centres sont inoffensifs et ses replacements défensifs sont foireux. Son absence de marquage sur le premier but de Ronaldo a coûté cher au Barça. Finalement, sa sortie sur blessure aura été l’une des meilleures choses qui puisse arriver au Barça lors de ce Clásico.

Montoya (6,5) : Son entrée à la place de Daniel Alves a rééquilibré de suite le Barça. Précieux dans ses interventions et particulièrement inspiré en phase offensive (c’est lui qui centre pour le premier but de Messi), le jeune latéral espagnol s’est illustré par un missile envoyé dans la barre de Casillas. S’il arrive à reproduire ce genre de prestations, Daniel Alves va pouvoir rejoindre le PSG très rapidement.

Jordi Alba (7) : Il a réalisé sa meilleure prestation sous le maillot barcelonais. Parfait dans la relance, il a également apporté de la profondeur au Barça lorsqu’il y avait embouteillage dans l’axe. Y a pas à dire, les mobylettes, c’est plutôt pratique.

Busquets (6) : Comme d’habitude, il a joué de malice et de vice en milieu de terrain pour arrêter les dragsters madrilènes. Comme d’habitude, il a aussi joué le rôle de pivot pour permettre à Xavi, Iniesta et Messi de prendre leur élan. Ce mec est détestable, peut-être, mais sa science du placement est tout simplement hors pair.

Xavi (7) : Beaucoup d’activité, beaucoup de passes, quelques détails de classe et une intelligence de jeu de plus en plus impressionnante. Xavi est comme Martin Scorsese : il donne des leçons à chacune de ses sorties.

Iniesta (6) : Il a laissé quelques détails de son immense classe, mais a souffert physiquement sur la fin.

Fàbregas (6) : Il est parfaitement entré dans le Clásico avant que Tito ne décide de le remplacer de manière incompréhensible par Sánchez. Hasard ou coïncidence, c’est à ce moment-là que le Real a égalisé pour la seconde fois de la soirée…

Sánchez (3) : Il était censé être percutant, sauf qu’il ne percute pas. Le Chilien gave tout le monde avec ses passes en retrait systématiques et sa manie de se jeter par terre au moindre coup d’épaule reçu. Décevant.

Pedro (5,5) : Ses appels, ses courses incessantes et son activité sont très rarement récompensées, mais elles ont au moins le mérite d’ouvrir des espaces à ses partenaires.

Messi (7,5) : Un but de renard, un coup franc de toute beauté. Un doublé. Un autre Ballon d’or ?

Par Ramon Jabugo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 11:30 OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! 4
Hier à 11:24 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur le Classico 1
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 24 février Les retrouvailles entre Patrice Évra et les fans de Liverpool 31 samedi 24 février Le but le plus absurde de l'année en deuxième division allemande 22 samedi 24 février Les lumières s'éteignent en Argentine 16